Jump to content

Vos lectures du moment


Recommended Posts

il y a 10 minutes, Heirate-Mich-07 a dit :

Je n'ai pas lu grand chose de King, mais j'aime énormément Salem. Et j'ai toujours l'instru en tête de Toxicity que j'écoutais pendant que je le lisais.

Je lis des King depuis mes 12 ans ( « ça » le bouquin, pas le téléfilms m’avait fait faire des cauchemars gamin) mais ça fait longtemps que j’en ai pas lu, je crois que je devrais regarder les « derniers sorties » sur les 10 dernières années, si c’est pas plus.
c’est un des plus adapté, du coup, tu dois en connaître pas mal de ses histoires malgré tout. 

de tous les bouquins, étonnamment  celui que j’aime le plus et que j’ai relu plusieurs fois, c’est même pas un roman, mais sa demi autobiographie demi essai  Écriture : mémoire d’un métier. 
un super  duper bouquin !😄

Edited by Jumahy
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
  • Replies 72
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Une ptite bouffée d'oxygène avec un topic lectures!  Pour ceux qui aiment la psychologie des petites villes américaines avec un brin de fantastique, je vous recommande Wayward Pines de Blake Crou

#IstandwithStephen

Je ne sais pas si je l' ai déjà posté. J' aide de temps en temps dans une petite bibliothèque, et voici un petit visiteur     

J'ai un vrai problème avec la littérature anglo-saxonne et en particulier américaine..je "ne rentre pas en résonance"..

Objectivement je trouve ça pas mal voire bien (Les Raisins de la Colère de Steinbeck) mais je suis sans émotions. 

Alors que les pavés russes ou allemands pas de soucis..je suis dedans. 

Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Heirate-Mich-07 a dit :

Je n'ai pas lu grand chose de King, mais j'aime énormément Salem.

 

Celui-là m'a quand même donné un peu un sentiment de gâchis, non pas sur le fond que j'ai trouvé excellent, mais sur l'écriture. En roman vampirique moderne sur ce registre, j'ai largement préféré Laisse-moi entrer de Lindqvist.

 

Ça doit être le dernier King que j'ai lu, d'ailleurs, mais ça date. Il y en a d'autres qui me tentent, pourtant, dont Rose Madder et Dolores Claiborne, mais je n'ai jamais pris le temps. Simetierre est resté mon préféré, je crois, mais j'aime aussi beaucoup Ça et Le Fléau -même si, pour des raisons différentes, les deux ne brillent pas par leurs fins, problème récurrent chez lui :rolleyes:

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, Mitth'raw Nuruodo a dit :

 

Celui-là m'a quand même donné un peu un sentiment de gâchis, non pas sur le fond que j'ai trouvé excellent, mais sur l'écriture. En roman vampirique moderne sur ce registre, j'ai largement préféré Laisse-moi entrer de Lindqvist.

 

Ça doit être le dernier King que j'ai lu, d'ailleurs, mais ça date. Il y en a d'autres qui me tentent, pourtant, dont Rose Madder et Dolores Claiborne, mais je n'ai jamais pris le temps. Simetierre est resté mon préféré, je crois, mais j'aime aussi beaucoup Ça et Le Fléau -même si, pour des raisons différentes, les deux ne brillent pas par leurs fins, problème récurrent chez lui :rolleyes:

 

Sur l'écriture, il est vrai que ma maigre expérience de lecteur ne me permets pas d'avoir un avis très pertinent, d'autant plus sur un bouquin que j'ai lu ado. Mais son ambiance me terrifiait. 
Morse fait partie de mes films préférés, j'ai donc évidemment Laisse-moi entrer dans ma liste de livres à lire. Beaucoup de différences avec le film ?

Link to post
Share on other sites
à l’instant, Heirate-Mich-07 a dit :

Morse fait partie de mes films préférés, j'ai donc évidemment Laisse-moi entrer dans ma liste de livres à lire. Beaucoup de différences avec le film ?

