Jump to content

Recommended Posts

Encore moi, avec quelques remarques sur cette chanson.

 

 

« Hilf mir » est une chanson dont le texte est assez explicite et ne pose pas de problème particulier. Sa conception est très représentative de la manière dont Lindemann a écrit cet album. Ce texte raconte une histoire, presque un conte, et le narrateur, une jeune fille, nous fait son récit à la première personne. Malgré cette simplicité apparente, on peut voir à travers ce texte une histoire plus symbolique.

 

Le premier niveau de lecture nous raconte l'histoire d'une jeune fille pyromane; « Chaque fois que je suis seule / je suis attirée par le feu », qui se retrouve « seule à la maison ». Elle trouve « Cette petite boite si jolie à regarder » et décide « d’allumer une allumette ». Le feu est décrit comme un animal qui « veut [l']attraper [...] / [lui] saute au visage avec ses griffes / Plante ses dents et [lui] fait mal », la jeune fille devient une proie consentante, « je ne me défends pas ». Le feu s'étend rapidement dans la chambre, puis dans la maison entière, « Tout a brûlé, complètement ».

 

Le passage suivant, « Aide-moi, aide-moi / Le feu ne m'aime pas / Le feu m'aime » souligne un paradoxe dans ce que ressent la narratrice. Elle a besoin d'aide, elle considère cette attirance pour le feu comme une maladie. Elle a également besoin d'aide, qu'on la sauve des flammes, qu'on la sauve de la mort. Lorsqu'elle dit que le feu ne l'aime pas, elle fait allusion à la douleur qu'elle ressent. « Le feu m'aime » est une manière de dire que le feu est attiré par elle, qu'il a une volonté propre de s'emparer de son corps. Malgré ses appels à l'aide, elle va périr par le feu : « J'ai brûlé de la tête aux pieds / Tout a brûlé, complètement / Mais je sors seule de la cendre / Et je monte vers la lumière du soleil ». Ici, cette ascension vers le soleil symbolise sa mort.

 

Ce passage, lorsqu'elle « monte vers la lumière du soleil » peut également faire penser au conte d'Andersen, La petite fille aux allumettes. En effet, cette histoire raconte le sort d'une pauvre petite fille qui meurt de froid le soir de la saint Sylvestre. Elle va, pour se réchauffer, allumer les allumettes qu'elle était sensée vendre dans la journée, mais va mourir de froid. Dans une dernière vision, sa grand-mère récemment décédée la prend dans ses bras et l'emmène vers le ciel. Cette référence à Andersen ne serait pas impossible, dans la mesure où Rosenrot rend hommage à certains écrivains comme Goethe et le frères Grimm avec « Rosenrot ». C'était déjà le cas à l'époque de Mutter avec la chanson « Mein Herz brennt » qui s'inspirait de la nouvelle d'Hoffmann, L'Homme au sable. On pourrait voir ici une autre inspiration littéraire, pas allemande mais danoise, qui montre à quel point Lindemann reste sensible à toute une culture et une multitude de textes qui l'inspirent.

 

Au delà ce cette première narration et de cette référence littéraire, il me semble que l'on peut faire de ce texte une autre interprétation. On peut voir le feu comme une métaphore du désir. En effet, la jeune narratrice est une fille, en âge où ses parents peuvent la laisser seule à la maison, « Mes parents étaient tous les deux sortis ». Les allumettes, ce qui allume le feu, peuvent être vues comme une image de son sexe, ce « jouet extraordinaire » qui va allumer le désir, attiser le plaisir. Cette vision du feu comme image du plaisir féminin, je la justifie par les vers suivants : « Je vais allumer une allumette / Comme maman l'a souvent fait ». En effet, je pense que c'est à dessein que la narratrice fait référence à sa mère utilisant les allumettes et non à son père. De plus, elle souligne bien le fait que « Chaque fois [qu'elle] est seule / [Elle est] attirée par le feu », ainsi elle se laisse aller à ce jeu, envahir par le désir seulement lorsqu'elle est seule, évoquant le tabou qu'il y a autour de cela. C'est parce que c'est un sujet tabou, dont personne ne lui a jamais parlé qu'elle se croit malade, « Pourquoi ne suis-je pas guérie ? ». Dans cette interprétation le vers « Mon corps entier est en flamme » prend tout son sens.

 

Ainsi le paradoxe de son appel à l'aide, du feu qui l'aime et qui ne l'aime pas montre ce que la jeune fille peut ressentir lors de la découverte de son corps et de ces sensations si particulières et nouvelles. Le plaisir féminin est assez particulier, provoque une électricité depuis le clitoris qui s'étend dans toutes les parties du corps. Cette sensation n'est pas d'emblée agréable. L'opposition « Le feu ne m'aime pas / Le feu m'aime » peut faire référence à la découverte et l'apprentissage de ces sensations. Les appels à l'aide ne sont que l'expression d'un besoin d'explication et vont de paire avec les deux questions qu'elle répète : « Pourquoi le soleil est-il rond ? / Pourquoi ne suis-je pas guérie? ». Elle demande à ce qu'on lui explique le sens de la vie, le sens de ce qu'elle ressent. Dans cette interprétation, le dernier couplet prend lui aussi un sens symbolique. « J'ai brûlé de la tête aux pieds / tout a brûlé, complètement » évoque ainsi son premier orgasme. C'est une mort symbolique. En effet, la petite fille est mort et c'est un autre être, une jeune femme qui naît; « Mais je sors seule de la cendre », et qui va s'épanouir complètement, « Et je monte vers le soleil », naître à la vie d'adulte.

 

Une fois encore Lindemann montre ses incroyables ressources poétiques. Sous l'aspect d'une narration faisant référence à un conte populaire, il symbolise l'apprentissage de la vie. Nous pouvons d'ailleurs souligner le fait qu'exceptionnellement le narrateur est une narratrice, ce qui montre son observation de la nature humaine. Et c'est peut-être ici aussi l'expérience de père qui s'exprime. A-t-il vu ce changement chez ses filles? Son incapacité en tant qu'homme à comprendre et à parler de ceci ? Quoi qu'il en soit, Rammstein nous sert une fois de plus un texte à la fois simple et riche, qui montre un groupe au sommet de son art.

 

  • Like 2
Link to post
Share on other sites

Ça me rappelle beaucoup " la très triste histoire avec le briquet " qui est effectivement un conte du recueil Pierre l'Ebouriffé (Der Struwwelpeter) écrit et illustré par le médecin allemand Heinrich Hoffmann : http://fr.wikipedia.org/wiki/Der_Struwwelpeter#La_tr.C3.A8s_triste_histoire_avec_le_briquet_.28Die_gar_traurige_Geschichte_mit_dem_Feuerzeug.29

Link to post
Share on other sites
  • 2 years later...
Le 19/04/2014 à 16:53, Azathoth a dit :

Ça me rappelle beaucoup " la très triste histoire avec le briquet " qui est effectivement un conte du recueil Pierre l'Ebouriffé (Der Struwwelpeter) écrit et illustré par le médecin allemand Heinrich Hoffmann : http://fr.wikipedia.org/wiki/Der_Struwwelpeter#La_tr.C3.A8s_triste_histoire_avec_le_briquet_.28Die_gar_traurige_Geschichte_mit_dem_Feuerzeug.29

Bravo !

Till a même carrément recopié certains vers !!!

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...