Jump to content

Prochaine vidéo : Ach so gern


Recommended Posts

Je viens d’enfin regarder le clip. J’ai bien aime. Encore une fois c’est plein de tristesse et desespoir. Le clip est cette fois facile à comprendre, moins subtile que Knebel mais on a plus l’impression du dégoût de soi même et l’impossibilité de sortir de l’ addiction (le disque est rayé). Avez-vous remarqué que le visage en papier à la fin, que Till dévore, et celui de lui-même enfant. Et il fini par le vomir...

  • Like 5
Link to post
Share on other sites
  • Replies 162
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

arrêtez de critiquer, il reste encore 6 clips pour se faire un avis 

Meilleur clip de Lindemann. Il est tout ce que j'aime de cet album. Un Till Lindemann authentique, vomissant son (intéressante) personnalité au travers de son art.  - Sur les commentaires ci-dess

Bihać :   "Afin de créer une atmosphère authentique et de susciter de vraies réactions de la part de Till, nous avons décidé de tourner la scène d'interrogatoire en un seul plan. C'était com

 

il y a une heure, TuMirNichtWeh a dit :

Je viens d’enfin regarder le clip. J’ai bien aime. Encore une fois c’est plein de tristesse et desespoir. Le clip est cette fois facile à comprendre, moins subtile que Knebel mais on a plus l’impression du dégoût de soi même et l’impossibilité de sortir de l’ addiction (le disque est rayé).

 

J'aime bien ton interprétation même si je ne trouve pas le clip super.

 

il y a une heure, TuMirNichtWeh a dit :

Avez-vous remarqué que le visage en papier à la fin, que Till dévore, et celui de lui-même enfant. Et il fini par le vomir...

 

J'étais tellement persuadée que c'était Peter, que l'on voit pas pas dans le clip d'ailleurs, qui se cache dessous le masque que j'ai pas fais attention au visage sur le papier, ni au lien avec le vomissement, que j'ai associé aux coups qu'il recevait. Genre il recrache du sang.

 

 

Link to post
Share on other sites
il y a 21 minutes, DickInSon a dit :

J'avoue que j'ai bien aimé la première claque parce que le chant continue et ça fait un effet très intéressant, j'étais encore hype sur le coup

J'ai d'autant été plus déçue qu'il n'y a plus rien d'autre d'intéressant après ce passage

 

Pareil ! Le tout début et la toute fin (avec l'image qui suit le mouvement du disque rayé) sont vraiment cool.

  • Like 1
Link to post
Share on other sites

Au début que j’adore, le style de chant féminin fait très ‘Cabaret’, ainsi que les images qui l’accompagnent, nous renvoie à la très décadente République de Weimar, ce qui finalement colle bien au personnage de Till et son comportement.

Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, Los123 a dit :

J'étais tellement persuadée que c'était Peter, que l'on voit pas pas dans le clip d'ailleurs, qui se cache dessous le masque que j'ai pas fais attention au visage sur le papier, ni au lien avec le vomissement, que j'ai associé aux coups qu'il recevait. Genre il recrache du sang.

 

 

il apparait une fraction de seconde à 4:05/06

Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...

Meilleur clip de Lindemann. Il est tout ce que j'aime de cet album. Un Till Lindemann authentique, vomissant son (intéressante) personnalité au travers de son art. 

- Sur les commentaires ci-dessus, le parallèle entre la personnalité de Till et la République de Weimar décadente (finalement incarnée par Germania dans Deutschland) est très juste. Till Lindemann est devenu une sorte d'Anita Berber, artiste jusqu'à la consomption de soi-même, et semble vouloir faire de son existence une Gesamtkunstwerk (Oeuvre d'art totale)...

- ... Ce qui est parfaitement compatible avec l'apport visuel de ce sadique de Bihac (qui a trouvé en Lindemann le masochiste prêt à tout endurer afin de pousser à son paroxysme les émotions fortes dégagées dans ses textes). Si ce n'est pas le meilleur réalisateur pour Rammstein, Bihac est néanmoins parfait pour un projet comme Lindemann. Il ne nous reste plus qu'à espérer que cela ne noie pas Till en le confortant (et en l'encourageant) dans ses déviances mentales.

