Jump to content

Interprétation des lyrics de Rammstein


Guest Mehr

Recommended Posts

Les lyrics de Till peuvent vouloir dire plusieurs choses. Et donc il y a des centaines d'interprétations possibles.

Postez votre la votre!!

- - - - - - - -

Je commence,,:Weisses Fleisch

Pour moi c'est une chanson d'amour, un gars qui aime une fille démesurément,,

à mes yeux le mal qu'il fait à la fille transpose à quel point il l'aime, et combien ça lui fait mal,,

Link to post
Share on other sites
  • 10 months later...

Allez hop! petit tour sur mes interprétations personnelles sur les chansons que j'ai déjà traduites depuis longtemps:

Déjà, mes traductions sont en cours, donc forcément, je ne vais pas tout mettre aujourd'hui. Je m'attache surtout à respecter autant que possible fond et forme - donc la signification autant que les rimes, les rythmes, etc...

Ensuite, je ne prétends pas avoir la science infuse - parfois, mon interprétation peut être tirée par les cheveux, voire complètement vaseuse!

Enfin, il est probable que je redise ce qui a été dit par quelqu'un d'autre sans que je le sache.

Je commence par l'album que j'ai traduit en premier:

Herzeleid:

Wollt ihr das Bett in Flammen sehen

On dirait tout d’abord la représentation du dépucelage d’une fille – le sang, la violence, le sexe y sont combinés :

„Wollt ihr das Bett in Flammen sehen

Wollt ihr in Haut und Haaren untergehen

Ihr wollt doch auch den Dolch ins Laken stecken

Ihr wollt doch auch das Blut vom Degen lecken“

Que je traduis par:

« Voulez-vous voir le lit brûler

Voulez-vous disparaître sous la peau et les cheveux

Vous voulez donc le poignard dans les draps planter

Vous voulez aussi lécher le sang qui coule de l’épée »

L’image de l’épée peut servir à décrire une agression ou une certaine violence dans l’acte sexuel mais aussi peut être une métaphore pour le pénis. Dans la même idée :

„Ihr seht die Kreuze auf dem Kissen“

se traduit à la fois par ‘reins’ et ‘croix’ donc:

« Vous voyez les reins (les croix) sur l’oreiller »

Une croix sert à mettre en évidence une cible, quelqu’un à attaquer – et les reins désignent le bas du dos, la partie du corps qui se meut lors de l’acte sexuel.

Or, en traduisant :

„Ihr glaubt zu töten wäre schwer

Doch wo kommen all die Toten her“

Par:

« Vous croyez que tuer doit être difficile

Alors d’où viennent tous les morts »

J’en viens à la conclusion que la chanson serait plutôt le monologue intérieur d’un violeur en série (qui tue ses victimes donc), dont l’obsession maladive le conduit à mettre en parallèle son geste avec le dépucelage d’une fille.

Le fait que ce soit l’une des deux chansons de l’album à répéter le nom du groupe « Rammstein » de manière quasi incantatoire et toujours avec cette optique « provocation » me fait plus pencher pour l’interprétation du violeur.

Der Meister

C’est la chanson dont j’ai eu le plus de mal à traduire le titre. Au final, j’ai choisi :

Le patron

Car selon moi, il s’agit beaucoup d’une critique du changement radical de régime lors de l’effondrement du Mur de Berlin. Les images de l’ulcère, de la « gueulante » (ma traduction pour « Gewitter » qui signifie aussi orage), et des baguettes qui se brisent me font penser à la condition des employers dans le système capitaliste.

Pour vraiment comprendre en détails où je veux en venir, il faut lire toute ma traduction (sur mon blog).

Weißes Fleisch

Les premiers mots semblent poser le décor : cour de récré – on dirait l’histoire d’un gamin qui attaque une copine de classe. Là encore, comme dans WIDBIFS, le sexe est mêlé à la violence, mais la religion est aussi présente. Dans l’opposition « chair blanche » et « sang noir » j’y vois aussi la bataille symbolique entre le Bien et le Mal.

