Jump to content

Paroles de l’album Zeit


Recommended Posts

J’ouvre le topic sur les paroles et trads de Zeit. A vos plumes.

 

Si vous souhaitez proposer votre traduction d’un poème de « In stillen Nächten », merci de rajouter la mention suivante à votre message (notez la présence du lien vers le site de l’éditeur, à ne pas oublier)

 

Citation

La chanson est inspirée du poème « Grösser, Schöner, Härter » du recueil « In Stillen Nächten » de Till Lindemann paru en français sous le titre « Nuits silencieuses » chez L’Iconopop et traduit par Emma Wolff

 

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
  • Replies 82
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Oui, une fois les droits achetés, le traducteur devient auteur avec l'écrivain qui est à l'origine du texte. En clair, retraduire devient du plagiat, en quelque sorte. Et ce, peu importe la quali

Extrait des paroles de Adieu dispo dans une critique:     Seule la mort dure une éternité Elle chuchote sous une branche de sapin Doit tout emporter dans ses ténèbres M

Adieu   Seule la mort dure pour l’éternité Elle chuchote sous une brindille de sapin Doit tout emporter dans ses ténèbres Même le soleil s'éteindra   Mais n'aie pas

 

 

 

Il y a 21 heures, LudicrousC a dit :

Oh et avant que j'oublie, ma petite trad' en français puis en anglais:

 

LE TEMPS

 

Certaines choses devraient, d‘autres pas

Nous voyons tout en étant aveugles

Nous faisons de l’ombre* sans lumière

 

Après nous, ce sera le déluge [Après nous, il y aura l’avant ] ¤

Dès l’enfance apparaît la détresse

Nous continuons de mourir jusqu’à vivre

Nous périssons en vie dans la tombe +

 

Nous dérivons contre la fin

Pas de repos, seulement la fuite en avant

Sur la rive, l’éternité nous salue

Ainsi prisonniers dans le fleuve°

 

Du temps

S’il te plaît, arrête-toi, arrête-toi

Le temps

Cela doit toujours continuer ainsi

 

Un corps chaud bientôt froid

On ne peut pas parier sur l’avenir

Qui ne souffre aucun arrêt / retard §

A peine créé et déjà détruit

 

Je suis allongé ici dans tes bras

Ah ! si seulement c’était pour toujours

Mais le temps n’a aucune pitié

Le moment n’est déjà plus

 

Le temps

S’il te plaît, arrête-toi, arrête-toi

Le temps

Cela doit toujours continuer ainsi

Le temps

C’est si beau, si beau

Tout un chacun connaît le moment parfait

Le temps

S’il te plaît, arrête-toi, arrête-toi

 

Quand notre temps est venu

Alors il est temps de partir

Savoir profiter de chaque instant µ

Les horloges s’arrêtent

 

Le moment est tellement parfait

Pourtant, le temps file

Un instant ! Encore un peu ! @

Je ne suis pas encore prêt

 

NB:

 

*Je simplifie avec « faire de l’ombre » pour obtenir une expression idiomatique (faire de l’ombre à quelqu’un) et garder le mot « ombre » - même si en allemand, on a plutôt l’idée de jeter l’opprobre sur quelqu’un avec « Schatten auf jemanden werfen »

 

¤ j’opte pour une expression idiomatique pour clarifier et rappeler qu’on dit en fait « nach mir wird es eine Zukunft geben » = « j’ai l’avenir devant moi » mais je comprendrais qu’on veuille garder « après nous, il y aura l’avant » même si ça ne veut pas dire grand-chose en français, je trouve. (En anglais, je retire le pronom et place deux adverbes – ça change très peu le sens et ça sonne beaucoup mieux.)

 

+ je trouve que les répétitions ne passent juste pas du tout en français

 

° je me dis que « fleuve du temps » c’est ce qui se rapproche le mieux de « flux du temps » tout en restant au plus près de la métaphore (rive) – en anglais, par contre, c’est très clairement l’expression « stream of time » qui l’emporte sur river ou autre.

 

§ je préfère « retard » plutôt que « séjour » ou « étape » - il faut rester sur l’idée du temps qui file, qui ne s’arrête pas

 

µ Après une petite recherche sur google, on voit que « il faut s’arrêter au moment le plus beau », c’est un dicton en allemand. Je vois pas trop ce qu’on a de plus proche en français à part « profiter de chaque instant comme si c’était le dernier ».

 

@ sûrement une référence à Faust donc je reste sur l’interjection car c’est ce qui se rapprochera le plus des deux textes

 

 

TIME

 

Some should, some shouldn’t

We can see though we are blind

We cast shadows without any light

 

Afterward there will be forward

Ever since childhood there’s been distress

We waste away until we live

(We) Die living in death

 

We are drifting against the end

No rest, only striving forwards

Eternity is waving on the banks

Imprisoned in the stream of

 

Time

Please hold on! Hold on!

Time

It must always keep going

 

Warm body soon to be cold

Future can’t be brought on

Can’t stand any delay

Created and immediately destroyed

 

I’m lying down here in your arms

Ah, could it be forever

But time is merciless

The moment is already over

 

Time

Please hold on! Hold on!

Time

It must always keep going

Time

It’s so beautiful, so beautiful

Everyone knows the perfect moment

Time

Please hold on! Hold on!

 

When our time has come

It’s time to go

Live every day as if it were your last

Clocks are standing still

 

Such a perfect moment

But time is ticking away

Just wait a minute!

I’m not ready yet

 

 

Je me permets de remettre ça là du coup. ^_^

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites

Vous oubliez la dernière phrase "Je ne suis pas encore prêt". 

 Autrement dit, la fin est proche mais n'est pas encore là, et surtout, il ne veut pas qu'elle arrive tout de suite.

 

En fait, c'est une chanson d'adieu qui peut aussi correspondre à la séparation inévitable due à la mort de deux personnes qui sont très proches : couple, parents-enfants, ami(e)s très proches.... Le sujet passe du "nous" au "je". Et si on transpose au groupe, au départ les six courent après le temps qui s'arrêtent et à la fin seul un s'en va? ou le "je" représente l'entité du groupe? C'est assez ambigu pour le coup. 

 

Pour moi le passage du "nous" au "je" montre la peur d'une fin qui approche mais non souhaitée. C'est accentué pas le refrain "Zeit Bitte bleib stehen, bleib stehen".

 

  • Like 3
Link to post
Share on other sites
18 hours ago, LudicrousC said:

Savoir profiter de chaque instant µ

[...]

µ Après une petite recherche sur google, on voit que « il faut s’arrêter au moment le plus beau », c’est un dicton en allemand. Je vois pas trop ce qu’on a de plus proche en français à part « profiter de chaque instant comme si c’était le dernier ».

 

Je vois pas non plus d'expression équivalente en français, mais en anglais "Quit while you're ahead " semble coller?

" Profiter de chaque instant comme si c’était le dernier " ne semble pas vraiment fidèle au sens du vers en allemand; ça impliquerait que le bonheur est une succession de moments heureux au fil du temps, et qu'il faut prendre le temps comme il vient. Alors qu'au contraire le sujet général est la volonté d’arrêter ou d'aller à l'encontre du temps, ce qui n'est pas possible d’où la conclusion que pour accéder au bonheur éternel la seule solution est d’arrêter quand tout va pour le mieux.

