Jump to content
Pierrick

Paroles du 7ème album

Recommended Posts

Il y a 11 heures, LudicrousC a dit :

@Spooky Kid N'empêche, quand on traduit les paroles de Diamant en anglais, on se rend compte à quel point le texte est presque aussi plat que n'importe quel titre pop!

 

C'est un peu le problème de l'anglais aussi, bien souvent là ou on se prend la tête en français pour choisir parmi X traductions possibles, l'anglais est plus simple.

 

Merci pour tes corrections pour la version anglaise, je regarde ça asap.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est certain, l'anglais est de toute façon marqué à vie par la chanson d'amour pop!

 

Pour les corrections, tu verras qu'il y en a peu pour certaines chansons - tes choix de trad' étaient souvent bons à la base. Pour le reste, c'est juste un lexique réadapté pour éviter les ambiguïtés, le temps qui change (le present perfect est utilisé dans des cas bien spécifiques), ce genre de choses.

 

J'oubliais, j'ai parfois modifié quelques tournures qui étaient aussi valables (par ex. "I like travelling" / "I love to travel" la deuxième est valide dans de l'anglais américain): comme les choix du lexique et d'orthographe que tu as faits étaient britanniques, j'ai juste "britannisé" l'ensemble.

Edited by LudicrousC

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pas sur le livret, c'est bien marqué:

 

"Du kommen mit, ich dir machen gutt"

 

Après, c'est à peine audible, mais en écoutant attentivement, c'est bien ça qu'on peut entendre.

 

(De manière assez amusante, les paroles de Sex sont systématiquement chantées Beißt das Fleisch - au lien de Hirn - en live. Peut-être une version d'origine qui est restée dans la mémoire de Till même après la réécriture...)

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dommage qu'il y ait pas la ponctuation dans les paroles de Zeig Dich.

 

Par exemple, mon passage préféré est le Vergnügen verpönt. Au ton de la voix, je verrais davantage un le Vergnügen ? verpönt !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 14/06/2019 à 02:12, mad max a dit :

Dommage qu'il y ait pas la ponctuation dans les paroles de Zeig Dich.

 

La ponctuation n'est jamais présente dans les paroles justement car c'est de l'interprétation.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 21/05/2019 à 14:22, Super Alpaka a dit :

Yo, je suis sur un projet d’un client assez relou, du coup j’ai pas eu trop le temps de venir ces derniers temps. Je te remercie @Pierrick pour tes remerciements postés à la une :)

 

J’ai réussi à revenir sur Deutschland, voici quelques idées :
 

Tu (tu as)
As beaucoup pleuré (pleuré)
Dissociés par l’esprit (séparés)/J’ai compris ça comme si ça reprenait le vers d’avant « Du hast im Geist getrennt, im Herz vereint ». « Divisé les esprits »
Réunis par le cœur (réunis) /« Uni les cœurs »

Nous (nous sommes)
Sommes ensemble depuis bien longtemps (vous êtes)
Ton souffle glacial (si glacial) / Bien joué ! Beaucoup mieux que froid et tout à fait légitime.
Le cœur enflammé (si brûlant) /Alternativement « Le cœur en proie aux flammes/embrasé/en flammes/à vif (si chaud) ». J’ai toujours quelques réticences à opter pour « brûlant » qui est en générale peu usité dans ce cas. « Oh là là, c’est si brûlant ! » ça fait toujours un peu bizarre, ou alors c’est moi ?

Toi (tu peux)
Moi (je sais)
Nous (nous sommes)
Vous (vous restez)

Allemagne
Mon cœur enflammé /cf. alternative
Veut t’aimer et te maudire /alternativement « Cherche à t’aimer et à te maudire »
Allemagne
Ton souffle glacial
Si jeune et pourtant si vieille /alternativement « si ancienne », « vieille » à ce sens de « défraîchi » en français. D’ailleurs, on évite de dire « les personnes vieilles », on préférera « âgées », tandis que l’allemand supporte très bien « alte Menschen ».
Allemagne

Je (tu as)
Je ne veux jamais te quitter (je sais) /Je voudrais ne jamais te quitter
On peut t’aimer (tu aimes)
Et vouloir te haïr (tu as) / « Und dich hassen wollen » ? « Et on veut/cherche te haïr/te détester/t’exécrer ». D’ailleurs, plus exactement, je le comprends comme ça moi ce vers : « On pourrait t’aimer / Mais on cherche à te détester ». « Man kann dich lieben, und will dich (eigentlich) hassen », comme si la parenthèse était sous-entendue. Comme si on prenait un malin plaisir à stigmatiser le pays.