„Der Angstschweiß da auf deiner weißen Stirn

Hagelt in mein krankes Gehirn“

=> « Les sueurs froides, là, sur ton front pâle

Grêlent dans mon cerveau malade »

Ce sont les deux lignes qui me poussent à croire que tout ça n’est en fait que le fruit d’une conscience d’ado torturé par ses désirs sexuels et meurtriers – l’éternelle opposition entre thanatos et eros, donc ! Destruction et amour, je ne vous referai pas tout Freud, mais de la part d’un Allemand, ça ne m’étonnerait pas.

Asche zu Asche

Encore des références religieuses évidentes – surtout quand on regarde les live : quand Till chante :

„Sie schlagen mir die Nägel ein“

traduit par:

« Ils enfoncent des clous en moi »

il fait très souvent le geste de planter son index dans son poignet – or, qui a été cloué à une croix par les poignets (et non les paumes de la main, comme la plupart des représentations faussement l’atteste) avec des clous de charpentier ? Ben oui, Jésus dit le Christ.

Je dirais que la chanson en elle-même est surtout une manière pour Till de montrer qu’il est athée et peut donc jouer avec les images de la crucifixion pour en faire une sorte de conte de morts vivants, genre film d’horreur pour ados.

D’ailleurs, ironiquement, je traduis le titre par « Souviens-toi… » car

„Asche zu Asche, Staub zu Staub“

est ce qu’on appelle une traduction figée de la Bible, qui en française devient :

« Souviens-toi que tu es poussière et que tu redeviendras poussière »

Ne pas tenir compte de cela est une erreur, je pense.

Seemann

Assez simplement, à mes yeux, l’histoire d’un homme délaissé par sa femme. Le voyage du marin est souvent un truc de poète aussi, surtout dans la littérature anglaise mais pas seulement. Seemann me rappelled surtout The Rhyme of the Ancient Mariner, à cause de sa mélancolie, comme si le voyage en mer était forcément le voyage de l’homme dans sa solitude.

Ce qui est intéressant aussi, c’est l’image de l’eau qui s’oppose à la lumière/au feu du lampadaire (Laterne) puis de la chandelle (Kerze). Feu et eau sont repris en permanence dans les paroles pour mettre en évidence la complexité des rapports homme/femme. Le feu porte quelque chose d’agressif, de destructeur, des émotions fortes, du mâle – tandis que l’eau réfère souvent à la douceur, la pureté, aux émotions fuyantes, au féminin.

Ici, le rapport est mis à l’envers. L’homme seul part en mer – la femme seule reste auprès du lampadaire. Quand les éléments ne s’accordent pas comme ils devraient, c’est la solitude assurée.

Du riechst so gut

Mmm...l’image de la séduction tournée en ridicule avec cette histoire de chien qui court après sa proie ? Je me le demande encore, surtout que je suis influencée par les deux clips qui ont été mis à disposition : le premier, il y a un chien, et les six Teutons qui reniflent des Gerbera. Dans le second, les six deviennent des loups-garous stylés vampires presque. La séduction se fait donc chasse, en quelque sorte.

Pour le pont qui brûle, j’y vois encore une métaphore du pénis.

„Oh siehst du nicht die Brücke brennt

Hör auf zu schreien und wehr dich nicht

Weil sie sonst auseinander bricht“

=> « Oh ! ne vois-tu pas le pont brûler

Réponds aux cris et ne te débats pas

Car sinon il s’écroule »

Le « pont qui s’écroule » avant d’avoir fini, l’obsession de tout mec complètement perdu dans son désir, en clair ! Encore une fois, le désir masculin est traduit par la métaphore du feu (le pont brûle). Ça n’arrête jamais avec Till !

Das alte Leid

Je n’ai rien contre la traduction de Mathilde Bonnefoy mais elle n’exprime pas du tout ce que je comprends de la chanson. Pour moi, le mal ancien, l’envie de baiser donc, c’est un vieil homme qui en souffre. D’où les images assez lugubres du corps qui pourrit sur le tapis, et de la traverse (que Mathilde ne traduit pas littéralement) : le vieil homme qui parle, il regarde au-dessus de son lit, car il y reste cloué toute la journée, n’ayant pas la force de bouger. Si d’abord, c’est la lumière, puis le néant qui vient avec la traverse, c’est selon une image pour montrer que le vieil homme est proche de la mort. Les références au destin ou à la fin vont dans ce sens.

Donc le thème de la chanson serait le désir sexuel chez un petit vieux qui ne connaît plus « les éclats de rire » et tout ce que le « mal » lui rappelle.