 

Ce qui ne présage en effet rien de bon pour la suite de Rammstein, si on met la chanson dans le contexte du groupe*. Mais il y a une contradiction avec le vers final:

Augenblick, verweile doch, ich bin noch nicht bereit = Un instant ! Encore un peu ! Je ne suis pas encore prêt

Ça me fait penser a un enfant à qui on dit qu'on va partir et qu'il faut arrêter de jouer, et qui réclame "non encore 5 minutes". Donc même si la logique voudrait qu'il faut arrêter, la nature humaine s'y refuse. Je trouve ça intéressant de finir la chanson sur ce vers... et étonnamment optimiste venant de Rammstein.

 

* Au final, je suis pas convaincue qu'il faut y chercher une interprétation sur le futur du groupe. D'abord parce que la réponse est pas claire et les paroles laissent le doute (comme d'hab). Et aussi parce qu'ils savent pertinemment bien que c'est une des préoccupations principales des fans, et ça ne m’étonnerait pas qu'ils jouent sur ça volontairement.

 

Edited by Highlander
  • Like 1
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites

C'est drôle que Till, après avoir écrit "Wir müssen leben bis wir sterben" dans Dalaï Lama écrive aujourd'hui "Wir sterben weiter bis wir leben" dans Zeit. 

 

A part ça, je trouve que c'est un bon texte, dans une veine plus abstraite que les textes de l'albumette (Was ich liebe mis à part), qui étaient tous assez narratifs. Je trouve plaisant qu'il renoue avec ce registre, qui était négligé depuis pas mal de temps. 

 

En revanche il n'y a clairement aucune conclusion à tirer de cette chanson quant à la situation présente ou à venir du groupe. 

  • Like 4
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites

J'apporte ma traduction/interprétation plus ou moins poétique (où j'essaie de faire rimer le français, c'est rigolo) à l'édifice :

 

TEMPS

 

Certaines choses doivent, d'autres pas
Nous voyons mais sommes aveugles
Nous faisons de l’ombre sans éclat
 
Après nous, il y aura avant
Dès la jeunesse vient la détresse
Nous mourrons tant que nous sommes vivants
Mourrons, vivants dans l’angoisse

 

Nous dérivons à notre perte
Pas le temps, aller de l'avant
Sur la rive, l’éternité appelle
Prisonniers dans le fleuve du
Temps
Pitié, arrête-toi, arrête-toi
Temps
Il en sera toujours comme ça
 
Le corps chaud est bientôt froid
On ne peut conjurer l’avenir
Il ne tolère aucune halte
Engendré puis anéanti

 

Je suis blotti au creux de tes bras
Ah, si ça pouvait être à jamais
Mais de pitié, le temps ne connaît pas
Déjà, l’instant est passé
 
Temps
Pitié, arrête-toi, arrête-toi
Temps
Il en sera toujours comme ça
Temps
Et c’est si beau, si beau
Tout un chacun connaît l’instant parfait
Temps
Pitié, arrête-toi, arrête-toi

 

Lorsque notre heure viendra
Il sera temps de s’en aller
De s'arrêter lorsque tout va
Les aiguilles vont s’arrêter
 
L’instant est tellement parfait
Mais le temps passe encore
Instant, suspend ton vol
Je ne suis pas prêt encore
 
Temps
Pitié, arrête-toi, arrête-toi
Temps
Il en sera toujours comme ça
Temps
Et c’est si beau, si beau
Tout un chacun connaît l’instant parfait

 

Quelques commentaires (c'est juste mon avis 🙂)

- J'ai écrit "doivent" plutôt que "devraient" dans le premier vers histoire d'avoir le même nombre de pieds mais aussi pour le côté inévitable des choses, Till aurait pu écrire "muss" mais "sollte" sonne probablement plus marqué.

- Je trouve que "aveugles" n'est pas très poétique mais l'alternative aurait été "non-voyants". Aveuglés pourrait convenir en référence à la lumière du vers suivant mais j'imagine que l'idée d'aveuglement complet se réfère au fait qu'on est conscient d'être mortels et qu'on ne se comporte pourtant pas comme tel.

- J'ai écrit "éclat" plutôt que "lumière" pour à peu près rimer, ca vous paraîtra surement bancal. C'est vrai qu'il manque la précision que c'est l'éclat de la lumière mais d'un autre côté ca induit l'idée de faire de l'ombre (d'être néfaste à soi-même et aux autres) sans gloire.

 

- J'ai compris la référence de LudicrousC à l'expression "Après moi, le déluge" mais moi je ne vois pas ca comme un air de dire "je me fous de ce qui viendra après nous", mais plutôt que cette une référence à l’insignifiance de toute vie, qu'on laisse ou non une trace, au fond c'est "asche zu asche"...

- "Dès la jeunesse vient la détresse" : j'aime bien la rime et le rythme aussi en français, et ce vers doit faire référence à l'expression "Aus der Not eine Tugend machen" où "Jugend" remplace "Tugend", c'est pour ca que j'ai gardé "jeunesse".

- Qu'est-que vous pensez de "tant que" plutôt que "jusque" ? Je crois que "bis" peut aussi se traduire de cette façon parfois, avec l'idée que la vie induit la mort.

- J'ai mis une virgule après le second "mourrons" pour pouvoir lire de 2 façons: "mourir vivants" et "vivants dans l'angoisse (de la mort)". Pareil ici pour "angoisse", c'est ce que j'ai trouvé de plus proche de "détresse".

- "Nous dérivons à notre perte" me plait bien, encore une fois le côté inéluctable et incontrôlable des choses, comme dans le clip.

- "Pas le temps" rappelle le titre.

- J'ai du mal à comprendre "winkt", c'est très abstrait que l'éternité fasse signe ou salue, ca peut s'interpréter de plusieurs façons. Moi je vois ca plutôt comme dans le clip et une référence au texte d'Alter Mann avec le mythe de Charon qui accueillait les âmes des morts au bord du fleuve.

 

- Je trouve que "Temps" sonne mieux que "Le temps", comme s'il implorait une personne, et donc que "pitié" est plus fort et plus poétique que "s'il te plait".

 

- Je trouve que "conjurer l'avenir" va mieux que "parier sur l'avenir", le premier induit encore une fois l'inéluctabilité des choses alors que parier sonne comme si on ne pouvait pas lui faire confiance ou même qu'on n'y croit pas.

 

- "Instant" me parait plus bref et à même que "moment", bon c'est un détail mais j'ai l'impression qu'on parlera plutôt d'instant futile que de moment futile en français.

 

- "(Mann soll) aufhören wenn's am schönsten ist" : en français on parle bien de "Savoir s'arrêter à temps", comme les carrières de sportifs ou de chanteurs etc. donc j'ai choisi "De s'arrêter lorsque tout va".

- Je préfère les aiguilles aux horloges, j'ai toujours l'impression de voir une grosse horloge comtoise quand je lis ce mot.

 

- "Instant, suspend ton vol" me parait à propos comme expression idiomatique et poétique.

Edited by Bester Orbit
  • Like 2
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
Le 13/03/2022 à 17:36, Highlander a dit :

Je vois pas non plus d'expression équivalente en français, mais en anglais "Quit while you're ahead " semble coller?

