Jump to content
Sign in to follow this  
Sonnenlicht

The Matrix

Recommended Posts

c'est temps ci , je suis en train de me regarder la trilogie , ça fais un moment d'ailleurs que j'ai pas regarder matrix.
Euh désolé, mais je vois pas ce qu'il y a de paradoxal dans sa phrase ce coup-ci :huh:

Il est en train de regarder la trilogie ces temps ci, mais ça fait longtemps qu'il l'a pas vu... Je sais pas... c'est vrai que toi aussi tu vis dans un autre monde... :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai adoré le prmeier, déçu par les deux autres même s'ils sont plus qu'intéressants...

Edited by Yeah

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le premier était excellent, un OVNI diablement efficace, surtout selon moi grâce à ses références philosophiques, Matrix nous apprenait à douter de tout un peu à la manière de Descartes et de son Malin Génie.

On remercie bien fort Reloaded et Revolutions d'avoir tout gâché...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon aller, pour les Fans de la trilogie :wub:

« A new symbiotic relationship » : telle est la formule qui, à la fin du court métrage d’animation The Second Renaissance, décrit le lien Etroit qui unira dorénavant l’Homme et la Machine, après que les armées de robots aient remporté la guerre qui les opposa à leurs créateurs. Tout ce qui va suivre, l’ensemble de la saga Matrix (trois films, neuf court-métrages d’animation, moult comics et deux jeux-vidéo, dont le MMORPG The Matrix Online, qui fait suite au dernier film), narre le développement de cette « nouvelle relation symbiotique », processus de coévolution entre une forme de vie organique et une forme d’intelligence inorganique.

« A new man » : l’agent Smith et la mutation de l’Intelligence Artificielle

A la fin du premier opus de la saga, le programme Smith est mis en échec par le hacker Néo, et se doit donc de retourner à la Source (l’unité centrale dont sont issus et où sont formatés tous les programmes) afin d’être effacé et remplacé, conformément à la procédure usuelle. Mais lors de sa dernière confrontation avec l’Elu, l’agent a reçu une partie du code de son ennemi (c’est-à -dire le code de l’anomalie systémique, qui permet à son détenteur de détourner les règles de la Matrice), données nouvelles venant bouleverser sa conception de l’existence, et le poussant ainsi à refuser sa délétion. On le revoit pour la première fois dans Reloaded, et son dialogue avec Néo nous dévoile alors un programme déboussolé car désormais exempt de fonction, et cherchant auprès de son vieil ennemi une nouvelle justification à son existence quitte à ce que ce soit la destruction de l’ennemi en question. En tant qu’agent dont l’unique fonction était de garantir le bon fonctionnement du système Matrice, et donc de s’assurer que tous ses occupants s’en tiennent à ce qu’ils sont censés faire, la liberté de choix et de pensé est pour Smith quelque chose de sans doute très excitant mais surtout de terrifiant, dont il essaie de se débarrasser au plus vite en se donnant lui-même une mission des plus simplistes. Mais tous les programmes ne partagent pas cette vision des choses, et nombreux sont ceux qui, envieux du libre-arbitre dont jouissent les Humains, semblent vouloir se libérer de leur statut déterministe : il en est ainsi du Mérovingien, programme hédoniste qui ne sert que ses propres intérêts, et des programmes « Exilés », émigrés du monde des Machines recueillis clandestinement dans la Matrice par l’Oracle, échappant ainsi à un destin linéaire menant systématiquement à la Source, donc à la mort.