Être arrogante, supérieure /Arrogante, supérieure
Prendre le relais, transmettre /Reprendre, donner (l’Allemagne qui prend et qui redistribue à son gré)
Prendre par surprise, attaquer /Surprendre, agresser/ Edit : Le tout peut aussi être des participes passé « Reprise/donnée ou cédée/surprise/agressée ». Je crois que je préfère le tout au participe. Elle est arrogante et supérieure, qu’elle soit reprise, cédée, surprise ou agressée, elle reste au-dessus de tous. Vous pensez quoi de cette interprétation ?
Allemagne, Allemagne au-dessus de tous /l’Allemagne au-dessus de tous (avec l'article pour coller au Deutschlandlied avec la même variante tous/tout

Allemagne
Mon cœur enflammé
Veut t’aimer et te maudire
Allemagne
Ton souffle glacial
Si jeune et pourtant si vieille
Allemagne
Ton amour est malédiction et bénédiction / « Ton amour est tant une malédiction qu’une bénédiction ». « Ton amour est une grâce autant qu’un fléau ». Très dur d’avoir quelque chose qui sonne bien sauf si on ose un peu s’éloigner du genre « Ton amour est à double tranchant ». A prendre avec des pincettes, le sens y est, l’image diffère.
Allemagne
Mon amour, je ne peux pas
 t’en faire le don /« Je ne peux/n’arrive/ne parviens pas à te donner mon amour ». « Mon amour » en début de phrase est trop ambigu. On pourrait croire que c’est l’Allemagne qu’il appelle comme ça, même si la suite de la phrase éclaire le sens, une règle d’or « le lecteur ne doit pas s’y reprendre à deux fois quand il lit ». Voire même simplement « Je n’arrive pas à t’aimer »/« T’aimer m’est impossible/est au-delà de mes forces ». Les rimes sont là pour donner de la beauté au texte, je privilégierais systématiquement une belle tournure qu’une rime.
Allemagne

Toi
Moi
Nous
Vous

(Toi) Surpuissante, superflue
(Moi) Surhommes, lassés /Il me fait chier ce vers. Pourquoi subitement Übermenschen qui est soit un pluriel, soit un accusatif, un datif ou un génitif. Peut-être comme sur le Reichstag « Dem deutschen Volk » « Au peuple allemand ». « Aux surhommes, las » comme s’il s’adressait à eux. Avoir l’avis d’un natif serait top. Quoi qu’il en soit, ça fait ref au « surhomme » de Nietzsche repris par les nazis, j’imagine. Edit : Oooh ou encore « etw (gen) überdrussig sein » « en avoir assez de »/donc « las de ces surhommes », qui aurait beaucoup de sens. Je l’accorde avec le « ich ».
(Nous) Qui s’élève bien haut, tombera bien bas /Plus on s’élève et plus dure sera la chute/Une montée vertigineuse implique une chute abyssale/J’ai tendance à éviter les tournures en « qui » sauf si l’expression est figée comme le « qui m’aime ». Je suis sûr qu’on peut encore améliorer le rendu tous ensemble. Ne pas hésiter à explorer des pistes du genre « Une longue chute attend ceux qui toisent le monde », « chutera celui qui... », etc.
(Vous) Allemagne, Allemagne au-dessus de tous

 

 

@LudicrousC tu en penses quoi ?

 

Je vais bientôt faire Radio, mais vu que c’est un de mes textes préférés du groupe, je veux mettre le paquet. Surtout maintenant que Ludi a réussi à éclaircir le mystère du « fernes Weh », plus aucune ambiguïté sur les paroles !

Bonsoir - merci LudicrousC. 

 

Je reviendrai par ici. Contente de retrouver des idées/préférences que j’avais dans ce thread (les participes passés par ex.).