 

Il y a plutôt l'idée d'éviter un danger imminent dans cette expression. En clair, on ne dit pas: profite bien de ce moment en l'interrompant quand le bonheur est à son paroxysme - mais plutôt: arrête-là tout de suite même si c'est tentant, tu risques trop gros. Je sais pas si c'est clair. ^_^

 

Par contre, je suis d'accord sur tes réserves. Ma trad' est imparfaite et je cherche encore quelque chose de mieux. Je pense que c'est dommage de passer à côté du dicton et traduire littéralement - ça sera de toute façon pas clair en français - mais comment se débrouiller quand on n'a pas d'expression idiomatique vraiment équivalente?

 

Le 13/03/2022 à 17:36, Highlander a dit :

Donc même si la logique voudrait qu'il faut arrêter, la nature humaine s'y refuse. Je trouve ça intéressant de finir la chanson sur ce vers... et étonnamment optimiste venant de Rammstein.

 

Yep, précisément pour ça que je trouve ce texte bien écrit. :) C'est vraiment ce qui m'enthousiasme le plus pour le nouvel album d'ailleurs, éviter de tomber dans les facilités de l'albumette - des rimes déjà entendues, l'écriture simplifiée façon Benzin, des thèmes doublons (Sex/Ausländer s'ajoutant à la liste bien trop longue des chansons de baise) - même s'il y avait des trucs cool quand même.

 

Il y a 23 heures, Jack a dit :

dans une veine plus abstraite que les textes de l'albumette (Was ich liebe mis à part), qui étaient tous assez narratifs

 

C'est vrai, même si je placerais pas le problème sur ce point car les meilleures textes de l'albumette sont aussi ceux qui offrent un récit - Deutschland est sympa, mais surtout pour sa compo musicale; Was ich liebe est cool, mais surtout en version live... Pour moi, le problème est moins le côté narratif que les thèmes choisis (plus l'impression d'avoir déjà entendu ces histoires-là avant, que le simple fait de raconter une histoire).

 

@Bester OrbitIl y a des trucs vraiment sympa dans ta trad' - et j'aime beaucoup la démarche plus cibliste ;) - mais je crois que Pierrick cherche plutôt quelque chose qui se rapproche au mieux du sens initial.

 

Il y a 8 heures, Bester Orbit a dit :

Nous dérivons à notre perte

 

Comme l'a dit @Peter LIFADje crois (sur l'autre topic), il y a plus l'idée de lutter à contre-courant. (D'où l'image des 6 mecs qui affrontent le sable dans le clip.) En clair, dans ce passage-là, je comprends qu'on dérive car on ne contrôle pas vraiment où nous conduit le temps mais on cherche à éviter la fin quand même. Comme si on était coincé sur un bateau emporté inéluctablement mais qu'on reste obstinément tourné en sens inverse, pour éviter la fin.

 

Il y a 8 heures, Bester Orbit a dit :

Il ne tolère aucune halte
Engendré puis anéanti

 

J'aime bien ça!

 Peut-être avec "sitôt" pour faire plus classe (même si ça casse l'octosyllabe)? car il y a une forme d'immédiateté exprimé là (on commence à mourir dès la naissance).

 

Il y a 8 heures, Bester Orbit a dit :

Il en sera toujours comme ça

 

Pas sûre que ça fonctionne en français de mixer: Il en sera toujours ainsi / Ce sera toujours comme ça - je veux dire, au niveau syntaxique, j'ai l'impression qu'il y a un truc qui cloche si on ne met pas l'adverbe qui convient après avoir utilisé "en" (peut-être à cause d'un COI implicite? "il en sera ainsi de quelque chose" vs "quelque chose sera comme ça"; en clair, dans la deuxième, on ne peut pas utiliser "en" pour parler du sujet).

 

 

 

 

Link to post
Share on other sites
20 hours ago, LudicrousC said:

Il y a plutôt l'idée d'éviter un danger imminent dans cette expression. En clair, on ne dit pas: profite bien de ce moment en l'interrompant quand le bonheur est à son paroxysme - mais plutôt: arrête-là tout de suite même si c'est tentant, tu risques trop gros. Je sais pas si c'est clair. ^_^

Ah, ok. Comme je parle pas allemand j'avais pas saisi le sens de l'expression complètement, merci!

 

20 hours ago, LudicrousC said:

Je pense que c'est dommage de passer à côté du dicton et traduire littéralement - ça sera de toute façon pas clair en français - mais comment se débrouiller quand on n'a pas d'expression idiomatique vraiment équivalente?

C'est juste impossible de traduire certaines expressions, faut savoir parler la langue. C'est ce qui est à la fois chiant et chouette avec les langues.

C'est quand Till nous sort des textes comme ça que je regrette vraiment de pas parler allemand... va falloir que je me remette à Duolingo! Et petite coïncidence aujourd'hui: j'ai trouvé un petit dico allemand / anglais en faisant le tri dans des archives au boulot, qui a bien 50 ans... Je crois que je vais me le garder :)

 

20 hours ago, LudicrousC said:

Yep, précisément pour ça que je trouve ce texte bien écrit. :) C'est vraiment ce qui m'enthousiasme le plus pour le nouvel album d'ailleurs, éviter de tomber dans les facilités de l'albumette - des rimes déjà entendues, l'écriture simplifiée façon Benzin, des thèmes doublons (Sex/Ausländer s'ajoutant à la liste bien trop longue des chansons de baise) - même s'il y avait des trucs cool quand même.

Pareil pour moi, belle surprise en découvrant les paroles et espoir remonté pour cet album. Même si j'aime l'Albumette j'avais été déçue par la plupart des textes.

 

On 3/14/2022 at 1:59 PM, Bester Orbit said:

- J'ai écrit "éclat" plutôt que "lumière" pour à peu près rimer, ca vous paraîtra surement bancal. C'est vrai qu'il manque la précision que c'est l'éclat de la lumière mais d'un autre côté ca induit l'idée de faire de l'ombre (d'être néfaste à soi-même et aux autres) sans gloire.

J'ai vu quelques interprétations qui mettent cette ligne en lien avec l’allégorie de la caverne de Platon. Je trouve pas ça inconcevable (l’idée du déni de la réalité, etre aveugle au temps qui passe, etc). Dans ce cas "lumière" semble important à conserver.

Mais encore une fois: je connais pas l'allemand donc les nuances de l'expression m’échappent sans doute. En lisant vos traductions/explications il y aurait une notion de faire de l'ombre à quelqu'un (en plus du sens littéral)?

 

Link to post
Share on other sites
il y a 20 minutes, Highlander a dit :

En lisant vos traductions/explications il y aurait une notion de faire de l'ombre à quelqu'un (en plus du sens littéral)?

 

J'ai choisi d'aller dans ce sens, même si en réalité, en allemand, on a plutôt l'idée de jeter l'opprobre sur quelqu'un. Or, je vois pas d'expression dans le champ lexical de l'ombre qui signifierait la honte, la réprobation ou quelque chose de ce genre en français. Du coup, autant opter pour une expression idiomatique en français avec ombre ("l'ombre de soi-même", c'est partir trop loin au niveau du sens...), et ce, même si ce n'est pas exactement le même sens qu'en allemand parce que:

1/ ça sonnera tout de suite beaucoup mieux que d'aller traduire littéralement ("Nous projetons des ombres sans lumière" je trouve ça bof-bof);

2/ on laisse penser qu'il y aurait un sens caché en coupant un élément ("à quelqu'un"), donc on fait comme dans la phrase originale ("auf jemanden" n'est pas explicitement dit) - ça laisse une ouverture pour laisser libre l'interprétation.

