Jump to content

Paroles du 7ème album interprétées et transposées en français


Recommended Posts

Hello,

 

Ca fait quelques mois que je fais ça, le 7ème album est terminé depuis longtemps mais je relis et peaufine de temps en temps (LIFAD est proche de la fin également). Mais puisqu'on est le dernier jour de l'année, autant le partager !

 

J'ai utilisé les paroles et la disposition originales trouvées sur le site, vos traductions et nos discussions passées. J'ai parfois dû interpréter (un peu) en essayant de rester le plus proche possible du texte/sens original. Pourquoi interpréter ? Parce que tout l'intérêt de ce travail est que j'ai transposé le texte en français, c'est à dire que les pieds et rimes des vers originaux sont respectées dans notre langue, de telle manière qu'il est possible de chanter Rammstein en français 😀

 

Et franchement je suis plutôt positivement satisfait du résultat parce que ça ne sonne pas si con que ça, parfois j'ai l'impression que ça pourrait être du Julien Clerc ou du Vincent Delerm, mais ça c'est propre à notre langue et à sa culture musicale. J'ai essayé de penser à Mass Hysteria pour avoir un repère de métal francophone et je me dis que ça fonctionne. J'ai aussi essayé de me placer dans la tête de Till mais surtout dans la tête du narrateur de chaque chanson, ce qui est évidemment subjectif mais qui m'a permis de faire certains choix de vocabulaire.

 

Il y a de tout niveau rimes : pauvres, suffisantes, riches, etc. De même, j'ai remplacé les sons (majoritairement les "e") que je considère qu'il ne faut pas prononcer pour coller au flow original par une apostrophe ("maint'nant" au lieu de "maintenant"). Pour le reste, à vous de lire/chanter et commenter/critiquer de manière constructive.

 

Enjoy et bonne année !

  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites

ALLEMAGNE

 

Tu (tu as)

As tant pleuré (pleuré)

Par l'esprit, divisée (divisée)

Par le cœur, unifiée (unifiée)

 

Nous (nous sommes)

Sommes ensemble depuis tant d'années (vous êtes)

Ton souffle glacé (si froid)

Le cœur enflammé (si chaud)

 

Toi (tu peux)

Moi (je sais)

Nous (nous sommes)

Vous (vous restez)

 

Allemagne

Mon cœur enflammé

Voudrait t'aimer et te damner

Allemagne

Ton souffle glacé

Si jeune mais si âgée

Allemagne

 

Moi (tu as)

Je n'veux jamais te quitter (je sais)

On peut t'aimer et (tu aimes)

Vouloir te détester (tu as)

 

Si suffisante, si supérieure

Elle se surmène, elle se saborde

Elle peut surprendre, peut submerger

Allemagne, Allemagne au-dessus de tous

 

Allemagne

Mon cœur enflammé

Voudrait t'aimer et te damner

Allemagne

Ton souffle glacé

Si jeune mais si âgée

Allemagne

Ton amour est fléau et bonté

Allemagne

Mon amour, je ne peux te le vouer

Allemagne

 

Toi

Moi

Nous

Vous

 

(Toi) Si surpuissante, si superflue

(Moi) Des surhommes, si saturés

(Nous) Plus on s’élève, plus dure est la chute

(Vous) Allemagne, Allemagne au-dessus de tous

 

Allemagne

Ton cœur enflammé

Voudrait t'aimer et te damner

Allemagne

Mon souffle glacé

Si jeune mais si âgée

Allemagne

Ton amour est fléau et bonté

Mon amour, je ne peux te le vouer

Allemagne

 

--------------------------------------------------

RADIO

 

Nous n’avions pas le droit de descendre

Pas l'droit de voir, de dire ou d’entendre

Mais chaque nuit pour quelques instants

Je pouvais m’évader du présent

Chaque nuit une once de bonheur

Mon oreille tout près du récepteur

 

Radio

Ma radio

Je me laisse attirer vers les cieux

Mes oreilles deviennent mes yeux

Radio

Ma radio

L’invisible, maint'nant je l’entends

J’apaise en secret un mal distant

 

Nous n’avions pas l'droit de participer

De voir, de dire ou de déranger

Interdit, tout ce folklore

De si néfastes notes étrangères

Mais chaque nuit une once de bonheur

Mon oreille tout près du récepteur

 

Radio

Ma radio

Je me laisse attirer vers les cieux

Mes oreilles deviennent mes yeux

Radio

Ma radio

L’invisible, maint'nant je l’entends

J’apaise en secret un mal distant

 