 

Oui et non : tout ce qui est dans le film est dans le livre, mais il y a beaucoup plus dans le livre que dans le film, et ça change pas mal de choses niveau développement psychologique des personnages et de leurs relations. J'adore le film aussi, je pense que c'est la meilleure adaptation possible, mais le livre a un charme et une violence encore largement supérieures à cause de ça.

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, Mitth'raw Nuruodo a dit :

 

Oui et non : tout ce qui est dans le film est dans le livre, mais il y a beaucoup plus dans le livre que dans le film, et ça change pas mal de choses niveau développement psychologique des personnages et de leurs relations. J'adore le film aussi, je pense que c'est la meilleure adaptation possible, mais le livre a un charme et une violence encore largement supérieures à cause de ça.

 

Ah ouais? Intéressant ça. J'ai essayé d'en lire le moins possible dessus, j'avais juste eu écho du premier "familier" d'Eli et de son passé glauque. J'aime bien d'ailleurs le fait que dans Morse, en tous cas à mon sens, on puisse trouver le film plus ou moins horrible selon l'image que l'on se fait d'Eli et de sa relation avec Oskar. On pourrait presque avoir, même si j'exagère, deux films en un.

Edited by Heirate-Mich-07
Link to post
Share on other sites
il y a 19 minutes, Mitth'raw Nuruodo a dit :

 

Celui-là m'a quand même donné un peu un sentiment de gâchis, non pas sur le fond que j'ai trouvé excellent, mais sur l'écriture. En roman vampirique moderne sur ce registre, j'ai largement préféré Laisse-moi entrer de Lindqvist.

 

Ça doit être le dernier King que j'ai lu, d'ailleurs, mais ça date. Il y en a d'autres qui me tentent, pourtant, dont Rose Madder et Dolores Claiborne, mais je n'ai jamais pris le temps. Simetierre est resté mon préféré, je crois, mais j'aime aussi beaucoup Ça et Le Fléau -même si, pour des raisons différentes, les deux ne brillent pas par leurs fins, problème récurrent chez lui :rolleyes:


Il en est conscient cf son Caméo dans It, vol. 2 

J’ai beau être très fan (check « une semaine dans la vie de Stephen King » by Alexandra V, c’est moi), je n’aime pas tout. 

Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, AlexV19 a dit :


Il en est conscient cf son Caméo dans It, vol. 2 

J’ai beau être très fan (check « une semaine dans la vie de Stephen King » by Alexandra V, c’est moi), je n’aime pas tout. 

 

Quelle hypocrite, la meuf n'hésite pas à écrire un livre sur lui et à aller le rencontrer IRL, et derrière sur un forum elle vient cracher sa haine vis à vis de Stephen (oui c'est mon pote). Que crois-tu qu'il pense en lisant le forum hein? hein ?

  • Like 1
  • Haha 3
Link to post
Share on other sites
2 hours ago, Heirate-Mich-07 said:

Je n'ai pas lu grand chose de King

 

Si je devais choisir un seul livre de Stephen King, ce serait "Needful things". Ce livre vous absorbe dès la première page. Gardez votre week-end vide

------

If I had to chose just one book by Stephen King, it would be "Needful things". That book really sucks you in from page 1. Keep your weekend empty :D

  • Like 1
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, Heirate-Mich-07 a dit :

 

Quelle hypocrite, la meuf n'hésite pas à écrire un livre sur lui et à aller le rencontrer IRL, et derrière sur un forum elle vient cracher sa haine vis à vis de Stephen (oui c'est mon pote). Que crois-tu qu'il pense en lisant le forum hein? hein ?