Heirate Mich

Assez simplement, l’histoire d’un type qui a tué la fille qui a refusé sa demande en mariage. Pas grand-chose à dire d’autre, les paroles sont assez simples. On peut aussi y voir le thème de la nécrophilie à cause de l’acte de creuser, et la présence des asticots – les seuls restes de la morte.

Herzeleid

La traduction de Mathilde est très belle même si elle est très libre du texte d’origine. En fait, elle rend bien le travail sur les rythmes qui transparaît seulement quand on a étudié la poésie allemande.

J’aime aussi beaucoup ma traduction qui reste plus proche du texte tout en gardant des rimes. Bref !

Tout ça pour dire que la chanson est assez transparente dans l’ensemble – le titre dit bien de quoi ça parle !

Laichzeit

La seule que je ne comprends toujours pas. J’y vois parfois une histoire de jeune garçon obsédé par la masturbation. (Le poisson est souvent une métaphore pour le sexe, soit masculin, soit féminin, dans les paroles de Till).

Rammstein

Assez transparent quand on connaît l’histoire du groupe : la catastrophe aérienne à Ramstein en 1988, vue de dessous puisque c’est surtout le côté apocalyptique des morts brûlés vifs qui est rendu.

Link to post
Share on other sites
  • 8 months later...

Allez hop! petit tour sur mes interprétations personnelles sur les chansons que j'ai déjà traduites depuis longtemps:

Déjà, mes traductions sont en cours, donc forcément, je ne vais pas tout mettre aujourd'hui. Je m'attache surtout à respecter autant que possible fond et forme - donc la signification autant que les rimes, les rythmes, etc...

Ensuite, je ne prétends pas avoir la science infuse - parfois, mon interprétation peut être tirée par les cheveux, voire complètement vaseuse!

Enfin, il est probable que je redise ce qui a été dit par quelqu'un d'autre sans que je le sache.

Je commence par l'album que j'ai traduit en premier:

Herzeleid:

Wollt ihr das Bett in Flammen sehen

On dirait tout d’abord la représentation du dépucelage d’une fille – le sang, la violence, le sexe y sont combinés :

„Wollt ihr das Bett in Flammen sehen

Wollt ihr in Haut und Haaren untergehen

Ihr wollt doch auch den Dolch ins Laken stecken

Ihr wollt doch auch das Blut vom Degen lecken“

Que je traduis par:

« Voulez-vous voir le lit brûler

Voulez-vous disparaître sous la peau et les cheveux

Vous voulez donc le poignard dans les draps planter

Vous voulez aussi lécher le sang qui coule de l’épée »

L’image de l’épée peut servir à décrire une agression ou une certaine violence dans l’acte sexuel mais aussi peut être une métaphore pour le pénis. Dans la même idée :

„Ihr seht die Kreuze auf dem Kissen“

se traduit à la fois par ‘reins’ et ‘croix’ donc:

« Vous voyez les reins (les croix) sur l’oreiller »

Une croix sert à mettre en évidence une cible, quelqu’un à attaquer – et les reins désignent le bas du dos, la partie du corps qui se meut lors de l’acte sexuel.

Or, en traduisant :

„Ihr glaubt zu töten wäre schwer

Doch wo kommen all die Toten her“

Par:

« Vous croyez que tuer doit être difficile

Alors d’où viennent tous les morts »

J’en viens à la conclusion que la chanson serait plutôt le monologue intérieur d’un violeur en série (qui tue ses victimes donc), dont l’obsession maladive le conduit à mettre en parallèle son geste avec le dépucelage d’une fille.

Le fait que ce soit l’une des deux chansons de l’album à répéter le nom du groupe « Rammstein » de manière quasi incantatoire et toujours avec cette optique « provocation » me fait plus pencher pour l’interprétation du violeur.

Der Meister

C’est la chanson dont j’ai eu le plus de mal à traduire le titre. Au final, j’ai choisi :

Le patron

Car selon moi, il s’agit beaucoup d’une critique du changement radical de régime lors de l’effondrement du Mur de Berlin. Les images de l’ulcère, de la « gueulante » (ma traduction pour « Gewitter » qui signifie aussi orage), et des baguettes qui se brisent me font penser à la condition des employers dans le système capitaliste.