 

 

 

  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites

Si vous le voulez bien, voici ma participation.

Tout d'abord, je précise pour les nouveaux fans que les textes de Rammstein, contrairement aux poèmes de Till, sont écrits pour un public essentiellement peu (ou non) germanophone. C'est pourquoi les phrases sont simples, ainsi que le vocabulaire. Néanmoins, ils peuvent avoir des doubles-sens et les textes sont rédigés de manière à offrir des interprétations multiples.

J'ai donc essayé de traduire, le plus possible, en mot à mot.

Voici mon interprétation :

 

 

Le Temps

 

Certaines choses devraient arriver, d'autres non

Nous voyons, mais nous sommes aveugles

Nous répandons l'ombre sans lumière

 

Après nous viendra le temps d'avant

De la jeunesse émergera la détresse

Jusqu'à la vie nous mourrons

Vivant dans la mort nous mourrons

 

Nous dérivons (fricotons) vers notre fin

Sans répit, nous tentons d'avancer

Sur la rive l'infini nous fait signe

Piégés à jamais dans le fleuve du

 

Temps

Arrête-toi je t’en prie, arrête-toi

Temps

Que tout reste toujours comme ça

 

Le corps chaud sera bientôt froid

L'avenir ne peut pas être conjuré

Il ne tolère aucun répit

À peine créé et aussitôt détruit

 

Je suis là allongé dans tes bras

Ah, si cela pouvait durer l'éternité

Mais le temps ne connait pas la pitié

Et déjà cet instant est terminé

 

Temps

Arrête-toi je t’en prie, arrête-toi

Temps

Que tout reste toujours comme ça

C'est si beau, si beau

Nous avons tous vécu l'instant parfait

Temps

Arrête-toi je t’en prie, arrête-toi

 

Quand pour nous le temps viendra

Alors il sera temps de partir

De s'arrêter au moment le plus beau

Les aiguilles s'arrêteront de tourner

 

Cet instant est tellement parfait

Mais le temps continue de s'écouler

Arrête-toi malgré tout un instant

Je ne suis pas encore prêt

 

Temps

Arrête-toi je t’en prie, arrête-toi

Temps

Que tout reste toujours comme ça

C'est si beau, si beau

Nous avons tous vécu l'instant parfait

 

 

Comme l'ont remarqué LudicrousC et Bester Orbit , "werfen schatten" a plusieurs sens, comme" jeter une ombre sur quelqu'un", j'ai pensé à "répandre une part d'ombre" ou "répandre des zones d'ombre". Je me suis limitée à "répandre  l'ombre" dans le sens d'apporter de la noirceur. D'autant plus que le texte fait référence à une autre expression allemande bien connue  " Es gibt kein Licht ohne Schatten : Il n’y a pas de lumière sans ombre" dans une version inversée. J'ai essayé de rendre compte des deux sens.

Comme  Bester Orbit, pour moi l'expression : "wird es vorher geben" signifie "aller vers l'avant", et comme le texte s'amuse à inverser l'avant et l'après, j'ai utilisé l'expression "le temps d'avant".

Pour : "Aus der Jugend wird schon Not" l'expression signifie que la détresse sort de la jeunesse et que la jeunesse se transformera en détresse.  J'ai simplifié en exprimant le fait  que la détresse est issue de la jeunesse.

Comme l'a remarqué Jack : "Wir sterben weiter bis wir leben", est le contraire de "Wir leben weiter bis wir sterben",  " "nous vivons (continuons à vivre) jusqu'à notre (la) mort".

"Sterben lebend in den Tod"  Il a un double sens car meurt-on vivants (en vie)… dans la mort? Ou meurt-on alors que nous vivons déjà dans le mort? Opposition entre la mort soudaine (la Faucheuse) et la mort à petit feu.  J'ai choisi le participe présent, plutôt que l'adjectif pour traduire "lebend": "vivant" et donc, j'ai plutôt opté pour le fait que nous vivons déjà dans la mort avant de mourir, car cela fait plus couleur locale.

"Dem Ende treiben wir entgegen" "entgegen" veut dire contre, mais aussi "(aller) vers, (aller) au devant" et le verbe "treiben" signifie "dériver" mais c'est loin d'être son entrée principale, il signifie davantage "magouiller" et "baiser. J'ai choisi "fricoter" qui fait la synthèse entre ces  2 derniers termes et je l'ai mis entre parenthèses. Vous  pouvez choisir la signification que vous voulez.

 Pour "Zeit" j'ai gardé "Temps" comme pour l'exhorter.  Comme je dirais " Soleil, pose tes rayons sur moi". En fait le temps est déifié et l'on s'adresse à lui comme à un dieu. J'aurais pu traduire "Oh temps" mais c'était trop pompeux.

"Das soll immer so weitergehen" pour moi c'est une prière , comme : " So soll es sein! Qu'il en soit ainsi !".

Pour "der Moment" j'ai choisi, à chaque fois, "l'instant" qui me parait montrer d'avantage la brièveté que le mot" moment"

"Die Uhren bleiben stehen" plutôt qu'écrire "les horloges s'arrêtent" j'ai choisi" les aiguilles s'arrêtent de tourner " qui est plus visuel et montre mieux l'arrêt "physique" du temps. Et puis, c'est dans notre imagier culturel.

Pour "Aufhören wenn's am schönsten ist", Ludi à quoi te réfères-tu pour traduire "savoir profiter de chaque instant"? Personnellement, j'interprète cette expression d'avantage comme BO, il s'agit de " s'arrêter au moment le plus beau".

 

Comme le mot "schön" est ultra connu, j'ai traduit "schön" par beau, son sens le plus connu des non germanophones.

 

Juste une réflexion car je trouve cela fun intellectuellement : Christoph a présenté l'album Zeit, et son premier extrait, à Thomas Pesquet alors qu'il était sur l'ISS, c'est-à-dire dans un autre espace-temps que le nôtre et que le temps s'écoulait pour Thomas à un autre rythme que pour nous. Cela illustre bien le fait que le temps n'est pas une variable immuable.

 

  • Like 2
  • Thanks 4
Link to post
Share on other sites

 

Le 20/03/2022 à 22:10, Tüftelchen a dit :

Pour "Aufhören wenn's am schönsten ist", Ludi à quoi te réfères-tu pour traduire "savoir profiter de chaque instant"?

 

Comme j'ai expliqué plus haut, en allemand, c'est une expression idiomatique. Je trouve qu'on perd en qualité si on se contente de traduire mot à mot sans chercher une expression idiomatique équivalente en français. J'ai donc opté pour "profiter de chaque instant" car je vois rien d'autre qui se rapproche autant. "S'arrêter au moment le plus beau" contourne le problème de traduction: on n'utilise pas vraiment ce genre d'expression en français. On a le sens littéral mais ça reste sous-traduit.