Ptain j’ai craché mon eau sur mon tél ! #SKisagentlman

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, Lies a dit :

 

Si je devais choisir un seul livre de Stephen King, ce serait "Needful things". Ce livre vous absorbe dès la première page. Gardez votre week-end vide

------

If I had to chose just one book by Stephen King, it would be "Needful things". That book really sucks you in from page 1. Keep your weekend empty :D


Needful things is one of my favs.

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
il y a 37 minutes, Mitth'raw Nuruodo a dit :

 

Celui-là m'a quand même donné un peu un sentiment de gâchis, non pas sur le fond que j'ai trouvé excellent, mais sur l'écriture. En roman vampirique moderne sur ce registre, j'ai largement préféré Laisse-moi entrer de Lindqvist.

 

Ça doit être le dernier King que j'ai lu, d'ailleurs, mais ça date. Il y en a d'autres qui me tentent, pourtant, dont Rose Madder et Dolores Claiborne, mais je n'ai jamais pris le temps. Simetierre est resté mon préféré, je crois, mais j'aime aussi beaucoup Ça et Le Fléau -même si, pour des raisons différentes, les deux ne brillent pas par leurs fins, problème récurrent chez lui :rolleyes:

Team Simetierre également, mais j'avoue être biaisée par rapport à la chanson des Ramones.

Link to post
Share on other sites
il y a 44 minutes, Heirate-Mich-07 a dit :

Quelle hypocrite, la meuf n'hésite pas à écrire un livre sur lui et à aller le rencontrer IRL, et derrière sur un forum elle vient cracher sa haine vis à vis de Stephen (oui c'est mon pote). Que crois-tu qu'il pense en lisant le forum hein? hein ?

 

À la prochaine dédicace, je vous propose qu'on vienne avec des ballons en forme de cœurs et de canards pour apporter notre soutien à Stephen, notre Père à tous. Si tu es intéressé, tu es le bienvenu !

 

Bah tiens, j'ai pas lu Bazaar non plus. Faudrait sans doute. Dans ceux qu'on ne lâche pas, il y a Cujo qui est terrible. D'une manière générale, je trouve que ses meilleurs sont ceux où on prend le plus le temps de vivre avec les personnages.

  • Haha 4
Link to post
Share on other sites
1 hour ago, Mitth'raw Nuruodo said:

Simetierre est resté mon préféré,

 

1 hour ago, Amaranth_ said:

Team Simetierre également

 

Cela fait plus de 30 ans que je ne l'ai pas lu, il faudra que je le relise !

---------

It has been over 30 years since I read that one, I will have to read again !

It's not in my bookshelf..., oh oh :D

  • Like 1
Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Heirate-Mich-07 a dit :

 

Quelle hypocrite, la meuf n'hésite pas à écrire un livre sur lui et à aller le rencontrer IRL, et derrière sur un forum elle vient cracher sa haine vis à vis de Stephen (oui c'est mon pote). Que crois-tu qu'il pense en lisant le forum hein? hein ?

Va sucer Stephen ! 

 

 

Je crois que le dernier horrifique que j’ai lu de King :  désolation, j’avais bien aimé, Salem et les Tommyknockers j’ai pas accroché. 
Ses «  bachman »  comme rage, marche ou crève,la peau sur les os j’avais aimé ^^

 

un autre de beaucoup adapté : phillip k dick ❤️

ubik ❤️ 

Edited by Jumahy
  • Haha 2
Link to post
Share on other sites

Pour me changer des bouquins un peu sérieux sur l'histoire allemande j'ai passé la soirée d'hier à relire des morceaux du Parfum de P. Suskind puisque mon jeu de Tetris l'avait ramené sur le devant des étagères.

Le passage de la traque de la jeune fille au prunes dans le Paris du XVIIIième siècle est toujours aussi savoureux..

Quel dommage que l'adaptation cinématographique soit si médiocre malgré une pléthore de bons acteurs.