En secret, j'grimpais chaque nuit

Sur le dos de la mélodie

Mets tes oreilles contre ses ailes

Dans l'creux d'tes mains, chante avec elle

Nouvel envol chaque nuit

Décollage avec la mélodie

Je flotte ainsi dans l’univers

Pas de barrières, pas de frontières

 

Radio, radio

Radio, radio

 

Radio

Ma radio

Je me laisse attirer vers les cieux

Mes oreilles deviennent mes yeux

Radio

Ma radio

L’invisible, maint'nant je l’entends

J’apaise en secret un mal distant

 

--------------------------------------------------

MONTRE-TOI

 

Exmustamus

Cruchifixus

Murisuri

Extraspection

 

Exmustamus

Cruchifixus

Murisuri

Extraspection

 

Réprouver la passion

Condamner, tentation

Promettre la damnation

Ils commettent des violations

Former la prédiction

Du pardon des transgressions

Expansion, procréation

Au nom de la religion

 

Montre-toi

Montre-toi

 

Nulle dissimulation

Destruction, extermination

Proscrire la contraception

Ils prêchent les prescriptions

Clamer la persécution

Pardonner les transgressions

Expansion, procréation

Au nom de la religion

 

Montre-toi

Montre-toi

 

Montre-toi

Ne te cache pas

Montre-toi

Nous perdons ton aura

Montre-toi

Aucun ange au secours

Aucun dieu n’est là

Les cieux se parent de rouge

 

Traquer les transgressions

Distinguer les exactions

Honnir les distractions

Malhonnêt'té, corruption

Par pure inattention

Abuser les garçons

Expansion, procréation

Au nom de la religion

 

Montre-toi

 

Montre-toi

Ne te cache pas

Montre-toi

Nous perdons ton aura

Montre-toi

Aucun ange au secours

Aucun dieu n’est là

Les cieux se parent de rouge

 

Exmustamus

Cruchifixus

Murisuri

Extraspection

 

Exmustamus

Cruchifixus

Murisuri

Extraspection

 

Montre-toi

 

--------------------------------------------------

ETRANGER

 

Je voyage tant, j’adore voyager

Près et loin, et loin et près

Je fais comme chez moi où que j’aille

Ma langue à moi, internationale

Je contente tout l'monde sans égal

Ouais, ma culture n’est pas mal

Une lame affûtée pour une joute lettrée

Avec le sexe opposé

 

Je ne suis pas l'genre d’homme d’une nuit

Je reste une ou deux heures, ça suffit

Avant que l'soleil n'soit levé

Ça fait des heures que je m'suis éclipsé

Reparti pour ma prochaine virée

 

Je suis étranger

Mon amour, mon chéri

Etranger

Salut mad'moiselle, donne-moi une chance

Je suis étranger

Mon amour, mais qu’est-ce que je t’aime

Un étranger

Allez bébé, c'est la vie

 

Autres langues, autres contrées

Alors je me suis très tôt forcé

Au grand dam du malentendu

A apprendre des langues comme conv'nu

Et quand le soleil est couché

Que des étrangères ont approché

C’est un avantage, si l’on est

Soi-même capable de parler

 

Je ne suis pas l'genre d’homme d’une nuit

Je reste une ou deux heures, ça suffit

Avant que l'soleil n'soit levé

Ça fait des heures que je m'suis éclipsé

Reparti pour ma prochaine virée

 

Je suis étranger

Mon amour, mon chéri

Etranger

Salut mad'moiselle, donne-moi une chance

Je suis étranger

Mon amour, mais qu’est-ce que je t’aime

Un étranger

Allez bébé, c'est la vie

 

Tu v'nir avec, je te baiser bien

Tu v'nir avec, je te baiser bien

Tu v'nir avec, je te baiser bien

 

--------------------------------------------------

SEXE

 

Je te vois et tout m’est indigeste

Toute cette chair rondelette

Je fixe loin au cœur de ton sexe

Et mes g'noux se soumettent

Un millier d’aiguilles, l’intense besoin

De saisir l’odeur dans mes mains

 

Il brûle le cerveau, rampe dans les veines

Et c’est c'que chantent les sirènes

Un poing dans mon estomac

Viens là

Toi aussi, tu veux ça

 

Sexe

Viens à moi

Le mien est à toi et le voilà en toi

Sexe

Viens avec moi

Mieux vaut indécent plutôt qu’un jour sans

 

On ne vit qu’une seule fois

On profite de la vie

 