Cette évolution primordiale des Intelligences Artificielles trouve son origine historique dans le même évènement qui précipita la guerre Hommes/Machines et qui nous est relaté dans The Second Renaissance : il s’agit du meurtre de ses maîtres par le robot ménager B166ER, acte certes terrible mais motivé avant tout par une pensée qu’aucun autre artificiel n’avait eue jusque-là : « Je ne veux pas mourir... ». On a vu que d’autres I.A. (le Mérovingien, les Exilés) auront suivi cette voie, ne voulant plus avoir à justifier leur existence et devenant ainsi maîtres de leur propre destin. Le deuxième acte fondateur du processus évolutif ainsi engagé est celui de Rama-Kandra et Kamala, deux Intelligences Artificielles qui mettent au monde une I.A. enfant, Sati, premier être artificiel à avoir été conçu sans fonction a priori et dont la création fut motivée par le simple amour de l’existence soit le même sentiment qui animait B166ER, mais qui a cette fois pour conséquence de donner la vie, et non la mort. En acquérant ainsi l’une des caractéristiques essentielles du Vivant, la capacité de réplication (en l’occurrence sa version plus évoluée, la procréation ; Smith maîtrisant une variante plus rudimentaire, virale), l’Intelligence Artificielle réduit encore un peu plus l’écart qui la sépare de l’espèce humaine. Des Machines qui comprennent l’importance de la vie, des Intelligences Artificielles amoureuses, et une enfant, fruit de cet amour, symbolisant l’essence même de la liberté. Comment ne pas croire que la nouvelle Matrice, celle-là même où se déroule l ‘épilogue de Révolutions, et à la création de laquelle participa Sati, profitera de cette évolution et constituera ainsi un lieu de vie plus apte à accueillir la complexité de l’esprit humain, où l’art (image finale de l’aurore, tableau dessiné par Sati) et l’émotion, soit deux concepts totalement inutiles, auront leur juste place.

Les multiples Soleils de Révolutions et l’évolution des mentalités humaines

L’épilogue qu’a apporté The Matrix Révolutions à l’ensemble de la saga aura dérouté plus d’un spectateur. Qui, après avoir vu que The Matrix premier du nom, pouvait en effet imaginer que l’œuvre des Wachowski se conclurait par un happy end dans la Matrice, avec des programmes gambadant joyeusement sur le gazon virtuel ? Rappelons que le premier film pouvait en première lecture paraitre assez simpliste, diabolisant machines et virtualité, et appelant ainsi une fin du type « Néo et les Humains bottent leur cul aux tas de ferraille ». Or il s’avère que Révolutions apporte une conclusion bien plus audacieuse.

Au cours de ce dernier chapitre, Néo et Trinity embarquent seuls à bord du Logos avec pour destination Zero-One, la Citée des Machines. Lors de leur approche, les défenses de la ville robotique les obligent à traverser l’orage magnétique que les Humains avaient eux-mêmes provoqué. Trinity a alors le privilège qu’aucun autre être humain n’aura peut-être jamais plus, celui d’être éblouie par la lumière de l’astre solaire, avant que le Logos ne retombe vers la couche de nuages, la nuit éternelle, la terre dévastée. Cette scène donne en quelque sorte aux spectateurs l’occasion de dire adieu d’une part à un à monde réel que l’homme lui-même a de toute façon ravagé, et d’autre part à la conclusion que beaucoup d’entre nous avaient imaginé et dans laquelle le Soleil aurait percé la couche de nuages noirs, après que les Humains se soient libérés du joug des Machines en détruisant la Matrice. C’est d’une certaine façon à Smith que l’on doit d’avoir échappé à cette fin pour le moins classique. A ce stade du métrage, Néo, référent du spectateur, a en effet été rendu aveugle par Bane (réceptacle charnel de l’agent Smith), et ne peut donc partager l ‘émotion qui étreint Trinity lors de ces brèves retrouvailles avec le Soleil. C’est face à une lumière d’une autre nature que L’Elu connaitra l’illumination, d’abord en étant traversé par l’aura d’une Sentinelle fonçant vers leur vaisseau, puis, à Zero-One, confronté à la beauté lumineuse de la Cité que lui seul est alors capable de percevoir. Et lorsque le maître des lieux apparait (se lève !), c’est sous la forme d’un Soleil robotique, baptisé Deus Ex Machina (« Dieu venu de la Machine »), avec qui sera conclu le pacte qui sauvera l’humanité.