 

Le 20/03/2022 à 22:10, Tüftelchen a dit :

Nous répandons l'ombre sans lumière

 

J'ai un peu le même souci avec tous les verbes qui traduisent bien werfen mais sonnent très bizarres dans ce contexte. Répandre l'ombre, projeter des ombres... Je trouve qu'on y gagne à simplifier en français, ne serait-ce qu'en permettant beaucoup mieux les sous-entendus.

 

Le 20/03/2022 à 22:10, Tüftelchen a dit :

Nous dérivons (fricotons) vers notre fin

 

Okay pour l'idée de baiser (très probable connaissant le Till :rolleyes: ) même si ça tue la métaphore - par contre, je pense vraiment que entgegen est là pour signaler qu'il y a lutte contre le courant, une volonté d'éviter cette fin. Quand la préposition signifie au-devant, elle est plus souvent placée juste après le nom - là, elle est placée pas loin du verbe. Alors, ça peut être à cause du rythme et de la rime (même s'il aurait pu se débrouiller autrement avec le même verbe, -egen/-eben étant une rime faible).

 

Le 20/03/2022 à 22:10, Tüftelchen a dit :

"Das soll immer so weitergehen" pour moi c'est une prière , comme : " So soll es sein! Qu'il en soit ainsi !".

 

C'est pour cette raison que j'avais traduit "Cela doit toujours continuer ainsi". Je reprends l'adverbe sans reprendre la même structure car ça ne commençait pas par "So"

 

Le 20/03/2022 à 22:10, Tüftelchen a dit :

Que tout reste toujours comme ça

 

C'est bien pour la rime, mais "comme ça" tombe un peu à plat. Si tu cherches à faire penser à la prière, je trouve que l'expression est trop familière et qu'il te faut l'adverbe car pour un francophone, c'est l'adverbe qui fait penser à la prière, qui se décline en "Ainsi soit-il". 

 

Le 20/03/2022 à 22:10, Tüftelchen a dit :

Et déjà cet instant est terminé

 

Le 20/03/2022 à 22:10, Tüftelchen a dit :

Cet instant est tellement parfait

 

J'ai rien contre la modif', mais juste pour expliquer mon point de vue: comme Till utilise aussi Augenblick (instant) à la fin, ça me semble plus cohérent de garder moment pour Moment - on évite la répétition dans la même strophe et, si on estime qu'il y a une différence de sens entre les deux (je le pense pas, à mon avis, ils sont juste synonymes pour Till), on préserve l'effet produit (le "moment" se raccourcit en un "instant" à la fin, quand la persona sent son heure arriver).

 

 

Bon, si je fais le bilan de ce qui a été dit sur l'autre topic, on admet qu'il y a 3 chansons potentiellement tirées des recueils de Till:

- la plus probable reste Die Armee der traurigen Menschen / Armee der Tristen

- le poème Schwarz (même s'il est issu du recueil précédent, pas du dernier);

et

- soit le poème Angst (mais je parie pas trop là-dessus - il est assez court, il lui faudrait une réécriture totale pour coller à la manière d'écrire du groupe),

- soit le poème Dreh dich nicht um (où on trouve Angst répétée deux fois, qui a déjà été partiellement utilisé pour Hallomann - je pense que ça augmente les chances si le groupe s'est déjà penché dessus - et qui a une strophe parfaite pour un refrain un peu bourrin... en place n°8, après la ballade Ouin-ouin et la chanson rigolote Gros Nichons, pourquoi pas caser de la torture animale?) :lol:

 

Ahem. Bon, je fais un 'tite trad' pour le plus probable:

 

L’armée des tristes gens / L’armée des gens malheureux

 

Es-tu aussi triste que moi

Des larmes coulent-elles sur ton visage

Viens avec nous et installe-toi

Nous voulons être tristes ensemble

 

Pourquoi restes-tu donc sur le côté

Rejoins-nous dans notre bande / gang

Quand nous marchons au pas / pitoyablement*

Rien mais alors rien ne peut t’arriver

 

En finir avec sa mélancolie en solitaire

Viens dans l’armée des tristes (gens)

 

Il y a les moches, les gros

Des malades sucent leur comprimé

Les éraflures saluent avec le couteau

Mieux vaut s’attrister ensemble

 

Une ligue de l’élégie blafarde ¤

On chante en mode mineur, on ne rit jamais

 

Car nous sommes tristes ensemble

Nous offrons un enfant à la souffrance

Quand nous pleurons ensemble

Le soleil brillera sur l’enfant

 

NB:

*jeu de mots entre im Tritt (au pas) et l’adverbe trist (pitoyablement, voire : sans entrain, sans joie…)

¤ on pourrait aussi dire pacte ou fédération au lieu de ligue, et blaß peut vouloir dire blême mais aussi pur ou simple – perso, j’ai limite envie de traduire par « L’alliance blanche élégiaque » juste parce que c’est un peu pompeux ^_^

  • Thanks 2
Link to post
Share on other sites
il y a une heure, LudicrousC a dit :

entgegen est là pour signaler qu'il y a lutte contre le courant, une volonté d'éviter cette fin

Entgegen peut, effectivement, signifier une lutte contre le courant. Mais ce sens apparaît bien dans le verbe "dériver". Quand un bateau dérive, le courant l'entraine dans une autre direction que celle vers laquelle il devait (voulait) aller.

D'ailleurs le verbe "treiben" contient cette idée de "déviation/déviance". Il marque souvent une forme de transgression.

 

Il y a 1 heure, LudicrousC a dit :

Répandre l'ombre, projeter des ombres... Je trouve qu'on y gagne à simplifier en français, ne serait-ce qu'en permettant beaucoup mieux les sous-entendus.

 Justement, il me semble que" nous faisons de l'ombre sans lumière"  sans préciser à qui nous faisons de l'ombre me parait étrange. De plus, l'expression "faire de l'ombre " a un sens plus précis et plus réducteur que " nous répandons l'ombre sans lumière".

 

Je suis désolée je ne réponds pas dans l'ordre, mais je n'ai pas réussi à revenir en arrière dans mes citations.

 

Il y a 1 heure, LudicrousC a dit :

C'est pour cette raison que j'avais traduit "Cela doit toujours continuer ainsi". Je reprends l'adverbe sans reprendre la même structure car ça ne commençait pas par "So" C'est bien pour la rime, mais "comme ça" tombe un peu à plat. Si tu cherches à faire penser à la prière, je trouve que l'expression est trop familière et qu'il te faut l'adverbe car pour un francophone, c'est l'adverbe qui fait penser à la prière, qui se décline en "Ainsi soit-il". 

 

"Das soll immer so weitergehen".  Ta traduction : "Cela doit toujours continuer ainsi" traduit une injonction ou un ordre. En tout cas, une volonté ferme qui met fin à "toute négociation" avec le Temps.  Or "la persona" est en demande vis-à-vis du Temps. Et donc, cette signification ne colle pas vraiment dans le contexte. 

 

Comme je l'ai dit plus haut, pour moi, il s'agit d'une prière, prière qui s'adresse au Temps, mais qui est aussi l'expression de la voix intérieure du personnage.

Quand une mère dit à son enfant : "Qu'il ne t'arrive rien, surtout", elle exprime son souhait, sa crainte et, d'une certaine façon, elle convoque aussi le ciel. Et donc il s'agit là d'une forme de prière.

C'est pour cette raison que je n'ai pas utilisé une formule ritualisée du genre "Ainsi soit-il" car nous ne sommes pas dans un cadre religieux.