Je te vois et tout m’est indigeste

De la peau contre de la peau

Je fixe plus loin au cœur de ton sexe

Corps et seins bien comme il faut

 

C’est une secousse, c’est un frisson

Et les sirènes poussent le son

Un besoin sous l’estomac

Viens là

Car toi aussi, tu veux ça

 

Sexe

Viens à moi

Le mien est à toi et le voilà en toi

Sexe

Viens avec moi

Mieux vaut indécent plutôt qu’un jour sans

 

On ne vit qu’une seule fois

On profite de la vie

On jouit de l’amour

On vit

Sexe

 

On ne vit qu’une seule fois

On profite de la vie

On jouit de l’amour

On vit grâce au…

Sexe

Sexe

Sexe

 

--------------------------------------------------

 POUPÉE 

 

Quand ma sœurette part pour trimer

Elle m’enferme dans ma piaule

Elle m’a fait cadeau d’une poupée

Ainsi ne suis-je plus seule

 

Quand ma sœurette part pour trimer

Elle ne prend pas le train

Son turbin n’est pas éloigné

C’est même le log'ment voisin

 

Dans le ciel, des nuages menaçants

Je prends sagement mes médicaments

Et j’attends là, sous l’édredon

Jusqu’à ce que la nuit tombe

 

Ils arrivent et ils repartent

Et parfois même, par deux

Les oiseaux de nuit chantent

Et la sœur crie au feu

 

Dans le ciel, des nuages menaçants

Je prends sagement mes médicaments

Et j’attends là, sous l’édredon

Jusqu’à ce que la nuit tombe

 

Alors je déchire la tête de la poupée

Puis je déchire la tête de la poupée

Oui, j’arrache le cou en mordant la poupée

Je n'me sens pas bien

 

Je déchire la tête de la poupée

Oui, je déchire la tête de la poupée

Et puis j’arrache le cou en mordant la poupée

Je n'me sens pas bien… nan

Dam dam

Dam dam

Dam dam

 

Quand ma sœurette travaille très dur

La lumière rouge brille fort

Je regarde à travers la serrure

On l’a battue à mort

 

Et là je déchire la tête de la poupée

Oui, je déchire la tête de la poupée

Et puis j’arrache le cou en mordant la poupée

Maint'nant tout va bien… oui

 

Je déchire la tête de la poupée

Oui, je déchire la tête de la poupée

Et puis j’arrache le cou en mordant la poupée

Je me sens très bien… oui

Dam dam

Dam dam

Dam dam

Edited by Bester Orbit
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites

CE QUE J’AIME

 

Je peux renoncer au bonheur

Parce qu’il apporte le malheur

Je dois l’anéantir

Ce que j’aime, je veux le détruire

 

Être heureux, moi, je n'dois pas

Nan

 

Je n’aime pas aimer quoi qu'ce soit

J'n’apprécie pas d’apprécier quoi qu'ce soit

Je n'me réjouis pas quand je ressens de la joie

Je sais déjà, je vais m’en mordre les doigts

 

Être heureux, moi, je n'dois pas

Qui m’aimera, en périra

 

Ce que j’aime

Ça va dépérir

Ce que j’aime

Ça doit même mourir

Doit mourir

 

Je me protège donc du danger

Interdiction d’aimer

Ainsi ne dois-je rien endurer

Et nul cœur n’est brisé

 

Être heureux, moi, je n'dois pas

Nan

 

Ce que j’aime

Ça va dépérir

Ce que j’aime

Ça doit mourir

Doit mourir

 

Au bonheur, à la joie

Succède l’émoi

Pour toute la beauté

Il faut déguster

Oui

 

Ce que j’aime

Ça va dépérir

Ce que j’aime

Ça doit même mourir

Doit mourir

Ce que j’aime

 

--------------------------------------------------

DIAMANT

 

Tu es radieuse

Si merveilleuse

Je n'veux que toi

N’avoir d’yeux que pour toi

Laissons le monde autour s’effacer

Mon regard ne peut te quitter

Et cette étincelle - tes yeux

Veut attirer mon âme à eux

 

Tu es belle

Comme un diamant

Belle à admirer

Comme un diamant

Mais j't’en prie, laisse-moi m’en aller

 

Tel un joyau

Si pure et clair

Ton bel éclat é-tait

Tout mon être

Je voulais t’avoir dans mon cœur

Mais c'qui cause l’amour, crée

La rancœur

Et cette étincelle - tes yeux

Va attirer mon âme à eux

 