 

@ Alpaka - je me suis inscrite ici la nuit dernière précisément pour poser une question qui s’est retrouvée à la mauvaise place. 

 

J'étais très étonnée du choix actuel de traduction pour « übernehmen, übergeben »... 

Ahhh....ces « über »... 

fantastiques... Ça me rappelle toutes les notes explicatives pour les multiples sens dans Zarathustra (que j’avais dû lire en français à l’époque, en Terminale). 

Le Übermenschen a vraiment trouvé sa place dans ce texte. 

 

« Was groß ist am Menschen, das ist, daß er eine Brücke und kein Zweck ist: was geliebt werden kann am Menschen, das ist, daß er ein Übergang und ein Untergang ist ».

 

Sur ce, bonne nuit.

Edited by OdinWotanaz
Précision

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, OdinWotanaz a dit :

J'étais très étonnée du choix actuel de traduction pour « übernehmen, übergeben »... 

Ahhh....ces « über »...

 

C'est d'autant plus coton à traduire que le groupe lui-même s'est énormément pris la tête sur le choix des mots dans cette chanson. Je pense, du coup, que sans annotation à chaque mot en "über" on ne satisfera personne. Mais une traduction avec des annotations à chaque mot, c'est juste indigeste. On est obligé de faire des choix en fonction de sa propre interprétation (le sens qu'on garde) et de ses propres préférences (la forme qu'on garde).

 

Pour expliquer le "relais", on a une répétition de mot comme avec "über" et on a une formulation qui peut être métaphorique, ce qui permet de généraliser le sens.

 

Je pense que, si le groupe a pinaillé sur chaque mot, c'est précisément parce qu'il fallait éviter quelque chose de trop précis, qui serait trop polémique.

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 30/05/2019 à 21:57, Bester Orbit a dit :

Voici ma version de Puppe avec interprétation inspirée de celle de cet allemand : https://youtu.be/E49_q7Jy8G8

 

Pour moi il est important de plus respecter le texte d'origine quitte à mettre plus d'annotations.

 

PUPPE - POUPEE/PANTIN

 

Quand ma soeur* doit aller au travail (c'est pas nécessairement la petite - plus jeune - soeur, et "soeurette" sonne mal, en anglais j'imagine qu'on pourrait parler de "sis' ", je préfère donc laisser "soeur")

(Elle) m’enferme dans ma chambre (c'est poétique donc Till peut omettre les pronoms mais pour le bien de la traduction je pense qu'il faut les mettre entre parenthèses)

(Elle) m’a offert une poupée

Ainsi je ne suis plus seul(e) (l'inversion verbe-sujet est propre aux langues germaniques je crois donc n'a pas vraiment lieu d'être en français (ou est archaïque); vu qu'on ne sait pas si le sujet est masculin ou féminin je pense qu'on peut le signifier par un (e) sur l'adjectif)

 

Quand ma soeur doit aller au travail (en français on dit plus souvent "Je vais au travail" que "Je vais travailler", ce qui correspond à l'allemand; qui plus est tout au long de la chanson il y a des jeux de mots fait avec le mot "travail")

Elle ne prend pas le train (si l'histoire ne se déroule pas explicitement dans le passé (on parle pourtant d'édredon), on peut imaginer qu'il s'agit d'un lieu plutôt triste et délabré, donc si Till a choisi le mot "train" c'est probablement pour une bonne raison, c'est pas Tokyo en 2019 😄)

Son boulot/turbin* n’est pas loin du tout (je sais que quelqu'un avait expliqué que le mot "Schaffensplatz" est encore utilisé dans certaines régions pour parler du lieu de travail, mais je pense - comme le dit le mec dans la vidéo en lien - qu'il s'agit vraisemblablement d'un jeu de mot avec le verbe "Anschaffe gehen" qui signifie se prostituer; donc soit "boulot" comme argot généraliste, soit "turbin" pour se référer à la prostitution)

(Il) est même dans la chambre juste à côté

 

Dans le ciel, des nuages noirs défilent (on parle plutôt de nuages noirs que de nuages sombres)

Je prends sagement mes médicaments

Et j’attends ici, sous l’édredon (je pense qu'il faut également suivre la formulation allemande, et que comme pour une couverture on se met "sous" un édredon)