 

- Je n'aimais pas tant que ça Ach so Gern à la première écoute (ni à la deuxième..) et je préférais la version Pain. Mais le clip m'a permis d'aborder tout cela avec une dimension assez intéressante. Je comprends le parallèle avec Knebel. A vrai dire, le clip de Knebel aurait pu être celui d'Ach so Gern ("embrasser avec les lèvres colorées" avaient du sens pour Ach so Gern ; tandis que de se faire baffer par des femmes sans visage, et en lingerie en dessous le manteau, en disant que "l'on préfère les femmes avec un bâillon sur la bouche", en aurait eu pour Knebel). Dans le fond, Ach so Gern est un peu une suite spirituelle de la narration de Knebel. Dans Knebel, l'homme est erratique. Il vire-volte, mange ce qu'il peut, est la victime de ses pulsions, et sent bien qu'il y a un manque de sens à tout cela, qu'il est plus asservi que maitre de la situation. Ach so gern est contée au passé ; l'homme effectue le constat, et il est amer. Dans cette vidéo, il est effectivement dans sa prison mentale, souffrant d'une solitude qui le frappe comme si les femmes dont il avait abusé des sentiments le rouaient de coups quotidiennement. La seule traînée qu'il laisse désormais derrière lui est celle laissée par son propre sang. Tout cela se déroule de nouveau dans le froid, comme si la danse avait toujours été glacialement mécanique, grossière, et sans aucun véritable apport de chaleur (à part, peut-être, pour celles qu'il aura aimé, et qu'il aura laissé partir dans Diamant). 

 

- Certains de vous disent que c'est une histoire de cannibalisme (et je dois avouer que j'étais initialement proche de l'interprétation du style "jugement romantique d'un vampire" - aussi bien dans le texte que dans l'imagerie), est-ce à cause de la (très) courte séquence de fin de la vidéo ? Car si c'est juste à propos de ce passage, j'y vois seulement l'image de la femme qui se fait dévorer comme on dévorait Vénus sur la pochette de LIFAD (on la consomme, en outre ; comme il consomme le lait à la place de l'enfant qui ne naîtra pas). C'est juste le jugement d'un homme et de sa relation au sexe, et à la femme ; et non du cannibalisme à prendre au premier degré. 

- Till qui avale son visage est perturbant. A la manière d'un Steh Auf. Là, je ne m'avance pas, mais j'ai l'impression que c'est tout droit sorti du recoin le plus sombre de son être. Et c'est peut-être là que Bihac est un bon réalisateur, mais probablement un mauvais médecin de l'âme..!

- C'est effectivement tourné en Estonie ; les plus observateurs auront fait l'arrêt sur image à la fin, et ont vu l'inscription "ANGLA", qui est le nom d'une ville d'Estonie. 


Enfin, on peut le voir ainsi..
...ou autrement.


 

Edited by Kisei
  • Like 7
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites

@Kisei "embrasser avec les lèvres colorées"? Tu sors ça d'où ? ("embrasser jusqu'à s'écorcher les lèvres" ?)

 

Je pensais que la partie où il se fait tabasser avait été filmée St Petersbourg. Un journaliste mentionne une usine désaffectée et le visage difforme de Till dans une interview récente. C'est peut-être un mix d'images, remarque.

De toute façon, ce clip souffre d'un des gros problèmes de Bihac, peu de cohérence visuelle...

 

 

Link to post
Share on other sites
il y a 7 minutes, LudicrousC a dit :

C'est peut-être un mix d'images, remarque.

 

Probablement. 

 

il y a 7 minutes, LudicrousC a dit :

"embrasser jusqu'à s'écorcher les lèvres"


Tu as raison ; l'image reste la même dans mon esprit (et les vidéos sont inter-changeables) : du sang sur la bouche, qu'il provienne d'un cunnilingus à la Knebel, ou des lèvres gercées à cause du froid & de l'amertume d'Ach so Gern. 

Link to post
Share on other sites
Le 08/01/2020 à 17:44, DickInSon a dit :

Toutes les références au cannibalisme ne pourraient-elles pas être liées à Hansel&Gretel


J'avoue ne pas avoir totalement suivi le projet H&G pour faire les possibles parallèles entre les différentes références.