Link to post
Share on other sites

Pour en revenir à Stephen King ce gentleman (pour de vrai), je me risque à un top 10 :

 

- The Dark Tower

- The Stand (Le Fléau)

- IT

- Needful Things (Bazaar)

- Simetierre

- Recueils de nouvelles « Brume »

- Cujo (la fin ❤️)

- Shining

- Carrie

- Désolation

Link to post
Share on other sites

Moi je n’ai jamais lu de Stephen King mais j’ai vu quelques films qui ne m’ont pas impressionné plus que ça. Les goûts et les couleurs comme on dit. De mon côté, j’ai récemment terminé mes lectures sur les camps de concentration cet été et je vous présente ma petite liste dans l’ordre chronologique :

 

STEP 0 : comment ça a commencé (à partir de l’année 1834). Prototype

 

Livres : « SICKNESS AND CRUELTY IN THE WORKHOUSE » de Joseph Rogers, “Wicked old England” de Katya Kouti, “Le peuple d'en bas” de Jack London (bonus)

Tout a commencé à l’époque victorienne avec l’idée de contrôler la population grandissante des pauvres notamment dans les villes. Bien évidemment les pauvres en question sont considérés comme les êtres irresponsables parasitant sur la société entière et pesant comme un lourd fardeau. Ainsi on crée tout un système des institutions spécialisés pour contrôler et gérer « the Poor Law system ».

 

Méthode utilisé : on prend les familles, on les met dans les institutions spécifiques « Workhouse » qui fonctionnent comme des prisons. On les divise (les femmes vont dans les bloques des femmes, les hommes dans les blocs des hommes, les enfants dans les bloques des enfants) et tout ce beau monde travaille pour survivre, donner quelque chose d’utile à la société et surtout ne pas se reproduire entre eux car la vermine comme ça on en veut pas.

 

Résultat : les abus divers et variés sur les femmes et les enfants par les directeurs des Workhouses et autres responsables, punitions allant jusqu’à la mort, cruauté, famine, maladies et les vies cabossées.

 

« SICKNESS AND CRUELTY IN THE WORKHOUSE” est un témoignage d’un médecin qui travaillait dans Workhaus et qui a essayé d’avertir les autorités de ce qui se passait dans ces institutions. C’était un lanceur d’alerte de cette époque. Livre bien écrit et bien documenté.  

 

“Wicked old England” de Katya Kouti parle de la situation de la classe ouvrière de cette époque et bien évidemment parle des Workhouses, bonne description de fonctionnement de ces lieux sinistres et surtout des scandales qui ont eu lieu (maltraitance des enfants et leurs parents). Le même auteur a écrit le livre sur les professions des enfants dans l’époque victorienne, mais je ne l’ai pas encore lu. 

 

“Le peuple d'en bas” de Jack London : situation 50 ans plus tard par rapport à l’époque victorienne. Le monde n’est pas devenu meilleur. 

 

STEP 1 : 50 ans plus tard (1895-1901) : la guerre des Boers. Premier essaie

 

Louis-Henri Boussenard Le Capitaine Casse-Cou (1901). Si quelqu’un pense que les camps de concentration ont été créés par les nazis, il se trompe grave. Ce sont les Anglais qui les ont créés lors de la Seconde Guerre des Boers en s’inspirant des Workhouses.

 

On prend les mêmes ingrédients (les gens que l’on n’aime pas) et les méthodes (on sépare les familles des boers et cette fois-ci, on les enferme et on les laisse mourir de faim, maladie etc). Victime la plus connue est Lizzie van Zyl  et son image nous renvoie tant d’autres https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Lizzie_van_Zyl quelques décennies plus tard.

 

 Le livre en question est destiné à la jeunesse et parle essentiellement des batailles, des raisons qui ont conduites au déclenchement de cette guerre et des exploits de l’héro principal mais on y parle déjà des débuts des camps car l’héro s’y retrouve à un moment donné. Lecture facile, c’est plutôt pour les ados, je dirai. Moi je l’ai lu à l’âge de 11-12 ans.