Pour vraiment comprendre en détails où je veux en venir, il faut lire toute ma traduction (sur mon blog).

Weißes Fleisch

Les premiers mots semblent poser le décor : cour de récré – on dirait l’histoire d’un gamin qui attaque une copine de classe. Là encore, comme dans WIDBIFS, le sexe est mêlé à la violence, mais la religion est aussi présente. Dans l’opposition « chair blanche » et « sang noir » j’y vois aussi la bataille symbolique entre le Bien et le Mal.

„Der Angstschweiß da auf deiner weißen Stirn

Hagelt in mein krankes Gehirn“

=> « Les sueurs froides, là, sur ton front pâle

Grêlent dans mon cerveau malade »

Ce sont les deux lignes qui me poussent à croire que tout ça n’est en fait que le fruit d’une conscience d’ado torturé par ses désirs sexuels et meurtriers – l’éternelle opposition entre thanatos et eros, donc ! Destruction et amour, je ne vous referai pas tout Freud, mais de la part d’un Allemand, ça ne m’étonnerait pas.

Asche zu Asche

Encore des références religieuses évidentes – surtout quand on regarde les live : quand Till chante :

„Sie schlagen mir die Nägel ein“

traduit par:

« Ils enfoncent des clous en moi »

il fait très souvent le geste de planter son index dans son poignet – or, qui a été cloué à une croix par les poignets (et non les paumes de la main, comme la plupart des représentations faussement l’atteste) avec des clous de charpentier ? Ben oui, Jésus dit le Christ.

Je dirais que la chanson en elle-même est surtout une manière pour Till de montrer qu’il est athée et peut donc jouer avec les images de la crucifixion pour en faire une sorte de conte de morts vivants, genre film d’horreur pour ados.

D’ailleurs, ironiquement, je traduis le titre par « Souviens-toi… » car

„Asche zu Asche, Staub zu Staub“

est ce qu’on appelle une traduction figée de la Bible, qui en française devient :

« Souviens-toi que tu es poussière et que tu redeviendras poussière »

Ne pas tenir compte de cela est une erreur, je pense.

Seemann

Assez simplement, à mes yeux, l’histoire d’un homme délaissé par sa femme. Le voyage du marin est souvent un truc de poète aussi, surtout dans la littérature anglaise mais pas seulement. Seemann me rappelled surtout The Rhyme of the Ancient Mariner, à cause de sa mélancolie, comme si le voyage en mer était forcément le voyage de l’homme dans sa solitude.

Ce qui est intéressant aussi, c’est l’image de l’eau qui s’oppose à la lumière/au feu du lampadaire (Laterne) puis de la chandelle (Kerze). Feu et eau sont repris en permanence dans les paroles pour mettre en évidence la complexité des rapports homme/femme. Le feu porte quelque chose d’agressif, de destructeur, des émotions fortes, du mâle – tandis que l’eau réfère souvent à la douceur, la pureté, aux émotions fuyantes, au féminin.

Ici, le rapport est mis à l’envers. L’homme seul part en mer – la femme seule reste auprès du lampadaire. Quand les éléments ne s’accordent pas comme ils devraient, c’est la solitude assurée.

Du riechst so gut

Mmm...l’image de la séduction tournée en ridicule avec cette histoire de chien qui court après sa proie ? Je me le demande encore, surtout que je suis influencée par les deux clips qui ont été mis à disposition : le premier, il y a un chien, et les six Teutons qui reniflent des Gerbera. Dans le second, les six deviennent des loups-garous stylés vampires presque. La séduction se fait donc chasse, en quelque sorte.

Pour le pont qui brûle, j’y vois encore une métaphore du pénis.

„Oh siehst du nicht die Brücke brennt

Hör auf zu schreien und wehr dich nicht

Weil sie sonst auseinander bricht“

=> « Oh ! ne vois-tu pas le pont brûler

Réponds aux cris et ne te débats pas

Car sinon il s’écroule »

Le « pont qui s’écroule » avant d’avoir fini, l’obsession de tout mec complètement perdu dans son désir, en clair ! Encore une fois, le désir masculin est traduit par la métaphore du feu (le pont brûle). Ça n’arrête jamais avec Till !