Tu es belle

Comme un diamant

Belle à admirer

Comme un diamant

Mais j't’en prie, laisse-moi m’en aller

Quelle puissance, mais quelle brillance

Merveilleuse

Comme un diamant

Mais rien qu’une pierre

 

--------------------------------------------------

TRES LOIN

 

Personne ne peut dépeindre cette image

Lui qui a posé son visage

Contre le carreau de verre

Et espère qu’elle laisse la lumière

 

Jamais il ne l’a vue dénudée

La maîtresse de toutes ses pensées

Il ôte du visage ses jumelles

Et, tremblant, chante une ritournelle

 

Le clair de lune inonde bientôt la pièce

Elle retire une par une chaque pièce

Ce spectacle le remplit d’enthousiasme

Et lui bande l’arc de tous ses fantasmes

 

Le souffle court, le cœur oppressé

Il ajoute ses couleurs à son portrait

Sur le rebord, là, il se tient

Un soleil dans l'creux de la main

 

Tout près

Tellement loin d’elle

Si près

Loin, très loin de toi

Tout près

Si loin l’un de l’autre

Si près

Loin, très loin de moi

 

Une fois encore minuit sonne

Pour nous, je vole la lumière du soleil

Puisque l’obscurité règne

Lorsque les astres embrassent le ciel

 

Tout près

Si près

 

Tout près

Tellement loin d’elle

Si près

Si loin l’un de l’autre

 

--------------------------------------------------

TATOUAGE

 

J’arbore un message imprimé

Les mots se consument sur le papier

Le papier n’est autre que ma peau

Les mots - des formes flashy et fluo

 

Montre le tien, j'te montre le mien

Montre le tien, j'te montre le mien

Montre le tien, j'me montre le tien

Montre le tien, j'te montre le mien

 

Quand le sang embrasse l'encre

Quand la douleur étreint la chair

J’exhibe mes images corporelles

Qui sont si fidèles

De l'aiguille, un flot bleu nuit

Dans les pores, le sang frémit

 

Quand on est beau, on aime aussi souffrir

Et même la mort ne peut nous désunir

Toutes ces images sur mon corps

Mes chers enfants si raccords

 

Montre le tien, j'te montre le mien

Montre le tien, j'te montre le mien

 

Quand le sang embrasse l'encre

Quand la douleur étreint la chair

J’exhibe mes images corporelles

Qui sont si fidèles

De l'aiguille, un flot bleu nuit

Dans les pores, le sang frémit

 

Je me fais graver ton nom

Maint'nant t’es là pour de bon

Mais si tu nous envenimes

Alors j’irai trouver ton homonyme

 

Quand le sang embrasse l'encre

Quand la douleur étreint la chair

J'adore mes images corporelles

Qui sont si fidèles

De l'aiguille, un flot bleu nuit

Dans les pores, le sang frémit

 

--------------------------------------------------

GENTIL MONSIEUR

 

Coucou ma p'tite fille, est-ce que tu vas bien

Moi ça va bien, mais ne répond rien

Viens avec moi, allez, monte vite

Je t’achèt'rai des moules avec des frites

 

Il fait bien chaud, et tu es belle

Et toi, jamais tu n’as vu la mer

Tu es là toute seule, seule comme moi

Ne me parle pas, viens avec moi

 

Chante pour moi, allez, chante

Perle scintillante

Danse pour moi, et là

S’approche de toi

Le gentil monsieur

 

Sur nos ventres aussi, le soleil brille

Tais-toi, fais-le, et sois gentille

Donne-moi ta parole, tiens-moi la main

Faisons quelqu'chose de beau, de sable, de peau

 

Rien ne sera plus comme avant

Ne me parle pas, monte maintenant

 

Chante pour moi, allez, chante

Perle scintillante

Danse pour moi, allez, danse

Cheveux blonds et dévotion

 

Coucou ma p'tite fille

Est-ce que tu vas bien

 

Chante pour moi, allez, chante

N'en cherche pas le sens

Chante pour moi, et là

Sur les flots, ta douce voix

Edited by Bester Orbit
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites

Bravo! Superbe travail!

Comme ça, après une première lecture, je dirais que oui il y a un peu d'interprétation mais globalement le sens de chaque chanson ressort. J'avais les airs de chacune d'entre elles en lisant, bien que pour Zeig dich et Ausländer, c'était plus difficile de retrouver le rythme. 

Tu as bien ressorti le côté déclaration d'amour sur Diamant. Et pas mal la traduction de Halloman. 

On sent que tu t'es mis dans la tête du narrateur. 

Merci pour le partage.

 

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...