De manière générale, j'ai l'impression que "manger"/"se nourrir" est souvent utilisé dans le lexique de Lindemann en dehors de son sens littéral. C'est souvent de la consommation de l'autre (dans "Ich muss esse, esse, esse-esse !", j'entends "je dois baiser, baiser, baiser-baiser"). Est-il possible que cela soit juste un strict parallèle à la sorcière anthropophage de H&G, ou est-ce ici purement métaphorique et qu'il faut voir, de nouveau, du sexe partout. De manière générale, je pense que Lindemann doit être intéressé par les contes pour enfants dans leur interprétation sexuelle (le Chaperon Rouge, Blanche-Neige et les 7 Nains...). Concernant Mein Teil, c'est effectivement une histoire de cannibalisme, mais pas n'importe laquelle : cela conte une victime qui mange son propre sexe, et non n'importe quel autre membre, ce qui n'est pas un choix anodin. Globalement Manger = Consommer = Sexe frivole. 
En tout cas, c'est ainsi que je le vois, comme lorsque je voyais une conquête à chaque chose qu'il dévorait/buvait dans Knebel. Le lien symbolique & narratif entre ces deux vidéos est si fort, que j'ai même l'impression que toutes les séquences tournées dans les deux clips étaient destinées pour Knebel, qu'ils en ont choisi certaines pour faire effectivement Knebel, pour enfin faire une autre video (Ach so Gern) avec les scènes non-utilisées. 
Pour te répondre, donc : c'est peut-être effectivement lié au cannibalisme de H&G ; et peut-être que le cannibalisme de H&G est également symboliquement lié à cette "obsession de la nourriture/sexe" que peut avoir / dont peut souffrir Lindemann. 

Je conçois que c'est une traduction très personnelle de ce que fait Lindemann [la compréhension sexo-centrée]. Après tout, je voyais déjà dans le texte de Children of the Sun la vie tragique des spermatozoïdes..(ça parle de quoi, en vérité ?)! Mais il me semble que c'est une façon de voir qui prend sens lorsque l'on observe le changement de comportement et de poésie de Till Lindemann ces dernières années (aka le virage LIFAD..). Le type prend de l'âge, et aimerait profiter de la vie jusqu'à la mort, tout en étant conscient que la frivolité de son comportement nihiliste le mènera inévitablement à s'éteindre seul dans ses draps (si ce n'est par overdose). En attendant la fin, cela va se traduire par 80% des chansons qui seront liées à ce sujet bien précis (l'amour, l'envie, le sexe, et le froid), des délires personnels comme Dr Dick, des clips annulés car Bihac oublie que Rammstein n'est pas (totalement) Lindemann, des concerts avec, en vrac, des vagins en gros plans, des gonzesses nues chiant des pilules par le cul, et des images de Till, travesti en femme, avec le mot CUNT écrit sur le front, et vomissant en HD sur l'écran géant. 

Bref', voilà ce que j'aime dans cette musique, et dans ce clip : c'est une synthèse parfaite de l'homme. 

Edited by Kisei
  • Like 2
  • Haha 1
Link to post
Share on other sites

@Kisei Beau commentaire !! :) 

...qui m'a fait réfléchir à ma position critique vis-à-vis d'Ach so gern et de son (faux ?) jumeau Knebel.

Peut-être qu'Ach so gern m'aurait plu davantage s'il avait précédé Knebel, même si dans l'absolu Knebel me semble bien plus intéressant, parce que plus complexe et plus cryptique (si l'on excepte cette image de Till avalant son visage d'enfant, qui reste énigmatique et qui me plaît beaucoup). Mais justement, le problème est là Ach so gern est venu après, et souffre de la comparaison qu'on fait obligatoirement avec son prédécesseur, parce qu'il lui ressemble énormément évidemment (la neige, la poussière blanche/la farine ?, les murs de pierre, la chaîne au cou/les barreaux de la prison, les absorptions en tous genres, les fluides corporels, la femme nue traînée dans la montagne ou dans la rivière), ...tout en étant moins bon à mon avis. 