 

J'ai choisi en toute conscience "Que tout reste toujours comme ça", formule apparemment maladroite, car il me semble que c'est exactement ce que nous dirions, en pareille circonstance ."Comme ça"  aurait été maladroit en langage écrit. Mais dans ce contexte, il s'agit du plus pur langage oral, dans toute sa spontanéité et sa maladresse.  J'avais trouvé des formules plus "littéraires" mais dans ça ne collait pas.  L'oral n'est pas l'écrit.

 

Et, comme tu le sais, contrairement au langage oral allemand qui, souvent, doit être conceptualisé avant d'être énoncé du fait du verbe en fin de phrase, le français oral se construit en l'énonçant, ce qui, entre autre, crée une grande différence entre l'oral et l'écrit.

 

Il y a 2 heures, LudicrousC a dit :

Comme j'ai expliqué plus haut, en allemand, c'est une expression idiomatique. Je trouve qu'on perd en qualité si on se contente de traduire mot à mot sans chercher une expression idiomatique équivalente en français. J'ai donc opté pour "profiter de chaque instant" car je vois rien d'autre qui se rapproche autant. "S'arrêter au moment le plus beau" contourne le problème de traduction: on n'utilise pas vraiment ce genre d'expression en français. On a le sens littéral mais ça reste sous-traduit.

 

"Aufhören wenn's am schönsten ist" C'est une expression courante. Ce n'est pas une expression idiomatique.

Je pense que le sens est vraiment ce qu'il parait être.

Pour plusieurs personnes, j'ai entendu dire qu'ils étaient morts au moment où tout allait pour le mieux pour eux, que ce décès intervenait au moment où ils s'en sortaient (c'est encore du langage oral rapporté!).

"Savoir profiter de chaque instant" n'est pas une expression idiomatique non plus et, en allemand, ce sont les mêmes termes qu'en français, version allemande. Et puis le sens n'a rien à voir avec le sens du vers; je ne comprends pas.

 

  • Like 3
Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, Tüftelchen a dit :

Entgegen peut, effectivement, signifier une lutte contre le courant. Mais ce sens apparaît bien dans le verbe "dériver". Quand un bateau dérive, le courant l'entraine dans une autre direction que celle vers laquelle il devait (voulait) aller.

 

J'aime bien ton commentaire ! Je ne suis juste pas d'accord avec ça. 

Si "entgegen" porte l'idée d'une "lutte contre", alors "dériver" est trop faible et surtout, il implique que le sujet n'est précisément pas en train de lutter puisque c'est le courant (dans ton exemple) qui agit, et non les marins. 

Il y a peut-être un jeu de mots (perceptible en allemand mais intraduisible) sur "entgegen", qui signifierait "vers" mais qui renfermerait aussi la nuance d'opposition (on se dirige inéluctablement vers la fin, tout en résistant à ce caractère inéluctable). Mais j'ai un doute.

Je garderais simplement ta traduction "nous dérivons vers notre (ou "la") fin".

Pour "treiben", pas sûre du double sens sexuel ici, surtout dans un registre argotique (si j'ai bien compris). Je ne vois pas trop ce que ça viendrait faire là, vu la tonalité générale de la chanson. Même si c'est Till. ;)

Edited by Ein kleiner Mensch
Link to post
Share on other sites
Il y a 11 heures, Tüftelchen a dit :

Entgegen peut, effectivement, signifier une lutte contre le courant. Mais ce sens apparaît bien dans le verbe "dériver". Quand un bateau dérive, le courant l'entraine dans une autre direction que celle vers laquelle il devait (voulait) aller.

 

Pas forcément, tu peux dériver car tu choisis de ne plus avancer.

 

Pour moi, comme il refuse la fin, c'est sous-traduire que d'opter simplement pour "vers la fin/vers notre fin". Dans le sens où ça crée l'idée de passivité face au courant. "Entgegen" a été choisi précisément pour dire qu'il y a une lutte active pour aller à contre-courant.

 

Ceci dit, je peux comprendre que ça rende imparfait en français (ça alourdit un peu d'ajouter "à contre-courant" et ça sonne peu conventionnel de dire "contre la fin" - mais voilà, j'ai opté pour cette dernière pour rester sur l'idée d'une allégorie: le temps et la fin formant des entités agissantes à mes yeux - celles-ci sont même personnifiées dans le clip).

 

[Je précise cependant: comme c'est de l'ordre de l'interprétation, j'ai réduit la personnification au minimum - d'où l'article et la minuscule - mais je comprends que certains préfèrent mettre "Temps" sans rien devant pour accentuer leur interprétation. Perso, je suis moins fan pour les mêmes raisons que j'avais évoquées lors de la trad' de Deutschland.]

 

Citation

Justement, il me semble que" nous faisons de l'ombre sans lumière"  sans préciser à qui nous faisons de l'ombre me parait étrange. De plus, l'expression "faire de l'ombre " a un sens plus précis et plus réducteur que " nous répandons l'ombre sans lumière".

 

Oui, d'accord, mais il y a pas d'expression idiomatique correspondante avec "répandre", encore moins "répandre des ombres / de l'ombre" à ou sur quelqu'un. Par contre, on peut faire de l'ombre à quelqu'un. Et on peut faire de l'ombre tout court.

Répandre de l'ombre sonne beaucoup plus bizarre et ne rappelle aucune expression idiomatique, je trouve.

 

Citation

"Das soll immer so weitergehen".  Ta traduction : "Cela doit toujours continuer ainsi" traduit une injonction ou un ordre. En tout cas, une volonté ferme qui met fin à "toute négociation" avec le Temps. 

 

Certes, mais c'est "soll" qui a été utilisé donc une obligation très formelle. On peut tout à fait penser qu'il y a cette volonté ferme.

 

Dire que ça fait penser à la prière est de l'ordre de l'interprétation, et comme j'ai dit, je trouve l'idée valide (d'où mon conseil d'utiliser plutôt l'adverbe "ainsi" à la place de "comme ça", cette dernière expression étant trop familière pour une prière) mais c'est pas pour autant que j'ai choisi de coller exactement à la formulation de la prière (puisque, bah, dans le texte en allemand, ce n'est précisément pas formulé comme la prière).

 

 

 

Citation

C'est pour cette raison que je n'ai pas utilisé une formule ritualisée du genre "Ainsi soit-il" car nous ne sommes pas dans un cadre religieux.

 

Mais c'est toi qui parles de prière. Soit on va au bout de l'idée et on colle au mieux à sa propre interprétation comme tu souhaites faire, soit on colle plutôt au sens du texte. J'ai opté pour cette dernière approche car c'est ce que veut Pierrick: une trad' qui colle le plus proche possible au sens sans être totalement dégueu au niveau de la formulation.

 

Citation

L'oral n'est pas l'écrit.

 

Oui, mais ça dépend aussi du registre de langue de chacun. Perso, je dis "ainsi" à l'oral aussi. C'est pas du langage soutenu, si?

 

Citation

"Aufhören wenn's am schönsten ist" C'est une expression courante. Ce n'est pas une expression idiomatique.

 

Alors pour moi, les deux mots sont des synonymes en fait. :unsure: (Mais c'est peut-être dû à l'influence de l'anglais.)