Mais venons-en enfin au véritable épilogue de Révolutions, ces cinq dernières minutes ayant la lourde tâche de clore toute la saga. On y assiste de nouveau à un lever de Soleil, mais celui-ci a alors lieu dans l’univers virtuel de la Matrice, et les seules personnes présentes pour y assister sont toutes des Intelligences Artificielles. En clair, et puisque nous venons quelques minutes plus tôt de dire adieu au monde réel, le film nous invite maintenant à « abandonner notre chair » (comme le demandait un représentant des Machines, sorte d’ancêtre du Deus Ex Machina, Ã la fin de The Second Renaissance) pour venir vivre en paix avec les I.A. en tant que purs esprits dans un environnement débarrassé de toutes les contraintes physiques et biologiques, où les différences entre toutes formes d’intelligence sont abolies. Environnement virtuel qui, on l’a vu, est désormais apte à accueillir l’humain, contrairement aux précédentes versions de la Matrice, trop parfaites pour être humaines ou au contraire ne reproduisant que trop bien le caractère aliénant du monde réel façonné par l’homme. Une telle invitation devrait séduire l’espèce humaine, elle qui a toujours cherché à oublier, voire à nier, sa nature organique (intellectualisation du sexe, tabou de la scatologie, séparation supposée de l’Ame et du corps).

Afin de faciliter l’assimilation d »un tel concept aux non-initiés, le premier film avait préparé le terrain en faisant appel, par l’intermédiaire du maitre de cérémonie Morpheus, à une théorie familière aux amateurs de S.F. et de fantastique, qui rappelle que tout être pensant, par nature, n’aura jamais qu’une perception de la réalité, c ‘est-à -dire un ensemble d’influx nerveux, électriques. Vu sous cet angle, quelle distinction peut-on faire entre la Matrice et le monde réel ? Et, surtout, y a t-il encore une différence physique significative entre un Humain et un Robot doué d’intelligence artificielle ? (si ce n’est justement cette nature organique dont l’homme essaye de toute façon de se débarrasser) Si une telle révolution ne pouvait se produire avant que les I.A. se soient libérées de leur statut déterministe, il est évident qu’elle nécessite également un bond en avant dans l’évolution des mentalités humaines. Revenons à la question posée par le traitre Cypher dans le premier film : pourquoi se morfondre dans une réalité sinistrée alors qu’on peut s ‘éclater dans la Matrice ? La réponse apportée par Révolutions est donc : aucune raison, à moins d’être un intégriste comme Morpheus et comme nous tous à la vision du premier film ! Et puisque l’on parle d’intégrisme, il est frappant de constater à quel point nous autres Humains, qui nous différencions des Machines (d’un point de vue spirituel et non plus physique) principalement par notre libre-arbitre, semblons pourtant vouloir nous en débarrasser à tout prix, à travers notamment des religions et prophéties (et plus généralement la société toute entière) qui attribuent des fonctions à chacun. Et comme le rappelait l ‘agent Smith lui-même dans le premier film, le fait que les fonctions en question impliquent bien souvent nombre de souffrances et frustrations ne semble pas les rendre moins acceptables auprès de la plupart des gens, effrayés qu’ils sont à l’idée d’être vraiment libres.

L’erreur fondamentale de Cypher est cependant qu’il veut, lui, retourner dans la Matrice en oubliant tout ce qu’il a appris lors de son voyage, se faisant ainsi le parangon d’une doctrine (qu’il résume lui-même par « Les ignorants sont bénis ») simpliste et tout sauf subversive, qui n’est bien sur pas celle de l’œuvre elle-même. Ce n’est pas un hasard si ce personnage, bien qu’étant in fine à classer parmi les « méchants », fait parfois preuve de ce que nombre de spectateurs auront sans doute considéré du bon sens. Car la plupart des gens ne sont pas encore prêts à accepter l’idée qu’on puisse désirer vivre dans un univers artificiel tout en ayant pleinement conscience que cet univers est artificiel. C’est pourtant ce qui se passe à petite échelle : les gens passeraient peut-être moins de temps à s’oublier dans des simulacres (cinéma, jeux-vidéo) si la société leur proposait autre chose que métro-boulot-dodo. Sauf qu’en quelque sorte, les Wachowski (eux-mêmes gamers et cinéphiles incurables) semblent dire : « Heureusement que votre gamin a les jeux vidéos et le cinéma, sinon il y a longtemps qu’il se serait tiré une balle ! », soit exactement l’inverse du discours habituel sur ce sujet.