Jusqu’à ce que le soleil se couche (même chose ici, le "coucher du soleil" sonne trop positif je trouve, alors que le soleil "qui se couche" est plus lugubre et menaçant)

 

Ils vont et viennent

Et parfois même, par deux

Les oiseaux de nuit* chantent (ici il y aurait besoin d'une annotation pour décrire la référence à l'expression "L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt" qui en allemand parle des oiseaux matinaux qui mangent les premiers vers; ici ce sont donc les clients salaces sans avenir)

Et la soeur crie/hurle (au choix, mais je pense que dans le cas d'un meurtre sauvage on hurle plus qu'on ne crie; on crie de peur alors qu'on hurle d'horreur, en tous cas pour moi c'est plus fort)

 

Dans le ciel, des nuages noirs défilent

Je prends sagement mes médicaments

Et j’attends ici, sous l’édredon

Jusqu’à ce que le soleil se couche

 

Et là je déchire la tête de la poupée

Puis j’arrache la tête de la poupée

Oui, je lacère avec les dents la gorge de la poupée (j'ai réussi à faire une graduation qui me plait; et s'il mord je pense qu'il prend à la gorge plutôt qu'à la nuque/au cou)

Je ne me sens pas bien

 

Je déchire la tête de la poupée

Oui, j’arrache la tête de la poupée

Et puis je lacère avec les dents la gorge de la poupée

Je ne me sens pas bien… non

Dam dam

Dam dam

Dam dam

 

Quand ma soeur s’adonne à la tâche* (c'est ce que j'ai trouvé de mieux pour décrire la prostitution, je pense pas qu'il soit question de "se prêter au jeu", elle est obligée de faire les basses oeuvres si on peut dire)

La lumière à la fenêtre, rouge

Je regarde par le trou de la serrure

Et quelqu’un l’a battue à mort

 

Et maintenant je déchire la tête du pantin*

Oui, j’arrache la tête du pantin

Et puis je lacère avec les dents la gorge du pantin (à vous de juger mais je pense ici qu'il ne s'agit plus de la poupée - qui n'a plus de tête - mais du meurtrier, et comme le terme "Puppe" peut signifier poupée, pantin ou encore marionette, je pense que ça colle; qui plus est, avant le premier refrain il y a 3 couplets et 2 pré-refrains qui posent le contexte, plutôt posé et descriptif, alors que là il y a un seul couplet bien cru qui n'a pas besoin qu'on fasse un dessin; enfin, le "jetzt" entraine un changement temporel qui corrobore ce sens; à vous de dire si on devrait continuer avec poupée et une annotation ou bien si on change pour pantin/marionette en référence aux clients accros à la prostitution)

Maintenant tout va bien… oui (il ou elle vient de buter le meurtrier de la soeur, donc tout va bien)

 

Je déchire la tête du pantin

Oui, j’arrache la tête du pantin

Et maintenant je lacère avec les dents la gorge du pantin

Maintenant tout va bien… oui

Dam dam

Dam dam

Dam dam

 

😀

Bonsoir 

 

J’aime beaucoup votre idée du pantin car voilà... quand j’ai lu le livret des paroles, j’étais surprise/déçue, étant donné que perso, je l’entendais dire d’abord donc « Ich reiss der Puppe den Kopf ab », mais ensuite « UND JETZT reiss ich DEM BUBEN den Kopf ab »... 

Grâce à vous, je reviens à ma première image sur ces paroles.

Merci !

 

(ps: y’a bien un petit jeu de mot aussi entre « Vögel » et « vögeln », n’est-ce pas ? Dans la phrase suivante, je suis d’avis que la sœur ne « hurle » pas, mais « crie »  (beim Sex schreien...) et qu’il n’y a pas meurtre à ce stade de la chanson).

Edited by OdinWotanaz
Typo

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 20 heures, OdinWotanaz a dit :

Dans la phrase suivante, je suis d’avis que la sœur ne « hurle » pas, mais « crie »  (beim Sex schreien...) et qu’il n’y a pas meurtre à ce stade de la chanson.