 

STEP 2A : Arbeit macht frei, Amélioration du modèle

4 décennies plus tard, rebelote avec quelques perfectionnements du système et de son rendement. On spolie les victimes, on leur enlève l’apparence humaine pour les rabaisser (tonte des cheveux), on les classe en catégories plus précises pour mieux gérer tout ce stock du matériel humain, on les exploite et quand ils sont épuisés, on s’en débarrasse définitivement. 

Livres : L'honneur d'être un homme de Iouri Pilar, Si c’est un homme de Primo Levi, La ballade alpine de Vasil Bykov,  Les jours de notre mort de David Rousset et Le tatoueur d’Auschwitz de Heather Morris.

 

Les 2 premiers sont des vraies témoignages des survivants. Primo Levi l’intellectuel ne survivra pas à ses souvenirs qui le pourchasseront pendant toute sa vie et sautera dans le vide.

 

Dans un autre registre, celui du roman, il y a « La ballade alpine » de Vasil Bykov que j’ai bien aimée. Ça traite de l’amour dans le contexte d’horreur des camps et c’est très pudique. La scène de sexe est décrite d’une manière géniale. Il n’y a qu’en littérature russe que j’ai vu ça : chez Tourgeniev dans « Les eaux de printemps » et chez Vasyl Bykov. C’est écrit d’une telle manière que l’adulte va tout comprendre y compris la position dans laquelle ça se fait, alors que l’enfant voire l’ado ne va rien pigé. Résultat : la censure soviétique a bien fermé les yeux sur ce passage et le livre est sorti en version intégrale dans les années 1960 sans aucun souci.

 

 Les jours de notre mort de David Rousset : l’un des meilleurs livres sur le sujet des camps nazis à mon avis. Je n’ai pas trouvé que c’était difficile à lire. Très réaliste.

 

Le tatoueur d’Auschwitz de Heather Morris : deep FAKE. En lisant ce livre, j’ai eu un sentiment de malaise, du faux. Quelque chose n’allait pas de manière générale. J’avais la sensation que l’auteur a confondu le camp de concentration avec le camp des vacances, tant ses héros étaient débrouillards, je ne sais pas, c’était bizarre. Et puis j’ai cherché en savoir plus sur ce roman. Il s’est avéré que les membres du mémorial de Shoa à Berlin se sont indignés de ce roman, tant il y avait des incohérences dedans (description su camp, de ce qui s’est passé dedans, fonctionnement du camp. L’auteur n’a jamais vu Auschwitz et je soupçonne qu’elle n’a jamais visité le camp de concentration tout court). La famille d’un des personnages a considéré que le roman a profané la mémoire de cette personne (Silka Klein). Bref, je considère que l’auteur a écrit un roman de type « Harlequin » et a placé les personnages dans le décor sulfureux et morbide des camps de concentration pour augmenter les ventes de son œuvre. Et elle l’a réussi vu que les gens ne veulent lire des livres comme ceux de Primo Levi, mais ceux avec le happy end.

 

STEP 2B : Et ailleurs ? ça marche aussi ! Variante gauche

 

Qui a dit que les camps de concentration étaient l’apanage de droite ? La gauche a aussi son mot à dire et d’autres gens à détester (ou peut être les mêmes ?).

 

Livres : Le Vertige + Le Ciel de la Kolyma par Evguénia Guinzbourg . Très bonne autobiographie de la vie broyée par le système des camps soviétiques lors de la période des Grandes Purges (1934 – 1952). Il y a une dizaine d’année j’ai assisté au spectacle du théâtre russe qui a repris le sujet de «Le Vertige » et c’était épatant. On voyait que le sujet touchait beaucoup les acteurs. Je recommande le livre.