 

Citation

Pour plusieurs personnes, j'ai entendu dire qu'ils étaient morts au moment où tout allait pour le mieux pour eux

 

Mais tu admettras que là, précisément dans cette phrase (et la suivante aussi), tu utilises une expression bien plus idiomatique puisque tu t'éloignes de ce "beau" qui sonne très chelou dans le contexte en français.

 

Citation

"Savoir profiter de chaque instant" n'est pas une expression idiomatique non plus et, en allemand, ce sont les mêmes termes qu'en français, version allemande. Et puis le sens n'a rien à voir avec le sens du vers; je ne comprends pas.

 

J'ai pas dit que c'était parfait non plus; j'ai juste expliqué pourquoi c'est l'expression qui se rapproche de l'idée sans être la traduction littérale, car en français, on ne dit pas "s'arrêter au plus beau (moment)". Une recherche d'usage via google le montre bien avec moins de 10 résultats. A l'inverse, "Man soll aufhören, wenn es am schönsten ist" revient des milliers de fois - c'est clairement idiomatique ( = une expression courante dans la langue).

Edited by LudicrousC
Link to post
Share on other sites
il y a une heure, LudicrousC a dit :

[Je précise cependant: comme c'est de l'ordre de l'interprétation, j'ai réduit la personnification au minimum - d'où l'article et la minuscule - mais je comprends que certains préfèrent mettre "Temps" sans rien devant pour accentuer leur interprétation. Perso, je suis moins fan pour les mêmes raisons que j'avais évoquées lors de la trad' de Deutschland.]

 

À mon avis, ce n'est pas une question d'interprétation ici. "Le Temps" est une erreur de traduction je pense, puisque l'adresse directe est clairement exprimée en allemand (et facilement exprimable en français - sans l'article).

 

Il y a 1 heure, LudicrousC a dit :

Oui, d'accord, mais il y a pas d'expression idiomatique correspondante avec "répandre", encore moins "répandre des ombres / de l'ombre" à ou sur quelqu'un. Par contre, on peut faire de l'ombre à quelqu'un. Et on peut faire de l'ombre tout court.

 

Il faudrait surtout se demander comment interpréter cette phrase. "Faire de l'ombre à quelqu'un" me semble absurde dans le contexte, donc pourquoi vouloir à tout prix garder l'expression pour conserver la possibilité de ce sens-là ?

 

Il y a 1 heure, LudicrousC a dit :

Pour moi, comme il refuse la fin, c'est sous-traduire que d'opter simplement pour "vers la fin/vers notre fin". Dans le sens où ça crée l'idée de passivité face au courant. "Entgegen" a été choisi précisément pour dire qu'il y a une lutte active pour aller à contre-courant.

 

Je crois que je vais poser la question à mes collègues profs d'allemand !

Ceci dit, la strophe décrit l'avancée inexorable du temps, et non une lutte pour essayer de l'arrêter (celle-ci n'apparaît qu'au moment du refrain en réalité). L'idée de lutte est complètement absente au début de la chanson et j'ai l'impression que l'inclure dans "entgegen" ferait de cette phrase-là une sorte d'alien au milieu des autres ; la résistance face au temps qui passe n'est pas ce qui est raconté ici.

Link to post
Share on other sites
Le 20/03/2022 à 22:10, Tüftelchen a dit :

Si vous le voulez bien, voici ma participation.

 

Tout d'abord, je précise pour les nouveaux fans que les textes de Rammstein, contrairement aux poèmes de Till, sont écrits pour un public essentiellement peu (ou non) germanophone. C'est pourquoi les phrases sont simples, ainsi que le vocabulaire. Néanmoins, ils peuvent avoir des doubles-sens et les textes sont rédigés de manière à offrir des interprétations multiples.

 

J'ai donc essayé de traduire, le plus possible, en mot à mot.

 

Voici mon interprétation :

 

 

 

 

 

Le Temps

 

 

 

Certaines choses devraient arriver, d'autres non

 

Nous voyons, mais nous sommes aveugles

 

Nous répandons l'ombre sans lumière

 

 

 

Après nous viendra le temps d'avant

 

De la jeunesse émergera la détresse

 

Jusqu'à la vie nous mourrons

 

Vivant dans la mort nous mourrons

 

 

 

Nous dérivons (fricotons) vers notre fin

 

Sans répit, nous tentons d'avancer

 

Sur la rive l'infini nous fait signe

 

Piégés à jamais dans le fleuve du

 

 

 

Temps

 

Arrête-toi je t’en prie, arrête-toi

 

Temps

 

Que tout reste toujours comme ça

 

 

 

Le corps chaud sera bientôt froid

 

L'avenir ne peut pas être conjuré

 

Il ne tolère aucun répit

 

À peine créé et aussitôt détruit

 

 

 

Je suis là allongé dans tes bras

 

Ah, si cela pouvait durer l'éternité

 

Mais le temps ne connait pas la pitié

 

Et déjà cet instant est terminé

 

 

 

Temps

 

Arrête-toi je t’en prie, arrête-toi

 

Temps

 

Que tout reste toujours comme ça

 

C'est si beau, si beau

 

Nous avons tous vécu l'instant parfait

 

Temps

 

Arrête-toi je t’en prie, arrête-toi

 

 

 

Quand pour nous le temps viendra

 

Alors il sera temps de partir

 

De s'arrêter au moment le plus beau

 

Les aiguilles s'arrêteront de tourner

 

 

 

Cet instant est tellement parfait

 

Mais le temps continue de s'écouler

 

Arrête-toi malgré tout un instant

 

Je ne suis pas encore prêt

 

 

 

Temps

 

Arrête-toi je t’en prie, arrête-toi

 

Temps

 

Que tout reste toujours comme ça

 

C'est si beau, si beau

 

Nous avons tous vécu l'instant parfait

 

 

 

 

 

Comme l'ont remarqué LudicrousC et Bester Orbit , "werfen schatten" a plusieurs sens, comme" jeter une ombre sur quelqu'un", j'ai pensé à "répandre une part d'ombre" ou "répandre des zones d'ombre". Je me suis limitée à "répandre  l'ombre" dans le sens d'apporter de la noirceur. D'autant plus que le texte fait référence à une autre expression allemande bien connue  " Es gibt kein Licht ohne Schatten : Il n’y a pas de lumière sans ombre" dans une version inversée. J'ai essayé de rendre compte des deux sens.

 

Comme  Bester Orbit, pour moi l'expression : "wird es vorher geben" signifie "aller vers l'avant", et comme le texte s'amuse à inverser l'avant et l'après, j'ai utilisé l'expression "le temps d'avant".

 

Pour : "Aus der Jugend wird schon Not" l'expression signifie que la détresse sort de la jeunesse et que la jeunesse se transformera en détresse.  J'ai simplifié en exprimant le fait  que la détresse est issue de la jeunesse.

 

Comme l'a remarqué Jack : "Wir sterben weiter bis wir leben", est le contraire de "Wir leben weiter bis wir sterben",  " "nous vivons (continuons à vivre) jusqu'à notre (la) mort".

 

"Sterben lebend in den Tod"  Il a un double sens car meurt-on vivants (en vie)… dans la mort? Ou meurt-on alors que nous vivons déjà dans le mort? Opposition entre la mort soudaine (la Faucheuse) et la mort à petit feu.  J'ai choisi le participe présent, plutôt que l'adjectif pour traduire "lebend": "vivant" et donc, j'ai plutôt opté pour le fait que nous vivons déjà dans la mort avant de mourir, car cela fait plus couleur locale.