 

À ce propos je suis tout à fait d'accord avec toi quand tu écris : "Un Till Lindemann authentique, vomissant son (intéressante) personnalité au travers de son art". On a l'impression justement qu'il y a quelque chose de compulsif, comme quand on vomit, et ce quelque chose se traduirait par le besoin de répéter encore et encore les mêmes idées, les mêmes motifs, les mêmes images - d'où la ressemblance entre les deux clips. Artistiquement il n'y a rien de nouveau, on sait bien que de nombreux poètes, écrivains, peintres, musiciens reviennent aux mêmes thèmes qui les fascinent, les inquiètent ou les font souffrir. Le souci, ici, c'est que les deux vidéos se suivent, que des vidéos il n'y en a pas beaucoup, que ce n'est pas dilué dans des centaines de pages ou des dizaines de tableaux...    
Tu le dis bien, les deux clips sont interchangeables ; mais est-ce souhaitable, que deux clips le soient ? Les chansons, elles, ne le sont pas ! Elles racontent des choses différentes sur un ton différent, avec une puissance différente. Et toutes ces différences sont neutralisées au profit de la toile de fond qu'est la personnalité de Lindemann, qui se raconte encore une fois de la même manière, comme s'il n'y avait rien d'autre à explorer, au niveau visuel, au niveau narratif... 

Sinon, 

Il y a 19 heures, Kisei a dit :

Tout cela se déroule de nouveau dans le froid, comme si la danse avait toujours été glacialement mécanique, grossière, et sans aucun véritable apport de chaleur

j'aime beaucoup ce passage, très bien dit je trouve !

EDIT : Ah, t'as posté entre-temps, mais je crois que c'est bon, je reste dans le thème ! :D 

Edited by Ein kleiner Mensch
  • Like 1
Link to post
Share on other sites

Je ne sais pas à quel moment je dois vous avouer secrètement que j'ai tendance à préférer le clip d'Ach so Gern à celui de Knebel..

@Ein_Kleiner_Mensch

Merci pour ton commentaire. 
De mon point de vue, on reprend les mêmes motifs, idées & images depuis LIFAD. Depuis, dans le texte, rien de nouveau (à part peut-être les moules-frites). Beaucoup de sexe, un peu de transcendance, un soupçon de tristesse, de la provocation lexicale, et de l'imagerie choquante, et voilà la mécanique allemande. 
Après, ce sentiment de revenir toujours et encore à ce même point de départ, c'est aussi ce qui crée un peu Ich WeiB es nicht. Mais c'est justement là, la chose nouvelle : il y a beaucoup de textes liés au sentiment de constat. Quand je l'entends chanter IWEN, WWDS, Was ich Liebe, Ach so Gern, Steh Auf ou même F&M, j'entends l'homme vieillir et, par sa poésie, parler de ses vices, mais aussi faire le bilan amer de tout cela, et en payer l'addition. Et ce sentiment de constatation est une chose véritablement nouvelle dans l'Albumette, et encore plus dans F&M.

 

il y a 13 minutes, DickInSon a dit :

@Kisei D'ailleurs le loup du petit chaperon rouge dévore la petite fille (et la grand mère, nom de Dieu ce vicieux). On a tous compris de quoi il s'agissait -_- comme tu le dis. 

[...]

Maintenant pour Mein Teil c'est encore un autre délire, ça parle d'un mec qui a un fétiche réel et qui s'est tristement rendu célèbre en le pratiquant. Je classerai pas cette chanson dans la même catégorie, c'est pas une métaphore, ces gens là veulent vraiment manger pour de vrai 👨‍🍳 la mise en scène avec la marmite me met toujours mal à l'aise, c'est trop dans le délire. Dans le bdsm on fait plus sain. Je préfère le canon bite et la levrette :ph34r:


Il y a un bouquin sur la psychanalyse des contes de fées ou je-ne-sais-quoi dans le genre. Je n'ai jamais lu ça, mais cela doit sans doute en parler.

Pour ma part, rien de tel que la mise en scène combo "Poutre qui s'élève/Pot de lait/Étincelles/Dans une baignoire-vagin qui explose". 

Edited by Kisei
  • Haha 1
Link to post
Share on other sites
il y a 9 minutes, Kisei a dit :

Je ne sais pas à quel moment je dois vous avouer secrètement que j'ai tendance à préférer le clip d'Ach so Gern à celui de Knebel..


Tu peux le faire il y a 20 heures, aucun souci, on est prêts.
 

(cf.

Il y a 20 heures, Kisei a dit :

Meilleur clip de Lindemann.

)

:ph34r:

EDIT : Je veux ce livre sur les contes de fées, mon anniversaire c'est le 4 septembre si jamais.