Das alte Leid

Je n’ai rien contre la traduction de Mathilde Bonnefoy mais elle n’exprime pas du tout ce que je comprends de la chanson. Pour moi, le mal ancien, l’envie de baiser donc, c’est un vieil homme qui en souffre. D’où les images assez lugubres du corps qui pourrit sur le tapis, et de la traverse (que Mathilde ne traduit pas littéralement) : le vieil homme qui parle, il regarde au-dessus de son lit, car il y reste cloué toute la journée, n’ayant pas la force de bouger. Si d’abord, c’est la lumière, puis le néant qui vient avec la traverse, c’est selon une image pour montrer que le vieil homme est proche de la mort. Les références au destin ou à la fin vont dans ce sens.

Donc le thème de la chanson serait le désir sexuel chez un petit vieux qui ne connaît plus « les éclats de rire » et tout ce que le « mal » lui rappelle.

Heirate Mich

Assez simplement, l’histoire d’un type qui a tué la fille qui a refusé sa demande en mariage. Pas grand-chose à dire d’autre, les paroles sont assez simples. On peut aussi y voir le thème de la nécrophilie à cause de l’acte de creuser, et la présence des asticots – les seuls restes de la morte.

Herzeleid

La traduction de Mathilde est très belle même si elle est très libre du texte d’origine. En fait, elle rend bien le travail sur les rythmes qui transparaît seulement quand on a étudié la poésie allemande.

J’aime aussi beaucoup ma traduction qui reste plus proche du texte tout en gardant des rimes. Bref !

Tout ça pour dire que la chanson est assez transparente dans l’ensemble – le titre dit bien de quoi ça parle !

Laichzeit

La seule que je ne comprends toujours pas. J’y vois parfois une histoire de jeune garçon obsédé par la masturbation. (Le poisson est souvent une métaphore pour le sexe, soit masculin, soit féminin, dans les paroles de Till).

Rammstein

Assez transparent quand on connaît l’histoire du groupe : la catastrophe aérienne à Ramstein en 1988, vue de dessous puisque c’est surtout le côté apocalyptique des morts brûlés vifs qui est rendu.

Pas mal, mais j'ai quand même une paire d'objections (désolé de faire ch***! ^^ )

-Pour moi, Weisses Fleisch n'est pas une simple dispute de cour de récré. Pour moi, il s'agit d'un pédophile! Je ne sais pas si il s'agit du fait que ce soit chanté par un trentenaire (à l'époque), mais qu'il convoite une petite fille (la pureté donc la virginité représenté par la chaire Blanche, et aussi l'enfant qui joue sous le préau) le fait tout de suite passer pour un pédophile. Cette chanson me fait penser (mais c'est sans doute uniquement mon esprit malade!) à Albert Fisch, tueur en série pédophile/sado-masochiste/cannibale...

-Dans Heirate Mich, je ne voit rien qui indique qu'il ai tué la femme qu'il aimait! Pour moi, elle est morte, d'une façon ou d'une autre, et il en est devenu fou car ils étaient amoureux ("ce visage qui me souriait" semble indiquer une passion réciproque, "depuis un an qu'il est seul" une relation...). Il va donc déterrer ses restes (profanation) et pousse la folie jusqu'à la nécrophilie ("Alors de toi je prends les restes/La nuit est chaude et nous sommes nus" Sans équivoque) mais il ne peut l'aimer que la nuit (Plusieurs raisons? Pudeur? Dégout de sa propre folie? Façade saine auprès de la société? Ou alors, plus tiré par les cheveux, lycanthropie ou quelque chose du genre?) et il craint la venue du jour. C'est pourquoi il tue le coq, symbole du lever du soleil.

Voilà mon interprétation de ces deux chansons! =)

Link to post
Share on other sites
  • 1 year later...

J'me suis rendu compte d'un truc en écoutant les paroles de Mein Land : Imaginez qu'à chaque fois qu'il parle des étapes de son voyage, Till parte du "centre" de son pays, sauf pour les 2 dernières étapes et qu'il passe par les 4 points cardinaux pour la dernière étape. Vous voyez pas de quoi je veux parler ? Dessinez les étapes (les "Ich geh mit mir von *** nach ***" et le "Ich geh vom Land zu Land allein") en même temps que défilent les paroles et en suivant mes instruction... Ca vous donne une croix gamée dans un panneau d'interdiction.