 

"Dem Ende treiben wir entgegen" "entgegen" veut dire contre, mais aussi "(aller) vers, (aller) au devant" et le verbe "treiben" signifie "dériver" mais c'est loin d'être son entrée principale, il signifie davantage "magouiller" et "baiser. J'ai choisi "fricoter" qui fait la synthèse entre ces  2 derniers termes et je l'ai mis entre parenthèses. Vous  pouvez choisir la signification que vous voulez.

 

 Pour "Zeit" j'ai gardé "Temps" comme pour l'exhorter.  Comme je dirais " Soleil, pose tes rayons sur moi". En fait le temps est déifié et l'on s'adresse à lui comme à un dieu. J'aurais pu traduire "Oh temps" mais c'était trop pompeux.

 

"Das soll immer so weitergehen" pour moi c'est une prière , comme : " So soll es sein! Qu'il en soit ainsi !".

 

Pour "der Moment" j'ai choisi, à chaque fois, "l'instant" qui me parait montrer d'avantage la brièveté que le mot" moment"

 

"Die Uhren bleiben stehen" plutôt qu'écrire "les horloges s'arrêtent" j'ai choisi" les aiguilles s'arrêtent de tourner " qui est plus visuel et montre mieux l'arrêt "physique" du temps. Et puis, c'est dans notre imagier culturel.

 

Pour "Aufhören wenn's am schönsten ist", Ludi à quoi te réfères-tu pour traduire "savoir profiter de chaque instant"? Personnellement, j'interprète cette expression d'avantage comme BO, il s'agit de " s'arrêter au moment le plus beau".

 

 

 

Comme le mot "schön" est ultra connu, j'ai traduit "schön" par beau, son sens le plus connu des non germanophones.

 

 

 

Juste une réflexion car je trouve cela fun intellectuellement : Christoph a présenté l'album Zeit, et son premier extrait, à Thomas Pesquet alors qu'il était sur l'ISS, c'est-à-dire dans un autre espace-temps que le nôtre et que le temps s'écoulait pour Thomas à un autre rythme que pour nous. Cela illustre bien le fait que le temps n'est pas une variable immuable.

 

 

 

 

Relecture intéressante du texte, merci ;)

Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, Ein kleiner Mensch a dit :

"Le Temps" est une erreur de traduction je pense

 

Ce qui bloque pour moi, c'est la transition entre premier couplet et refrain. Je me vois pas traduire "le fleuve de / Temps" à la place de "le fleuve du / Temps". Donc on doit faire cohabiter les deux (nom avec puis sans article).

 

 

Link to post
Share on other sites
il y a 55 minutes, LudicrousC a dit :

Ce qui bloque pour moi, c'est la transition entre premier couplet et refrain. Je me vois pas traduire "le fleuve de / Temps" à la place de "le fleuve du / Temps". Donc on doit faire cohabiter les deux (nom avec puis sans article).

 

Ah oui, dans le premier cas en effet t'es obligée de traduire par "du" ! L'allemand fait d'ailleurs pareil avec le génitif "der". Je parlais plutôt du deuxième "Zeit", qui lui passe sans article. En fait il suffit de coller à l'allemand, je pense.

Edited by Ein kleiner Mensch
Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...
Le 23/03/2022 à 03:30, Tüftelchen a dit :
Le 23/03/2022 à 00:06, LudicrousC a dit :

Comme j'ai expliqué plus haut, en allemand, c'est une expression idiomatique. Je trouve qu'on perd en qualité si on se contente de traduire mot à mot sans chercher une expression idiomatique équivalente en français. J'ai donc opté pour "profiter de chaque instant" car je vois rien d'autre qui se rapproche autant. "S'arrêter au moment le plus beau" contourne le problème de traduction: on n'utilise pas vraiment ce genre d'expression en français. On a le sens littéral mais ça reste sous-traduit.

 

"Aufhören wenn's am schönsten ist" C'est une expression courante. Ce n'est pas une expression idiomatique.

Je pense que le sens est vraiment ce qu'il parait être.

Pour plusieurs personnes, j'ai entendu dire qu'ils étaient morts au moment où tout allait pour le mieux pour eux, que ce décès intervenait au moment où ils s'en sortaient (c'est encore du langage oral rapporté!).

 

Si vraiment on voulait utiliser une expression j'opterais plutôt pour "partir en beauté" mais personnellement je pense qu'une traduction mot à mot est plus appropriée dans ce cas là, car cette expression ne correspond pas vraiment non plus.

 

Le 23/03/2022 à 15:09, LudicrousC a dit :
Le 23/03/2022 à 03:30, Tüftelchen a dit :

Entgegen peut, effectivement, signifier une lutte contre le courant. Mais ce sens apparaît bien dans le verbe "dériver". Quand un bateau dérive, le courant l'entraine dans une autre direction que celle vers laquelle il devait (voulait) aller.

 

Pas forcément, tu peux dériver car tu choisis de ne plus avancer.

 

Pour moi, comme il refuse la fin, c'est sous-traduire que d'opter simplement pour "vers la fin/vers notre fin". Dans le sens où ça crée l'idée de passivité face au courant. "Entgegen" a été choisi précisément pour dire qu'il y a une lutte active pour aller à contre-courant.

 

Ceci dit, je peux comprendre que ça rende imparfait en français (ça alourdit un peu d'ajouter "à contre-courant" et ça sonne peu conventionnel de dire "contre la fin" - mais voilà, j'ai opté pour cette dernière pour rester sur l'idée d'une allégorie: le temps et la fin formant des entités agissantes à mes yeux - celles-ci sont même personnifiées dans le clip).

 

J'ai buté la dessus aussi. Je suggère "Nous dérivons à rebours de la fin", avec cette formulation on garde l'idée d'être à contre courant et on gagne une certaine symbolique (compte à rebours) sans que celà devienne lourd.

Link to post
Share on other sites
Le 03/04/2022 à 14:19, Peter LIFAD a dit :

Je suggère "Nous dérivons à rebours de la fin", avec cette formulation on garde l'idée d'être à contre courant et on gagne une certaine symbolique (compte à rebours) sans que celà devienne lourd.

 

Pourquoi pas, mais je pense que je vais rester sur "dériver contre la fin" - plus simple et plus fluide à mes yeux. Mais je comprends tout à fait les autres choix qui sonnent mieux pour vous. ;)

 

Link to post
Share on other sites

Si vous souhaitez proposer votre traduction d’un poème de « In stillen Nächten », merci de rajouter la mention suivante à votre message (notez la présence du lien vers le site de l’éditeur, à ne pas oublier)

 

Citation

Ce poème a été traduit en français par Emma Wolff dans le recueil « Nuits silencieuses » édité par L’Iconopop.

 

Link to post
Share on other sites
Il y a 18 heures, Pierrick a dit :

Si vous souhaitez proposer votre traduction d’un poème de « In stillen Nächten », merci de rajouter la mention suivante à votre message (notez la présence du lien vers le site de l’éditeur, à ne pas oublier)

 

Question sûrement bête hein, mais pourquoi ? 

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...