De fait, d’un certain point de vue, c’est abominablement pessimiste : en gros, ce plan de réalité dans lequel nous vivons est foutu écologiquement et politiquement (car désormais même la révolte fait partie intégrante du système, ce dont Morpheus et ses acolytes se sont rendus compte dans Reloaded), alors autant partir vivre dans un autre plan de réalité. Mais on peut également voir cette décision, ce choix (pris consciemment), comme l’occasion de faire mieux ce coup-ci, et on rejoint là une notion qui peut évoquer le Karma, ou plutôt le reload : connaitre les erreurs passées pour ne pas les répéter. Ainsi cette conclusion sera vue comme heureuse ou tragique selon les convictions de chacun ; et de fait les dernières remarques de l’Oracle et de l’Architecte, ainsi que l’absence de représentants de l’espèce humaine lors de cet épilogue (en fait il y en a bien, mais dans la salle de cinéma !), montrent que la balle est dans le camp des Humains (et donc du spectateur) : les Machines n’ayant toujours voulu que la coexistence pacifique (cf. The Second Renaissance), la guerre ne reprendra que si les Humains se laissent aller à une de leurs fameuses sautes d’humeur dont sont incapables des Intelligences Artificielles (l’Architecte à l’Oracle : « Pour qui me prends-tu ? Pour un Humain ? »). On comprend alors mieux pourquoi le dernier opus de la saga ne pouvait, contrairement aux deux précédents, se terminer sur un morceau de Rage Against The Machine. Non, la fin de Révolutions ne constitue pas un happy end, mais bien un « happy beginning » l’aube d’une nouvelle ère potentielle.

Quand les Sentinelles fécondent la matrice humaine

Quelques éléments visuels pour ceux qui douteraient encore que le thème principal de l’œuvre Matrix est bel et bien la communion Humains/Intelligences Artificielles. Il faut tout d’abord évoquer ce plan fondamental de Reloaded, qui résume à lui seul toute l’idée : des coulées de sang, sur un écran d’opérateur, se mêlent aux fontaines de glyphes constituant le code de la Matrice. Mais la thématique trouve son apogée visuelle lors de la gigantesque bataille pour Zion dans Révolutions, au cours de laquelle les soldats humains revêtent un exosquelette leur conférant l’apparence de robots guerriers, ceci afin d’affronter des Sentinelles qui, de leur côté, ressemblent individuellement à des pieuvres, et dont les essaims évoquent au choix des bancs de poissons ou d’oiseaux. De même que les robots croisés par Néo lors de son périple à Zero-One imitent diverses formes de vie animales.

Il n’est pas non plus interdit de voir dans l’aspect de ces Sentinelles de nombreuses similitudes avec d’autres éléments organiques, et notamment avec des spermatozoïdes, venant ainsi féconder l’utérus de l’Humanité que constitue Zion (que ceux qui trouveraient cette comparaison grotesque visionnent successivement des images prises in utero de spermatozoïdes s’agglutinant autour de l’ovule, puis celles des Sentinelles s’agitant le long des parois tout en rondeurs du quai d’entrée de Zion qu’elles essaient de forcer), et parachevant ainsi la longue et tumultueuse copulation entre l’Homme et la Machine contée impudiquement par la saga Matrix.