 

Yep, il y a ambiguïté sur ce passage donc vaut mieux éviter de surinterpréter. Par ailleurs, Till préfère souvent le lexique simple. Evidemment, quand c'est trop simple, ça passe très mal en français par rapport à l'allemand, mais il ne faudrait pas non plus "embellir" excessivement.

 

Après réflexion, je préfère quand même "poupée" - je trouve que ça renvoie davantage à l'idée que ce jouet est donné pour calmer ou rassurer la persona. Pour ça, on donnera une "poupée" (qui renvoie à la figurine en tissue ou au poupon, dimension affective évidente) mais pas un "pantin" (qui renvoie à l'image d'une marionnette ou d'un petit personnage).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Après avoir lu vos versions, je propose ma version avec les commentaires en dessous

 

PUPPE

 

Quand sœurette doit aller au travail

(Elle) m’enferme dans ma chambre

(Elle) m’a offert une poupée

Ainsi je ne suis plus seul(e)

 

Quand sœurette doit aller au travail

Elle ne prend pas de transport, son lieu de travail n’est pas loin du tout

(Il) est même dans la chambre, juste à côté

 

Dans le ciel, des nuages noirs se profilent

Je prends sagement mes médicaments

Et j’attends ici, sous l’édredon

Jusqu’à ce que le soleil se couche

 

Ils vont et viennent

Et parfois même, à deux

Les oiseaux de nuit chantent

Et sœurette crie

 

Dans le ciel, des nuages noirs se profilent

Je prends sagement mes médicaments

Et j’attends ici, sous l’édredon

Jusqu’à ce que le soleil se couche

 

Et puis j'arrache la tête de la poupée

Puis j’arrache la tête de la poupée

Oui, j'arrache le cou de la poupée avec les dents

Je ne me sens pas bien

 

J’arrache la tête de la poupée

Oui, j’arrache la tête de la poupée

Et puis j'arrache le cou de la poupée avec les dents

Je ne me sens pas bien… non

Dam dam

Dam dam

Dam dam

 

Quand sœurette s’adonne à la tâche

La lumière à la fenêtre, rouge

Je regarde par le trou de la serrure

Et quelqu’un l’a battue à mort

 

Et maintenant j’arrache la tête de la poupée

Oui, j’arrache la tête de la poupée

Et puis j'arrache le cou de la poupée avec les dents

Maintenant je vais bien… oui

 

J’arrache la tête de la poupée

Oui, j’arrache la tête de la poupée

Et maintenant j'arrache le cou de la poupée avec les dents

Je vais très bien… oui

Dam dam

Dam dam

Dam dam

 

Pour les nuages je trouve cela plus poétique et menaçant de dire qu'ils se profilent ou s'amoncèlent plutôt que de dire qu'ils défilent.

De même le soleil qui se couche est plus menaçant que le coucher de soleil (on est plus dans le thanatos que dans l'eros...).

 

Le 04/07/2019 à 01:55, OdinWotanaz a dit :

je suis d’avis que la sœur ne « hurle » pas, mais « crie »  (beim Sex schreien...) et qu’il n’y a pas meurtre à ce stade de la chanson).

 

Je partage cet avis.

 

Le 04/07/2019 à 01:55, OdinWotanaz a dit :

(c'est pas nécessairement la petite - plus jeune - soeur, et "soeurette" sonne mal, en anglais j'imagine qu'on pourrait parler de "sis' ", je préfère donc laisser "soeur")

 

Oui, on a juste le point de vu d'une personne dépendant de la sœur (une petite soeur ou un petit frère on ne sait pas, et je pense que c'est volontairement laissé ouvert) qui n’a que sa grande sœur comme « famille », ce qui pour moi est sous-entendu par la désignation affective « Schwesterlein » (il n’y a peut-être même pas de lien de sang…) et l’isolement.

En français sœurette sonne bien et va dans ce sens, je ne vois pas en quoi c’est un problème que ça ne colle pas avec la traduction anglais, il est déjà assez difficile de retranscrire le texte allemand en français.