 

Une journée d'Ivan Denissovitch de d'Alexandre Soljenitsyne. Grand classique de la littérature carcérale où l’héro prend son temps pour comprendre qu’il n’est là pas parce qu’il y a eu une erreur, mais juste parce que le système répressive marche comme ça et tout le monde s’en fout s’il est innocent ou pas. Comme quoi parfois il vaut mieux ne pas être intello pour vite comprendre dans quelle merdier tu es tombé.

 

 

« Le voyage de Cilka » de Heather Morris : le deuxième deep Fake du même auteur. Cette fois-ci je n’avais pas besoin d’avis de mémorial de Shoa pour constater que c’était un deuxième roman Harlequin qui avait comme décor le Goulag où on a déplacé un des personnages du roman précédent. Le nombre des fautes des termes russes qui se répètent sans arrêt dans le livre. L’exemple criant : je ne comprenais pas ce que signifie le mot « zekcha » utilisé dans le roman, mais pourtant ce mot me disait quelque chose. Et après un ou deux chapitres j’ai compris ! En effet c’était « zechka », le mot qui définit la prisonnière dans le Goulag. Ce mot mal orthographié est partout dans ce livre, il n’est pas corrigé. La preuve que Mme Morris n’a jamais fait vérifier la cohérence de son roman auprès de traducteur russe. Et il y a plein d’autres fautes de ce type. Les prisonniers juifs portent les noms et les patronymes typiquement russes, ce qui est hautement improbable. Genre Salomon Ivanovich Kuznetzov. C’est à mourir de rire. J’ai appris qu’il y avait des courgettes en hiver (!!!) dans le menu de Goulag au fond fond de la Sibérie. Wow ils avaient un contrat exclusif avec l’Espagne à cette époque-là ??? Oh mein Gott :(

 

 

Et on arrive 30 ans plus tard et encore rebelote : Vietnam &Co. Version asiatique

 

Livre : S-21 ou le crime impuni des Khmers rouges de David Porter Chandler.

 

S-21 c’est plutôt une prison que le camp, mais les méthode ne changent pas. Par contre les Khmers usent et abusent de la torture. Je veux dire ils l’utilisent plus que les autres cités auparavant. Une autre caractéristique : c’est le premier livre qui m’a fait penser aux expériences de Milgram et les « crimes d’obéissance ». Cette mécanique est d’ailleurs citée dans le livre par l’auteur lui-même.

 

Si on compare la situation de ceux qui travaillaient dans le camps de concentration nazis et ceux des Khmers, il y a une différence : le capo allemand à Dachau avait le droit de démissionner si le travail ne lui plaisait pas, le bourreau Khmer de S-21 non. Il n’avait que le choix de travailler et accepter les décisions de ses chefs, parce que sinon il aurait passé pour un traitre.

 

P.S. : les livres qui m’ont tombés des mains :

 

Kinderzimmer de de Valentine Goby : je n’ai pas aimé le style et le sujet aussi. Je ne l’ai pas terminé

 

Les Bienveillantes de Jonathan Littell : trop long (900 pages), trop chiant à lire et en plus si tu lances ce pavé dans quelqu’un, tu peux tomber pour la tentative d’assassinat, hahaha. J’ai arrêté de lire les romans primés au Goncourt après ça.

 

Edited by Die_ruhe
  • Like 1
  • Thanks 1
Link to post
Share on other sites

Ah @Die_ruhetu parle à on cœur. Le vertige et le ciel de la Kolyma font partie des livres que j'adore ( le moment où l'auteur se récite tous les vers Pouchkine dont elle se souvient pour ne pas devenir folle dans sa cellule)

Je te conseille si tu ne l'as pas déjà lu les livres de son fils Vassili Axionov surtout Saga Moscovite.

Je partage ton avis sur le tatoueur d'Auswitsch, ça surfe sur la vague initiée avec la goûteuse  d'Hitler ou Kinderzimmer (style prétentieux)

Pour les Bienveillantes même combat par contre j'ai adoré la fabrique des salauds de C. Krauss.

  • Like 1
Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...