Edited by Ein kleiner Mensch
  • Haha 1
Link to post
Share on other sites
il y a 46 minutes, Ein kleiner Mensch a dit :

Peut-être qu'Ach so gern m'aurait plu davantage s'il avait précédé Knebel, même si dans l'absolu Knebel me semble bien plus intéressant, parce que plus complexe et plus cryptique (si l'on excepte cette image de Till avalant son visage d'enfant, qui reste énigmatique et qui me plaît beaucoup). Mais justement, le problème est là Ach so gern est venu après, et souffre de la comparaison qu'on fait obligatoirement avec son prédécesseur, parce qu'il lui ressemble énormément évidemment (la neige, la poussière blanche/la farine ?, les murs de pierre, la chaîne au cou/les barreaux de la prison, les absorptions en tous genres, les fluides corporels, la femme nue traînée dans la montagne ou dans la rivière), ...tout en étant moins bon à mon avis. 

 

Je suis assez d'accord. J'ajouterais aussi que le clip de Ach so gern ressemble trop à un patchwork de saynètes, liées entre elles par bien peu de choses. Il y a quoi? le costume pour certaines, okay, mais pas toutes les scènes (alors il sert à quoi, ce costume?). Ensuite, quoi d'autre? Ah ouais, effectivement, les murs en pierre aussi, qui renvoient à un lieu unique... mais en même temps excluent la possibilité d'un flash back pour les scènes en noir et blanc (qui expliqueraient l'incarcération de Till).

 

On se retrouve avec juste un Till métaphoriquement emprisonné par sa libido... quelle surprise. A côté, Knebel qui fait plus de place en images à la femme, gagne en richesse juste parce qu'on peut se demander qui est cette créature.

 

 

 

De plus, il faut avouer aussi que l'interprétation de Till, bah, elle est pas géniale non plus. Je veux dire: un face cam aussi prolongé, ça aurait été l'occasion d'aller au bout du personnage. Mais là, dans la performance de Till, il y a peut-être deux passages de trois secondes où il y a un vrai jeu d'acteur. La tension se joue sur sa respiration bien visible à cause du froid et sur peut-être une claque ou deux qui font vraies. Même dans la scène avec la femme, il n'est pas crédible une seconde: il fait trop neuneu, trop guignol, à regarder l'objectif de la caméra comme ça tout en se tapant la gonzesse, quand juste avant, on vient de le voir fixer l'objectif dans son costume guignolesque couvert de farine. La scène à 2'20 est emblématique: il est censé être ultra creepy - il ne l'est pas une seule seconde.

 

Je crois que dans Ach so gern, le problème est justement que Till est une simple caricature de lui-même: une coquille vide, un pantin à l'instar de la femme décédée avec qui il danse dans la neige. Il est passif dans la plupart des scènes; il prend des coups, là où dans Knebel, il était partiellement actif (sa soumission était subie et venait à la suite d'un revirement de situation: la proie l'avait chopé - c'était intéressant, comme concept).

Et c'est con, mais un clip ne peut pas être intéressant à regarder s'il n'y a pas un jeu d'acteur extraordinaire ou une photographie époustouflante.

 

C'est même pénible, avec la couleur ultra criarde (rouge pétard) du costume quand il est dans le paysage enneigé alors qu'on est presque sur du rouge bordeaux dans la cellule. Pourtant, avec les logiciels d'aujourd'hui, on peut quand même bien travailler les couleurs pour éviter ce contraste qui saute beaucoup trop aux yeux à l'écran...

 

 

il y a 46 minutes, Ein kleiner Mensch a dit :

    Tu le dis bien, les deux clips sont interchangeables ; mais est-ce souhaitable, que deux clips le soient ? Les chansons, elles, ne le sont pas ! Elles racontent des choses différentes sur un ton différent, avec une puissance différente. Et toutes ces différences sont neutralisées au profit de la toile de fond qu'est la personnalité de Lindemann, qui se raconte encore une fois de la même manière, comme s'il n'y avait rien d'autre à explorer, au niveau visuel, au niveau narratif...

 

Yep, je crois que tu mets le doigts sur le problème du dernier Lindemann. C'est le disque rayé. Till ne se contente plus de reparler de ses thèmes de prédilections, il refait la même rengaine, il redit la même chose de la même manière.