 

Le 04/07/2019 à 01:55, OdinWotanaz a dit :

(je sais que quelqu'un avait expliqué que le mot "Schaffensplatz" est encore utilisé dans certaines régions pour parler du lieu de travail, mais je pense - comme le dit le mec dans la vidéo en lien - qu'il s'agit vraisemblablement d'un jeu de mot avec le verbe "Anschaffe gehen" qui signifie se prostituer; donc soit "boulot" comme argot généraliste, soit "turbin" pour se référer à la prostitution)

 

Je garderais quand même "lieu de travail", car Schaffensplatz est fréquemment utilisé pour désigner le lieu de travail. Je pense que le texte est assez explicite comme ça,  et surtout je ne vois pas de formule plus appropriée. Par contre je garderais la remarque sur le jeu de mot en annotation.

 

Le 04/07/2019 à 01:55, OdinWotanaz a dit :

(ici il y aurait besoin d'une annotation pour décrire la référence à l'expression "L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt" qui en allemand parle des oiseaux matinaux qui mangent les premiers vers; ici ce sont donc les clients salaces sans avenir)

 

Le 04/07/2019 à 01:55, OdinWotanaz a dit :

ps: y’a bien un petit jeu de mot aussi entre « Vögel » et « vögeln », n’est-ce pas ?

 

Vogel (oiseau) a aussi un autre sens (oui comme en français), et connaissant Till il a moins voulu le double sens… Il a certes du talent en poésie mais aussi un gout très prononcé pour le salace. Bref je pense que cela peut tout aussi bien désigner les clients, leurs attributs ou encore les prostituées. L'opposition aux oiseaux matinaux est belle mais je pense en toute honnêteté qu'il n'a pas été si loin, le terme étant assez usité.

 

Le 04/07/2019 à 01:55, OdinWotanaz a dit :

(j'ai réussi à faire une graduation qui me plait; et s'il mord je pense qu'il prend à la gorge plutôt qu'à la nuque/au cou)

 

La graduation me plait aussi (le passage de déchirer à arracher), mais cela revient à ajouter une interprétation à la traduction, or plusieurs interprétations sont possibles. Et le passage avec la gorge ne colle pas, ce n’est pas le mot « Kehle » qui est utilisé mais « Hals » qui désigne vraiment le cou dans son ensemble.

 

Le 04/07/2019 à 01:55, OdinWotanaz a dit :

(à vous de juger mais je pense ici qu'il ne s'agit plus de la poupée - qui n'a plus de tête - mais du meurtrier, et comme le terme "Puppe" peut signifier poupée, pantin ou encore marionette, je pense que ça colle; qui plus est, avant le premier refrain il y a 3 couplets et 2 pré-refrains qui posent le contexte, plutôt posé et descriptif, alors que là il y a un seul couplet bien cru qui n'a pas besoin qu'on fasse un dessin; enfin, le "jetzt" entraine un changement temporel qui corrobore ce sens; à vous de dire si on devrait continuer avec poupée et une annotation ou bien si on change pour pantin/marionette en référence aux clients accros à la prostitution)

 

Je pense aussi qu’il ne s’agit plus d’une poupée, mais je ne crois pas non plus au pantin… Je pense que la (ou le va savoir) protagoniste remplace « sœurette ». C’est une graduation très habile et efficace ("coup de poing" au bas mot...) mais aussi extrêmement glauque qui peut s’interpréter différemment …Si on suppose que au début il s’agit bien d’une poupée (il est aussi possible que la poupée représente le déchirement intérieur de la personne enfermée pendant le drame) qu’il commence à déchirer/mordre on a ensuite au moins les possibilités suivantes :

le(la) protagoniste la mutile de plus en plus brutalement jusqu’à l’épuisement ou la folie et se sent donc apaisé(e); ou le (la) protagoniste venge « sœurette » en mutilant le meurtrier comme la poupée au début et se sent mieux ; ou encore le (la) protagoniste prend la relève comme dans le poème « Wenn Mutti spät zur Arbeit geht ». Dans un cas on a une poupée du début à la fin, dans l’autre un humain chosifié et dans l’autre encore un phallus sous-entendu.