Z'en pensez quoi ???

Edited by BlueTouchGuyz
Link to post
Share on other sites

Ouaw... c'est bizarre...

Moi c'était pour Mein Land, je voulais juste savoir si ça traitait bien de l’immigration mais mal vue...

"Tu es ici dans mon pays..." c'est assez agressif quand on y pense et quand on lit la suite. De plus Paul avait utilisé une superbe métaphore pour parler de la signification de la chanson :lol: et ce que j'ai compris. Me tromperais-je?

Link to post
Share on other sites
  • 9 years later...

Hey @Armando on dirait que ce topic a été fait pour toi (et créé 12 ans avant ton arrivée... bien joué les gars). Tu voudrais pas poster toutes tes interprétations de chansons ici?

Quel dommage qu'on ai pas vu GuestxxMehr et BlueTouchGuyz depuis 10 ans, à mon avis t'aurais pu bien t'entendre avec eux...

Link to post
Share on other sites
Guest Im Namen des Herren
il y a 39 minutes, BückstabuGO a dit :


Instant coup dur : quand le topic a été créé, il était pas encore à l’école primaire :) 

J'ai 34 ans en vrai 😋

Link to post
Share on other sites
Guest Im Namen des Herren
il y a 27 minutes, Ein kleiner Mensch a dit :

 

C'est pas assez précis ça, ON VEUT UNE DATE !

À la Saint Glinglin :)

 

Edith : Bien évidemment je blaguais en disant que j'ai 34 ans 🙃

 

Edited by Im Namen des Herren
Link to post
Share on other sites
  • 2 months later...
Il y a 18 heures, mad max a dit :


C'est intéressant, mais je ne sais pas si on peut appeler ça une "interprétation" et plutôt un "rapprochement" (mais c'est du chipotage). Pour être tout à fait honnête, je ne sais d'ailleurs pas si ça rajoute grand chose ni à Dalai Lama, ni à son exposé (je veux dire, il enfonce tout de même pas mal de portes ouvertes vis-à-vis de cette pandémie et de ce qu'elle nous fait ressentir, et le pourquoi on en a tous marre de voir l'échéance être à la fois toujours plus proche et toujours plus loin) 

Mais bon, c'est sympa de voir le monde académique se pencher sur Rammstein. Même si j'ai eu l'occasion d'en discuter avec plusieurs professeurs d'université lorsque je réalisais mon TFE, la plupart ne connaissent le groupe que de réputation. Même si cela me surprend sans doute un peu moins d'un gars comme Zizek. 

(Et dans le pire des cas, ça m'a poussé à aller réécouter le morceau. C'est bon de se rappeler qu'il y a quand même quelques titres que j'aime toujours sur RR) 

Link to post
Share on other sites

L'essentiel de son argumentation tient à une ligne. C'est pas con, comme rapprochement, mais c'est plus une manière de dire "tenez, v'là une chanson à écouter pendant la pandémie pour tenir le coup."

 

Par contre, ce passage:

Citation

Were they offended by our biogenetic manipulations [...]?

c'est une 'tite référence aux complots sur l'origine du virus, non? :lol:

Link to post
Share on other sites
Il y a 12 heures, Ale a dit :

Même si cela me surprend sans doute un peu moins d'un gars comme Zizek. 

 

Je ne sais pas si tu le sais mais Slavoj Žižek est un gros fan de Laibach, ce n'est pas étonnant qu'il s'intéresse aussi à R+ ;)

Edited by Mitth'raw Nuruodo
Link to post
Share on other sites
Il y a 12 heures, Mitth'raw Nuruodo a dit :

 

Je ne sais pas si tu le sais mais Slavoj Žižek est un gros fan de Laibach, ce n'est pas étonnant qu'il s'intéresse aussi à R+ ;)

Ah bah eh, ça change pas le fait que les rares fois où on entend parler de metal dans le monde académique, c'est généralement quand des étudiants rendent un mémoire :ph34r:

C'est cool d'avoir un type de son calibre, de son expérience qui aborde le sujet. Même si comme je l'ai dis : je trouve pas que le morceau de R+ soit si pertinent que cela. C'est plus à titre d'exemple que la base de sa réflexion IMO. 

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...