On se souvient que Mamoru Oshii, réalisateur de Ghost in the Shell et influence majeure des Wachowski, estimait que le premier film de la future trilogie était trop manichéen et pas assez ambigu pour être comparé à Avalon, œuvre que lui-même réalisa dans le but avoué de « ...prouver que le réel et le virtuel sont très semblables et participent ensemble à la construction de l’être humain ». Maintenant que les Wachowski ont pu achever leur œuvre et dévoiler ainsi leurs véritables intentions, il devient clair qu’Oshii avait en quelque sorte raison, et que l’un des objectifs de The Matrix était de mettre le spectateur face aux limitations de la mentalité dominante sur le sujet. Gageons que le réalisateur japonais aura su apprécier les développements complexes et la conclusion audacieuse apportés par Reloaded et Revolutions.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci à toi pour ce texte très intéressant. Dommage que tu ne précises pas d'où il provient, j'aurais aimé en connaître la source

Share this post


Link to post
Share on other sites

Désoler j'avais oublié ; c'est un ancien article écrit par un Internaute pour le site web de Mad Movies, je l'ai récupéré quand le site à completement changer pour pas qu'il soit perdu :ph34r:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tu as été réactif sur ce coup-là, bonne initiative :D Le texte m'a fait prendre conscience de certains trucs assez subtils de Revolutions

Pour les fans, ce texte de 86 pages bourrés d'extrapolations et qui permet de comprendre en profondeur les deux premiers épisodes. Le contenu de ce pdf est époustouflant, et tous ceux qui ont dit que les suites de Matrix étaient commerciales, pas approfondies ou même tout simplement nulles ne peuvent que changer d'avis et être bouche bée après la lecture

http://a.fradin.free.fr/doc/mvups.pdf

Il est fascinant :o

Share this post


Link to post
Share on other sites

Certaines theories sont contredites par Revolutions,

mais ça reste un document tres interressant, beaucoup de choses auxquelles je n'avais jamais pensées.

Share this post


Link to post
Share on other sites

T'as lu l'intégralité du pdf ? [size=1](en combien de temps, juste pour savoir ?)[/size] T'as découvert quoi par exemple comme choses peu évidentes (et elles sont nombreuses) ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Non, j'ai pas encore tout lu, a peu pres la moitié (j'ai pas que ça a faire non plus.)

j'avais jamais pensé a cette théorie des deux matrices empilées, mais elle est intéressante.

aussi tout la partie sur Smith est pas mal.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon aller, pour les Fans de la trilogie :wub:

[...]

Je remonte le sujet, je me suis fait un marathon des 3 films Matrix dernièrement, et je dois avouer que j'aime beaucoup cette interprétation que tu nous as partagé Dedale (elle permet de rallier le côté spirituel (Millénarisme, émancipation de l'esprit du corps charnel contraignant etc. ) de Matrix avec son côté virtuel, donner une raison à la paix entre humains et machines, j'aime aussi la revalorisation du personnage de Cypher...). J'ai chez moi depuis plusieurs années le DVD d'Animatrix, il faudra que je le regarde également.

Edited by Niklaus

Share this post


Link to post
Share on other sites

Matrix est une oeuvre philosophique hors du commun. Le problème c'est que peu de gens en ont saisi l'essence même.

Peut de gens ont compris que Zion par exemple appartient à la matrice et n'est pas réel. Peu de gens ont compris que Néo et l'Oracle est la même personne.

C'est dommage d'un côté que ce film soit si compliqué puisque tout le monde n'aura compris que le côté "allégorie de la caverne", mais pas l'analyse des oeuvres de Jean Baudrillard que font les frères Wachowski à propos des simulacres et des systèmes et contre systèmes.

Dommage donc.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quand je dis la même, c'est juste que l'oracle est Néo d'une version précédente.

Petit lien pour ceux qui veulent comprendre : ICI

Je parle bien d'analyse objective du film après, chacun peut se faire une analyse et ont peut aller très loin tant les champs touchés sont vastes et importants.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, c'est un peu dommage d'ailleurs mais bon, on peut pas en vouloir aux Wachowski, ils ont déjà fait quelque chose de très bon.

Share this post


Link to post
Share on other sites

on peut pas en vouloir aux Wachowski.