Personnellement je penche pour la dernière option (le ou le protagoniste sombre dans la folie dans la 1ère partie et remplace la sœur dans la deuxième) à cause du vocabulaire choisi (les "médicaments" et les sous-entendus), du changement de ton et du poème d’origine. Une autre interprétation tout aussi possible est qu'il est question uniquement du basculement dans la folie du (de la) protagoniste pendant toute la chanson et que le cou a été choisi pour symboliser (au moment de l'arrachage) la séparation de la tête (la raison) et du corps, en plus de l'effet d'escalade (par la propagation de la tête au coup) et de brisage tronc commun de toutes les interprétations.

 

L’interprétation d’une simple poupée me semble trop simple et celle du pantin ´ « trop belle » pour un texte écrit par Till. Ceci étant dit, plusieurs interprétations sont possible (surement plus que celles que j’ai évoqué d’ailleurs, comme par exemple le basculement dans la folie du début à la fin, etc..), du coup je suis clairement pour garder les mots « poupée » et « sœurette » tout du long car ils permettent de garder un champ des possibles aussi large que la version originale tout en retranscrivant assez fidèlement l'ambiance.

Edited by Peter LIFAD

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 16 heures, Peter LIFAD a dit :

En français sœurette sonne bien et va dans ce sens, je ne vois pas en quoi c’est un problème que ça ne colle pas avec la traduction anglais, il est déjà assez difficile de retranscrire le texte allemand en français.

 

Parce qu'on propose aussi une traduction en anglais sur le site.

 

Concernant Schwesterlein, on ne cesse de revenir dessus sans satisfaire complètement tout le monde puisque chacun y va de sa propre interprétation (le fait que la persona soit un adulte ne gêne même pas à mes yeux). Par contre, une chose est sûre: "soeur" comme ça, sans rien d'autre, c'est sous-traduit. On n'a donc que "petite soeur" ou "soeurette".

 

Pour ce qui est du reste, je ne peux contredire les idées car il s'agit d'interprétations personnelles. On peut être d'accord ou pas. Le tout est de savoir traduire en essayant d'élargir aux différentes interprétations possibles, pas de refermer.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, LudicrousC a dit :

Parce qu'on propose aussi une traduction en anglais sur le site.

 

Certes, mais je ne vois pas pourquoi les traductions devrait nécessairement être cohérentes entre elle, personnellement je préfère prendre le terme qui va le mieux dans chaque langue indépendamment de l'autre traduction. Après c'est mon avis et je conçois que l'on peut s'en soucier d'avantage.

 

 

Il y a 2 heures, LudicrousC a dit :

Le tout est de savoir traduire en essayant d'élargir aux différentes interprétations possibles, pas de refermer.

 

C'est justement pour cela que je garderais le terme sœurette et pas petite sœur qui contient déjà une interprétation. Je pense également que sœurette peut très bien désigner une personne adulte, par exemple si on a le point de vue d'un personne plus jeune (un enfant l'emploierai typiquement pour s'adresser à sa grande soeur) que la sœur ou s'il s'agit d'un surnom affectif.

 

Edit: sinon tu penses quoi des autres propositions de changement dans la traduction ? (les passages sur les nuages et le soleil)

Edited by Peter LIFAD

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pardon, pour le double post, je suis étranger:

 

Ausländer

Je voyage beaucoup, j'adore voyager

Loin puis proche et proche puis loin (1

Je suis partout chez moi

Ma langue : internationale

J'aime contenter tout le monde

Oui, mon vocabulaire est pas mal (2)

Une lame aiguisée dans une joute verbale

Avec le sexe opposé

 

Je ne suis pas l'homme d'une nuit (3)

Je reste une à deux heures tout au plus

Avant que le soleil ne brille de nouveau (4)

Je me suis déjà éclipsé depuis longtemps (5)

Et je continue mon tour

 

Je suis étranger

Mon amour, mon chéri

Étranger

Salut mademoiselle, donne-moi une chance

Je suis étranger

Mon amour, je t'aime

Un étranger

Allez bébé, c'est la vie

 

Autres pays, autres langues

Ainsi me suis-je très tôt efforcé (6)

À l’encontre des malentendus » (7)

Qu’il faut apprendre les langues (8)

Et lorsque le soleil se couche

Et que l'on se retrouve face à des étrangères (9)

Et que l’on est face à des étrangères

C'est un avantage si alors

On arrive à se faire comprendre

 