 

D'un point de vue soit musical, soit textuel, on peut même voir certaines chansons de l'album comme des redites inutiles. Platz eins, c'est le même délire pop que Ausländer. Au niveau thématique, Steh Auf pourrait être la suite énervée de Puppe. On peut imaginer la persona de Cowboy sortir sa guitare et se transformer en cliché BDSM dans Knebel. La simplicité d'écriture de Frau und Mann est vraiment ridicule à côté de celle de Zeig dich ou de Deutschland...

 

 

il y a 5 minutes, DickInSon a dit :

@Kiseij'ai beaucoup de mal avec la psychanalyse, je trouve que ça permet de faire dire n'importe quoi à n'importe quoi et le faire passer pour analyse 

 

C'est assez vrai, c'est pour cela que c'est devenu un peu la chose à éviter dans les études littéraires désormais (j'ai connu un camarade de promo qui, en citant Freud, s'est coltiné un 4/20 à une explication de poème et des critiques ultra acerbes du prof à ce sujet).

Link to post
Share on other sites
il y a 11 minutes, LudicrousC a dit :

Ah ouais, effectivement, les murs en pierre aussi, qui renvoient à un lieu unique... mais en même temps excluent la possibilité d'un flash back pour les scènes en noir et blanc (qui expliqueraient l'incarcération de Till).

 

J'ai pas compris... :ph34r:
 

il y a 12 minutes, LudicrousC a dit :

On se retrouve avec juste un Till métaphoriquement emprisonné par sa libido... quelle surprise. A côté, Knebel qui fait plus de place en images à la femme, gagne en richesse juste parce qu'on peut se demander qui est cette créature.

 

Effectivement, sans surprise, c'est ce dont je parlais quand j'évoquais le manque d'imagination visuelle --> prison mentale = vraie prison avec des barreaux, euh oui, bon.
Et oui pour Knebel, la femme mais également la cloche de verre contenant une miniature des ruines, le décor, la narration, et Till aussi. Beaucoup plus viscéral et glaçant que dans Ach so gern. Tu fais pas un cirque pareil façon clown quand tu te débats face à une addiction ou des remords, donc comme on ne sait plus s'il veut faire de l'humour ou s'il est dans quelque chose de sérieux, comme on n'est ni franchement dans l'un, ni franchement dans l'autre, les deux s'annulent et le résultat est plat et peu convaincant. Comme tu dis, il ne va pas au bout du truc, et rester dans un entre-deux donne un résultat très moyen, d'autant plus pour du Lindemann, du moins dans ma vision des choses.

Et bon, la vidéo n'a pas grand-chose à voir avec la musique, mais ça c'est un autre problème. :ph34r: Un clip est censé sublimer une chanson pour moi, y compris la mélodie (ça me fait penser à cette matraque qui tape sur le tank...). 

Link to post
Share on other sites

Bihac est amoureux de Till, malheureusement les chansons de Lindemann n'ont pas la puissance d'un MHB et donc n'ont pas de prestation à la hauteur des chansons et de leurs thèmes. 

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, Cynique a dit :

n'ont pas de prestation à la hauteur des chansons et de leurs thèmes

 

Tout le monde ne peut pas être un grand acteur, plus charismatique que les héros des temps immémoriaux et plein d'une grâce jamais égalée à ce jour dans tout l'univers et au-delà.

exemple -------->438493430_Schneidergif.gif.8ab917433257fc419437d711e66082c6.gif<-------- exemple

  • Haha 2
Link to post
Share on other sites
Il y a 19 heures, Ein kleiner Mensch a dit :

 

Tout le monde ne peut pas être un grand acteur, plus charismatique que les héros des temps immémoriaux et plein d'une grâce jamais égalée à ce jour dans tout l'univers et au-delà.

exemple -------->438493430_Schneidergif.gif.8ab917433257fc419437d711e66082c6.gif<-------- exemple

 

Clairement, on voit avec les récents clips que Schneider devrait être davantage mis en avant dans les clips - il dégage un truc à l'image; ça se voit qu'il prend le truc au sérieux.

Dans la même veine, il y a Paul dans Haifisch. Quand on le voit, on croit vraiment à ce qui se passe.

 

 

 

paul haifisch 2.gif

  • Like 1
  • Thanks 2
Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...