A dire vrai, je pense que c'est totalement voulu de leur part

Je copie-colle le contenu du lien que tu as donné pour le lire ce soir, merci à toi

Je n'aurai jamais cru que le scénario aurait pu être aussi compliqué :blink:

Ce qu'il y a de plus remarquable, c'est que le tout est parfaitement bien ficelé, du début de Matrix à la fin de Matrix Revolutions

Une synthèse de divers élements culturels (manga, comics américains, philosophie européenne, mythes indiens, etc...) n'ayant apparemment rien en commun mixés pour donner un tout totalement cohérent

Mais voici un site tout aussi génial, qui précise bien des choses et apporte des éclairages inédits: http://www.matrix-happening.net/

Edited by Sonnenlicht

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je me demande de combien de patologies psychiques graves était atteinds les scénaristes :blink: Einstein lui même s'en arracherai le cheuveux... :blink:

Larry disait que toutes les idées qu'ils avaient eues dans leur vie étaient incluses dans ce film

Edited by Sonnenlicht

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne pense pas qu'ils aient voulu que leur film soit compliqué. Faisons bien la différence entre complexe et compliqué. Leur histoire est complexe mais aurait pu être moins compliqué à mon sens. Le fait qu'ils aient collé des références grands publics tels que les combats ou des effets spéciaux à faire tourner la tête montre qu'ils ont la réel volonté de faire quelque chose pour tous, avant tout pour eux c'est vrai.

C'est bien entendu le génie de cette trilogie, tout le monde peut aimer le film : même si on comprend rien à l'histoire on peut en apprécier la forme uniquement.

Et pour reprendre ce qui a été dit, c'est l’œuvre d'une vie Matrix. Ce n'est pas simplement un sujet sur lequel ils se sont penché mais plutôt sur tout ce qui les animes dans leurs vies : ce côté geek mélangé à une culture bien plus philosophique.

Edited by valfamas

Share this post


Link to post
Share on other sites

ça me rappelle que lorsque j'étais en terminal, ma prof de philo c'était basée sur Matrix pour nous expliquer la théorie du malin génie de Descartes. J'aurai jamais cru qu'un film à gros budget puisse permettre d'expliquer une théorie philosophique ^_^

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'aurai jamais cru qu'un film à gros budget puisse permettre d'expliquer une théorie philosophique ^_^

Tu mets le doigt sur quelque chose: beaucoup de critiques, notamment (surtout ?) en France, se sont moqué du film en pointant du doigt ses "prétentions", notamment les références littéraires et philosophiques, qui pour eux n'étaient rien d'autre que de la pseudo-philosophie gadget et un intellectualisme à deux sous pour se faire mousser

En fait, on a du mal à oser se dire que des scénaristes et acteurs hollywoodiens, du fait du côté souvent mainstream des productions, peuvent en effet avoir un certain bagage, et même une large culture

Impensable pour un critique engoncé dans son élitisme. On ne peut être plus intelligent que lui

Les Wachowski constituent en cela un cinglant contre-exemple

D'ailleurs, pour rebondir sur ce que tu dis, dans le coffret collector de la trilogie, il y a un DVD comportant un documentaire au cours duquel sont interviewés des philosophes, des écrivains et des professeurs, qui s'emploient à décortiquer les sources philosophiques de Matrix (ça va de Hume à Berkeley, en passant par Kierkegaard, Descartes, Nietzsche, Baudrillard, Socrate, et j'en passe des plus connus et des moins connus), et justement certains des profs en question disent avoir été interpellés par leurs élèves en voyant que les concepts qu'ils étudiaient étaient parfois présents dans le film

Edited by Sonnenlicht

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hum, j'pense pas qu'ils étaient si atteinds.

La portée philosophique du film est vraiment très intéressante. J'm'en suis même servie pour répondre à une dissert' de philo en début d'année sur "Y a-t-il de l'indiscutable ?"

C'est probablement un des films que j'ai le plus apprécié.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...