Je ne suis pas l'homme d'une nuit

Je reste une à deux heures tout au plus

Avant que le soleil ne brille de nouveau (4)

Je me suis déjà éclipsé depuis longtemps (5)

Et je continue mon tour

 

Je suis étranger

Mon amour, mon chéri

Étranger

Salut mademoiselle, donne-moi une chance

Je suis étranger

Mon amour, je t'aime

Un étranger

Allez bébé, c'est la vie

 

Toi venir avec (moi), je te faire du bieen

Toi venir avec (moi), je te faire du bieen

Toi venir avec  (moi), je te faire du bieen (10)

(1) La structure est lourde en allemand, autant faire traduction littérale avec une formulation lourde à la française.

Comme alternative (encore plus lourde) je propose « Pays proches et pays lointains, pays lointains et pays proches ».

En tout cas il semble important de garder l'effet miroir de la vo.

 

(2) Sprachschatz se traduirait littéralement par « trésor linguistique » (combiné avec « pas mal » on obtient une jolie litote), il s’agit d’un synonyme peu usité de la formulation plus commune et néanmoins élégante « Wortschatz » (littéralement trésor de mots). Je pense que ce choix n’est pas innocent et donne un nouveau sens à ce terme en désignant le trésor linguistique englobant plusieurs langues autrement plus rutilant qu’un « simple » trésor de mots dans une langue. Je ne me suis pas permis de remplacer vocabulaire par trésor linguistique car cela me semble un peu too much en français, mais cela mériterais selon moi au moins une petite annotation.

 

(3) le « l’ » me semble superflu, si l’ôter donne l’impression qu’il manque quelque chose dans la phrase, je préférerais « je ne suis pas un homme d’une nuit »

 

(4) Till emploi „bevor die Sonne wieder lacht“ ce qui est différent de „vor den ersten Sonnenstrahlen“ qui serait l‘équivalent de « avant les premiers rayons de soleil » mais cette dernière interprétation est peut-être tout de même plus appropriée (le choix de la formule allemande étant conditionné par la volonté d’une formule simple et d’une rime avec « nacht »). Ce point n'est donc qu'une remarque, à moins que d'autres trouve cette formulation meilleure.

 

(5) simple changement de l’ordre, je pense que c’est plus proche de la structure originale et plus fluide comme ça

 

(6) efforcé me semble plus adapté que forcé dans le contexte de l’apprentissage d’une langue

 

(7) le passage le plus dur à traduire… Till utilise une formulation que l’on utiliserait (à ma connaissance) plus de nos jours (le vieil allemand est d’ailleurs une de ses marques de fabrique). La retranscription la plus exacte serait « au grand dam du malentendu ». Cela retranscrirait non seulement le propos, mais aussi la rupture entre les « platitudes  modernes » et la formulation dans un vieil allemand un peu trop raffiné (dans ce contexte)de la vo, mais… c’est grammaticalement incorrect en français (à moins de personnifier le malentendu…).

 

Je suis d’avis que « et tant pis pour les malentendus » colle pas très bien à la formulation d’origine et surtout qu’elle prête à confusion (on pourrait l’interpréter comme : « peu importe si je fais des erreurs et que cela mène parfois à des malentendus », alors que le message est l’exact inverse : » je me suis appliqué très tôt, faisant ainsi le malheur du malentendu » [le malentendu en général]).

 

Au début je voulais mettre « afin d’éviter les malentendus » mais ça ne correspond pas au texte d’origine, c’est pour cela que j’ai opté pour « à l’encontre des malentendus » faute de mieux. Dans toutes ces possibilités le pluriel (incorrect) me semble nécessaire à la compréhension. D’autres avis et suggestions là-dessus ?

 

(8) traduction plus littérale et formulation simpliste, plus proche de l’original

 

(9) le pluriel est employé dans la vo, je ne vois pas de raison particulière de changer cela dans la vf

 

(10) traduction littérale qui passe étrangement bien et retranscrit exactement le langage approximatif, la seule réelle déformation est l’ajout de « moi » (avec ou sans parenthèse). La version indiquée sur le site est à mes yeux une surinterprétation.

Les suggestions les plus importantes pour moi étant les suggestions 10, 7 et 2.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...